Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 2198 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test boitier Thermaltake Suppressor F1

Article
Le petit modèle
Rédigé par
Publié le 14 Décembre 2015
Page: 2/6



Ce Cube est donc au format ITX et mesure 276 x 260 x 319 mm. Coté poids, nous sommes à 3.2 kilos, ce qui reste encore et toujours très léger.







Le Suppressor F1 reprend le châssis du Core V1, ses panneaux latéraux, mais pas sa face avant, qui est plus carré et qui imite l'aluminium, comme sur les autres Suppressor de la marque. Bref, c'est plutôt pas mal et simple.

Techniquement parlant, vous allez le voir, nous allons très vite faire le tour de ce boitier, car comme toujours avec les boitiers de type ITX, il n’y a pas grand chose à dire. La preuve, on commence avec la face avant et son plastique imitant l'aluminium. Cette dernière propose des ouïes filtrées sur les cotés et un petit logo de la marque est présent dans le bas.

Si l’on passe sur le côté gauche, on remarque le panneau de contrôle qui est placé sur le coté gauche de la face avant, et qui propose : les diodes d’activités bleues, le Power On, deux ports USB 3.0, les E/S Audio et enfin le Reset. Sur ce côté gauche, on trouve également une porte équipée d’une grille, qui est similaire à celle que l’on trouve d’ailleurs à droite. Sachez que les deux panneaux ont la même taille, comme celui du dessus d’ailleurs, ou encore comme celui du bas. On pourra donc jouer aux chaises musicales et installer la porte en plexi sur les cotés.



L’arrière maintenant avec : deux emplacements pour des ventilateurs de 80 mm, les deux slots d’extension au montage par vis et aux caches ajourés, l’emplacement de la backplate de la carte mère et enfin l’emplacement de l’alimentations dans le bas.

On termine sous le boitier, avec un panneau qui est aussi amovible. Sur ce dernier, on trouve quatre pieds en plastique dur et la grille d’aération à destination de l’alimentation avec son filtre amovible.



Les nouveautés