Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 1995 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Souris Mad Catz RAT 4

Article
Rédigé par
Publié le 08 Décembre 2016
Page: 3/5



Nous retrouvons cette étrangeté d’installation, à savoir, deux fichiers : le pilote d’un côté et le soft de l’autre. En revanche, entre temps, nous avons fait évoluer notre machine du quotidien et elle est passée sur une installation Windows 10 Edition Anniversary toute propre et non pas une mise à jour à partir de Seven. Et là, nouvelle surprise, il faut absolument un Framework 3.5 pour finaliser l’installation de deux parties, et pas un Framework plus récent, celui de 10 par exemple. En outre, l’absence de la signature du pilote impose en fonctionnement en désactivant le contrôle des signatures. Cela dit, Mad Catz a rapidement identifié le problème et a proposé quelques jours après une mise à jour qui a résolu le souci. De fait, une fois les choses remises en place, nous sommes face à une unique fenêtre qui n’est pas sans rappeler de très près celle de la RAT1…Si ce n’est que les options sont automatiquement plus nombreuses.

Ainsi, nous avons toujours la gestion des profils sous les trois liserés de menu. Il est toujours possible d’en créer autant que souhaiter, mais ils ne seront pas hébergés sur une puce mémoire de la souris, elle n’en a pas. Ensuite, nous avons les trois onglets Programming – Settings et Support.

Sur le premier, Programming, il sera question d’assignations des boutons. Mad Catz fait les choses de manière relativement simple, à l’aide de tuiles qu’il suffit de glisser-déposer directement sur les tuiles vides reliées aux différents boutons de la souris. Nous avons donc des fonctionnalités bureautiques : précédent-nouvelle fenêtre…mais aussi des boutons souris (logique), multimédias (morceau suivant, lecture-pause…) et des touches clavier. Une bibliothèque de favoris est disponible. C’est sur Custom que l’utilisateur pourra aller programmer ses macros en choisissant entre un mode Simple et un mode Advanced. L’enregistreur est plutôt sobre et il propose une option principale : délai entre saisies respectés ou sans délai. Il sera possible de leur affecter une image qui permettra donc de les identifier rapidement parmi les tuiles.

Sur Settings, la RAT4 regroupe tous ses réglages matériels. C’est donc ici que se trouvent les réglages de DPI : quatre niveaux courant de 800 à 5000 DPI par pas de 50. Il sera possible de couper le bouton de switch des DPI. Mad Catz propose une option d’extrapolation des valeurs des DPI mais précise dans le même temps qu’il ne faut pas trop y jouer sous peine de mettre en danger la précision. Nous avons encore le réglage de la vitesse du capteur géré par le bouton AIM, de l’angle snapping (sachant qu’il est préférable de ne pas non trop jouer avec), de la hauteur du lift-off (la hauteur du décrochage du capteur) et, bien sûr, du polling rate. La RAT4 prévoit un même un réglage de l’angle d’utilisation de la souris, l’idée est de proposer un déplacement aussi horizontal que possible. Enfin, l’utilisateur a l’option de couper ou pas l’éclairage.

Il reste, en dernier lieu, l’onglet Support est la partie classique donnant accès aux mises à jour, au site du constructeur, voire même au guide de l’utilisateur. Comme avec la RAT1, nous avons affaire à un soft assez simple, facile à prendre en main.









Les nouveautés