Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 2111 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Souris Mad Catz RAT 8

Article
Rédigé par
Publié le 27 Décembre 2016
Page: 3/5



C’est toujours Flux qui suit la souris, cela dit à chaque il est question d’une version propre à chacune des RAT. Cela dit, il n’y a pas de différences dans le fonctionnement du soft. Il s’articule autour d’une unique fenêtre dotée d’onglets, comme la plupart des softs de souris d’ailleurs.

Ainsi, Flux autorise-t-il à gérer les profils. Les liserés placés en haut à gauche ouvrent une fenêtre qui recense tous les profils crées par l’utilisateur. La souris, quant à elle, en embarque quatre à bord : un profil type défaut et trois à disposition, identifiables par la couleur du bouton de profil (celui placé sur l’ailette droite).

Pour le reste, nous avons l’onglet Programming qui permet de modifier l’assignation des boutons. Le système est simple, il est question de tuiles à glisser-déposer sur les emplacements reliés aux boutons de la souris. Nous retrouvons des raccourcis multimédias, les touches clavier ou encore les actions bureautiques, tout cela est au programme. Finalement, nous en avons autant qu’avec les petites sœurs. Et il est vraiment facile de programmer la souris. De plus, en arrivant sur Custom, l’utilisateur obtiendra l’enregistreur de macros prévu par Mad Catz. Celui-ci est identique à celui de la RAT4 ou de la RAT6. Il dispose de deux modes ; l’un nommé Simple n’offre aucune option, la deuxième se prénomme Advanced mais ne propose pas dans l’absolu pléthore d’options. Toutefois, nous avons la principale, à savoir le respect des temps de saisie ou une saisie avec temps entre frappes déterminé de manière manuelle.

Sur Settings, nous avons, à nouveau, les réglages de la souris du côté des DPI mais aussi du reste. Nous avons donc tout ce qui a attrait au capteur, rappelons rapidement qu’il est question d’un 3360. Il est donc possible de partir de 100 DPI pour monter jusqu’à 12000 DPI, par pas de 100 cette fois-ci. La RAT8 dispose de quatre niveaux. Pour le reste, nous conservons les mêmes options, plus ou moins utile. Du côté des moins utiles, l’angle snapping et le DPI Multiplier et du côté des très utile, le réglage du bouton AIM et du polling rate. Sur le plan des moyennement utiles, nous avons le DPI swith dont l’idée principale est de couper le bouton de changement des DPI.

Sur Kamelon, là, c’est la fête de l’éclairage et des jolies couleurs. La RAT8 propose, comme la RAT6, trois zones distinctes les unes des autres. Les diodes RGB sont de la partie, du coup, il sera jouable de trouver la couleur qui correspond à la fois à son ensemble et à son humeur. Nous avons ici aussi les cinq comportements : arc-en-ciel, respiration, battement, cycle et cycle clignotant.

Le dernier onglet est le classique Support qui permet à la fois de se rendre sur le site du fabricant et vérifier les éventuelles mises à jour, voire télécharger des profils. Que ce soit avec la RAT4, la RAT6 ou la RAT6, Flux reste un soft de support facile, peu complexe à prendre en main.