Youtube Facebook Twitter Google+ EN DIRECT 1517 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test casque Gamdias Hephaestus

Article
Rédigé par Glork
Publié le 20 Janvier 2014
Page: 4/5



Le Gamdias Hephaestus est un casque au look travaillé, différent ; c’est un choix assumé de la part du constructeur, mais qui comporte sa part de risques. En effet, indéniablement, il ne plaira pas à tout le monde, pour autant, nous ne pouvons pas dire qu’il est raté. Au contraire, il présente un certain équilibre. Mais évidemment, ce choix est éminemment subjectif. Pour le reste, au niveau du confort, il se place de suite en haut du panier. C’est un des plus confortables. D’une part, la mousse est épaisse, souple, recouverte de cuir doux, agréable au toucher. En outre, malgré un poids conséquent, l’arceau réussit à parfaitement répartir la charge. Il ne pèse ainsi finalement pas. D’autre part, les mousses d’oreillettes bénéficient véritablement de la présence du cuir. L’ouverture des écouteurs est largement suffisante. Enfin, la présence des radiateurs semble efficace. En effet, malgré les 23° de notre bureau, il ne fait pas chaud en dessous. Il y fait même plutôt frais. A priori, cela semble fonctionner. Le clamping est bon, il tient bien en tête. Il serre juste ce qu’il faut.

La question du son sera traitée sous l’angle de l’USB exclusivement puisqu’il ne possède que cette connexion. Cela dit, le Gamdias s’accorde plutôt bien de ce branchement USB. En effet, si la restitution est correcte, il n’en reste pas moins qu’il propose quelque chose d’assez typé, voire de très typé. La ligne de basse est celle qui dispose de la plus grosse particularité. Elle dispose d’une fréquence vibratoire, c’est à la mode. C’est une des spécificités de l’Hephaestus, il possède une sortie d’amplification des basses afin de générer une vibration sensible. L’objectif est d’indiquer l’origine du tir, de l’explosion mais aussi de la ressentir. Cela apporte un côté bourdonnant à la ligne de basse, côté bourdonnant assez particulier. Si dans la vidéo, nous avons précisé ne pas apprécier, cela ne sera peut-être pas le cas de tout le monde. En tous les cas, le moins que l’on puisse dire, c’est que cela reste à essayer. Pour le reste du spectre, c’est honorable. En effet, les médiums sont globalement propres, même si la vibration semble un peu les contraindre. En fait, cette fréquence basse de vibration vient un peu chevaucher, empêtrer le reste du spectre. Elle a finalement un peu pour effet pervers d’aplatir une restitution somme toute de bonne qualité. Alors que comme nous le disions, les médiums restent précis, assez puissants. Les aigus sont un peu à la traîne, un peu flou, sans vrai puissance, étouffés par le ronronnement du casque. Encore une fois, l’Hephaestus dispose d’un égaliseur dans le soft. Ce qui va permettre d’affiner la restitution, et par exemple de couper un peu les pattes de la basse vibrante. Cela permet de récupérer un spectre plus neutre, plus efficace et surtout plus adapté à son habitude d’écoute. Cela dit, en baissant les basses pour avoir moins de vibration, on a aussi automatiquement une ligne basse effacée. La scène est juste assez large, la spatialisation stéréo tout à fait bonne, mais ce point était relativement prévisible vu la carte son USB et son pilote.

En ce qui concerne l’utilisation multimédia, on retrouve un peu ce que propose un Tesoro, puisqu’il est équipé du même moteur de virtualisation sonore. Toutefois, la restitution est un peu différente. Elle est moins ronde, moins charpentée tout en mettant fortement en avant la résonance des basses. La spatialisation est un tout petit peu moins convaincante, non pas par manque de précision mais par un spectre globalement plus plat, moins aéré, étonnamment, qu’en écoute musicale. L’environnement est cependant bien restitué, bien présent, c’est la bande son musicale qui fait un peu les frais de la fermeture de la scène. Rien à dire côté voix, elles passent bien devant, proches des oreilles. Il est, comme le Tesoro, bien dans son élément. Par contre, l’aspect vibration possède le même défaut qu’en écoute musicale, c’est fatiguant, assez dur aux oreilles. Il faut vraiment noter que cet ajout technique pourra surprendre. En tous les cas, nous ne saurions que trop conseiller des volumes d’écoute raisonnables. En jeu, cela fait aussi son petit effet lorsque les tirs sont bien spatialisés, mais encore une fois, c’est un effet particulier. Le traitement du reste de la bande son en jeu se rapproche de ce que propose l’Hephaestus sur un film. Pas de remarque particulière côté micro, si ce n’est qu’avec nos mécaniques, nos collègues de jeu se plaignent toujours du claquement des touches. Comme quoi, le micro restitue bien ce qu’il faut, même un peu plus.





Les nouveautés


Assassin's Creed : Syndicate (Edition Spéciale)
Prix mini : 36,66 €
dispo. dans 5 boutiques

Football Manager 2016
Prix mini : 29,23 €
dispo. dans 8 boutiques

Dirt Rally (Edition Legend)
Prix mini : 34,99 €
dispo. dans 4 boutiques

Far Cry Primal
Prix mini : 29,99 €
dispo. dans 5 boutiques

Rise Of The Tomb Raider
Prix mini : 39,99 €
dispo. dans 3 boutiques