EN DIRECT 1367 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Casque HyperX Cloud Revolver GoW

Article
Rédigé par
Publié le 01 Décembre 2016
Page: 3/4



Sur la question du confort, étant donné qu’il n’est rien d’autre…que le même. De fait, le niveau de confort est excellent. D’une part, le système de suspension parvient à parfaitement gérer l’appui sur le haut de la tête. Le bandeau est agréable au toucher, ce qui ne gâche rien. De plus, la mousse qui n’est pourtant pas épaisse reste assez souple. D’autre part, les oreillettes offrent de larges ouvertures, et permettent donc aux oreilles d’avoir assez d’espace. Le seul point dommage par rapport à cela, c’est que le cuir soit exclusivement cantonné au bandeau et qu’HyperX n’est pas poussé plus avant le concept en l’étendant aux oreillettes. Le clamping est bon et le casque tient bien en tête. Le Revolver n’est pas sensible à l’inertie, sauf en cas de mouvements très rapides n’ayant rien à voir avec une utilisation classique. Avec la perche de micro détachable, il bénéficie d’une certaine polyvalence, à la condition d’accepter de se balader avec un casque au look fort.

Avant d’aborder la question du son, nous apportons une précision que nous avons déjà donnée dans la vidéo de présentation et en introduction : il n’y a pas de Beyerdynamic dedans… Sans que cela ne soit dommage, car nous continuons à penser le plus grand bien de la qualité audio de ce casque, c’est une erreur regrettable. A la fois de notre part et de celles d’autres, car identiques en tous points, il semblait évident que le casque provenait de Beyer. A la fois de la part d’HyperX qui n’a jamais nié l’erreur, surfant un peu sur la confusion. Cela dit, comme nous le disions, il n’en reste pas moins que le casque met en avant un bel équilibre sonore. Le test du Revolver est assez récent, pour ne pas dire très récent. Nous ferons donc beaucoup plus court concernant la restitution sonore. En effet, le Revolver série GOW génère exactement les mêmes qualités, et donc peu de défauts. Il s’adapte bien à nos deux DAC. D’une part, avec l’Essence One, nous retrouvons toujours ce rendu spectral intéressant. Il met toujours en avant une belle corpulence sur la ligne basse, tout en restant raisonnable, sans excès. Cela dit, il faut tout de même reconnaître que la puissance est au rendez-vous. Mais comme le précisions, cette puissance des basses se place à mi-chemin de ce que proposaient l’Hyper X Cloud, puissant en basses, et le QH-85, plus aéré, plus neutre. Il conserve aussi cette précision qui lui permet d’être plus que plaisant. Il restitue chaque partie du spectre sans qu’aucune ne vienne en confrontation avec les autres. En passant sur le Mini-I, il accompagne de belle manière l’aspect chirurgical de ce DAC. Le Revolver est un casque facile et polyvalent, il garde la maîtrise quelle que soit la source. Ainsi, arrivé sur le Mini-I, il renforce encore l’aspect précis dans la restitution. Les basses deviennent encore un peu plus dynamiques, avec une rondeur un peu plus prononcé. Mais c’est du côté des voix que le Revolver s’améliore encore, sachant que la performance était déjà très intéressante avec l’Essence One. Nuance, finesse et précision sont, sur ce point, encore un peu plus performantes. Bref, au final, la restitution musicale ne posera pas de problème, il est bien dans son élément.

Sur la restitution vidéoludique, le constat est identique à ce que nous pouvions dire sur l’autre Revolver. Il est agréable, performant et se sort parfaitement bien de toutes les situations. Il est très polyvalent, c’est une grande force de ce casque. Que ce soit en écoute musicale, sur un film ou encore un jeu, la qualité est au rendez-vous, avec de la précision, de la maturité dans la restitution, de la maîtrise et surtout de la finesse. Certes, nous ne sommes tout de même pas au niveau d’un vrai casque Hi-fi mais l’ensemble est plus que sympathique. Maintenant le Revolver souffre de deux défauts. Le premier est relatif : son arceau métallique. C’est pourtant un gage de solidité, mais force est de constater qu’à chaque fois que l’utilisateur le choque, d’une manière ou d’une autre, l’arceau résonne d’un magnifique DOIIINNNNG puissant dans les oreillettes. Ce n’est pas très agréable, il faudra donc éviter ce type de petit dérapage. Le deuxième défaut, moins relatif celui-ci, est son prix de vente. Le Cloud ou le Cloud X s’échangent contre quelques 90 euros, voire même nettement moins lorsqu’ils sont en promo. Malheureusement, le Revolver, qui est, finalement une nouveauté, est tarifé quant à lui 120 euros et ce modèle, série spéciale, pas moins de 130 euros. C’est une somme pour un casque qui, avec un look peut-être un peu moins moderne (et encore c’est relatif), coûtera largement 40-50 euros de moins. Du coup, la question se pose de chercher un Cloud ou un Cloud X dont les caractéristiques sont identiques, notamment avec le manque de fidélité du micro. Il nous faut ajouter qu’en plus la télécommande est beaucoup moins pertinente que celle du Revolver précédent. En effet, elle est placée à la bonne distance pour être activé, du fait de sa petite molette, par une rotation de la tête. Il n’est pas rare de modifier le volume accidentellement. De fait, en termes d’utilisation, elle est clairement perfectible. Comme quoi, les utilisateurs de console ne sont pas toujours traités comme les joueurs PC qui disposent d’une télécommande beaucoup plus efficaces et mieux conçues.