Youtube Facebook Twitter Google+ EN DIRECT 1325 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Casque JBL Synchros S500

Article
Rédigé par Glork
Publié le 17 Septembre 2014
Page: 3/4



Le Synchros n’est pas un casque particulièrement lourd, même s’il dégage un aspect massif indéniable. Pour autant, sur le plan du confort, il s’en sort bien, très même. En effet, d’une part, il est bien servi par les ouvertures d’oreillettes assez grandes. Nous avons pu y entrer facilement nos oreilles de taille respectable. De plus, le contact avec le skaï est très doux, il est effectivement de bonne qualité. Les mousses épaisses gèrent bien la pression, relative, nous y reviendrons. D’autre part, l’arceau fin mais large repartit bien la charge. Il est secondé en cela par la présence d’une mousse fine mais souple. De fait, c’est un casque confortable. Il y fait chaud, en cette estivale période, c’est sûr, mais pas plus qu’avec un autre circum du même acabit. Le clamping est bon, mais aurait pu être un peu pressant, d’où les propos ci-dessus concernant la pression relative. Le Synchros S500 tient bien en tête, mais n’apprécie pas plus que cela les grands mouvements, alors qu’il n’est pas très lourd. Une utilisation sportive est peut-être à proscrire. Pour le reste, c’est carton plein, avec nous l’ajoutons, une mention spéciale pour le look très plaisant, moderne et classique à la fois. L’emploi de matières nobles valorise aussi le ressenti que nous avons de ce casque.

Au niveau de la restitution sonore, il nous faudra présenter les choses en deux temps sur chaque DAC, avec un petit passage rapide sur une source nomade. En effet, le Synchros dispose d’une fonctionnalité spécifique qui modifie bien les choses : le LiveStage.

Du coup, en commençant sur notre Essence One d’Asus, le Synchros, dès la première écoute, met en avant une puissance non négligeable. En effet, il vous immerge dans une restitution pêchue, grasse à souhait, dynamique et précise. En détaillant un peu, le spectre ne souffre d’aucune imprécision. Les basses sont rondes, profondes et dynamiques. Aucun de ces points ne surpasse l’autre. Il faut tout de même préciser que le casque joue la carte d’une restitution assez basseuse, sans déséquilibre pour autant. En fait, il y a de la basse, c’est net, mais le reste du spectre profitant d’une belle puissance lui-aussi, le JBL ne semble pas si marqué que cela. Les médiums vous enserrent avec netteté. Ils détachent bien et ne sont pas étouffés par la ligne basse. Les aigus sont précis, légèrement plats, mais nous disons bien légèrement plats. Ils ne manquent pas de tenue, mais auraient avoir un peu plus d’emphase. Finalement, son seul défaut concerne une scène un peu trop proche. C’est là que le LiveStage intervient. Honnêtement, nous étions dubitatifs sur son efficacité. Une fois mis en route, il éloigne certaines parties du spectre, et donne vraiment plus de largeur, de profondeur à la restitution. Il permet aussi de modérer un peu une ligne basse importante. Elle ne perd pas en corpulence, mais semble passer un peu plus en arrière, au bénéfice des médiums et des aigus. Ces deux parties deviennent encore un peu plus dynamiques, et surtout plus amples, plus aérés. Autant le dire de suite, ce Synchros nous aura un peu tapés dans l’oreille. Il propose un rendu assez moderne, tout en restant dynamique et surtout propre dans l’excès. Propre dans l’excès car nous ne pouvons nier une restitution assez marquée, typée, mais ô combien sympathique.

En passant sur notre Mini-I, sans LiveStage, il gagne en force sur la ligne médiane et haute. En effet, que ce soit au niveau des médiums ou des aigus, il y a plus de cuisse, plus d’ampleur. La découpe semble plus nette, le rendu du DAC se ressent bien. Les basses, quant à elles, sont un peu moins chaudes. Cela dit, à aucun moment, il ne baisse de régime. C’est un casque plein. En activant le LiveStage, là encore, le haut du spectre s’élève, les basses s’éloignent, et l’on gagne encore en ouverture de scène. La spatialisation dont nous n’avions pas encore parlé est excellente, vraiment excellente, très nette et parfaitement sensible.

En revanche, le LiveStage a un défaut, particulièrement présent sur le Mini-I, de façon insignifiante sur l’Essence One. Il est très sensible au souffle. Pour être clair, autant sur l’Essence One, il est quasi inaudible, autant sur le Mini-I, il gâche tout. Il est si présent qu’il ne vaut pas même mieux l’activer même si le rendu est plus agréable. L’étage d’alimentation moins isolé du Mini-I en est peut-être à l’origine. C’est très regrettable, mais a priori, pratiquement intégralement imputable au Mini-I.

En passant sur une source nomade, notre Lumia 820, c’est nettement moins sympathique que sur les DAC. Clairement, inutile de le lancer sans le LiveStage, la restitution est beaucoup trop sourde, trop basse et relativement plate. Il ne manque pas de précision mais reste en deçà de ce qu’il nous aura proposé précédemment. En passant sur le LiveStage, il retrouve de sa superbe. Il est beaucoup libre, le spectre s’aère, mais il conserve une ligne basse bien moins profonde et corpulente qu’avec les DAC. Il est moins en phase que l’HyperX par exemple. C’est bon, mais plus commun.

Au niveau vidéo-ludique, sur notre scène test, autant dire que ça pulse pas mal. D’une part, la ligne de basse trouve là un excellent allié, et de fait, ça gronde, ça vibre, ça résonne, et c’est encore plus impressionnant avec le LiveStage. En revanche, ce dernier ne favorise pas du tout l’environnement, le casque étant un peu perdu sur ce qu’il a à faire. Par contre, une fois désactivé, c’est nettement mieux, l’environnement est précis, la bande son musicale bonne, même si elle pâtit là de l’excès de ligne basse. En tous les cas, les douilles tintent, les balles passent bien à droite et à gauche, les tirs percutent, les voix sont bien au-devant. Bref, la prestation est bonne. Pour le jeu, il faudra passer par la case micro perche, mais c’est aussi bon qu’avec notre scène test. Ici aussi, point de LiveStage, il faut le laisser travailler au naturel. Nous retrouvons de la force dans les explosions, de la précision dans l’environnement, bref il permettra de jouer dans de bonnes conditions.





Les nouveautés


Assassin's Creed : Syndicate (Edition Spéciale)
Prix mini : 36,66 €
dispo. dans 5 boutiques

Football Manager 2016
Prix mini : 29,31 €
dispo. dans 7 boutiques

Far Cry Primal
Prix mini : 30,78 €
dispo. dans 5 boutiques

Dirt Rally (Edition Legend)
Prix mini : 34,99 €
dispo. dans 4 boutiques

Rise Of The Tomb Raider
Prix mini : 39,99 €
dispo. dans 3 boutiques