EN DIRECT 1114 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Casque Cooler Master MasterPulse Pro

Article
Rédigé par
Publié le 16 Janvier 2017
Page: 3/4



Ce MasterPulse Pro est donc identique, excepté sur quelques points techniques, au MasterPulse, notre avis sur le confort ne diffère donc pas. Le casque reste lourd, c’est indéniable, mais le système de suspension fait bien son travail. Le bandeau est suffisamment large et amortit, à la fois par les coussins et la suspension, parfaitement le casque. De fait, il ne pèse pas tant que cela. Pour le reste, nous retrouvons la même chose, à savoir une ouverture d’oreillettes un peu juste. Il ne faudra pas donc avoir de trop grandes oreillettes, sinon, elles risquent fort de frotter contre les bords. Le clamping est plutôt bon, d’autant que celui-ci ne joue pas la carte de la polyvalence comme son prédécesseur. Il est, en effet, captif de par la présence d’un connexion USB. De fait, il tient suffisamment en tête, et surtout, il isole de manière plus que performante. Sur ce point, il se débrouille bien puisqu’il ne laisse pas passer grand-chose.

Sur le plan du son, il est évident que le MasterPulse ne pourra pas passer sur nos DAC puisqu’il est prévu pour une connexion par USB. De fait, à la première écoute, force est de constater qu’il n’est pas désagréable, au même titre que son petit compère. Toutefois, il conserve l’aspect plutôt plat que nous avions constaté précédemment. Heureusement, celui-ci dispose d’une petite carte son qui permettra de modifier le spectre. Et ce n’est pas plus mal. Il faut préciser, cependant, que certains des réglages proposés n’ont, à notre avis, pas grand intérêt. En effet, sur les trois réglages : Music, Movie, Gaming, le Movie est définitivement trop terne et plat pour être utilisé. La carte son « offre » un fonctionnement sans incidence sur le spectre, en résumé, au naturel. Là aussi, le MasterPulse Pro est encore trop plat pour qu’il soit envisageable. Il ne reste que deux modes intéressants : Music et Gaming. C’est heureusement sur Music qu’il faudra procéder à ses écoutes. Il n’en reste pas moins pour autant qu’il reste assez plat, pour ne pas dire trop neutre. De fait, si la mise en place des platines ou pas a clairement une incidence sur le rendu de la ligne basse, le casque peine un peu entre les deux : soit la ligne basse sur nos FLAC manque de profondeur, mais pas de dynamisme, soit elle est plus profonde mais semble un peu lointaine. Les médiums sont, de leurs côtés, plutôt dans une bonne moyenne et restent propres, notamment du côté des voix. Ils ne parviennent pas à se départir d’un certain manque d’ampleur. Les aigus sont présents mais manquent eux aussi d’un peu de finesse. Ils ne déméritent pas complétement, mais il est sensible que la prise de hauteur n’est pas totalement au rendez-vous. Au final, sur le plan de la restitution musicale, il est évident que le MasterPulse peine à décoller, son aspect plat est un frein sensible. C’est dommage car malgré tout, il est assez précis, aurait pu vraiment bénéficier de l’apport du Bass FX. Ce dernier ne semble pas totalement libéré. Cela dit, l’équilibre avec/sans platines est moins mis à la peine qu’il ne l’a été avec le MasterPulse analogique sur nos DAC. Le Pro est peut-être au final un peu plus polyvalent, sans pour autant déchaîner les foules. Enfin, la scène est d’une bonne largeur et la spatialisation n’appelle pas la critique. Le casque ne sature pas non plus, y compris à haut volume. En revanche, la carte son a une petite propension au souffle, a priori par un excès de sensibilité, car ce dernier n’est présent qu’au moment du lancement de la bande-son.

En utilisation vidéoludique, le MasterPulse Pro n’est plutôt pas mal, à la condition expresse de jouer avec le bouton du spectre. En effet, en activant le 7.1, certains réglages de spectre ne permettent pas de profiter de suffisamment d’ampleur dans la restitution. Le plus étonnant au final réside dans le fait que ce n’est pas avec les réglages dits Music et Movie que le casque donne le meilleur de lui-même. En coupant l’égaliseur, on obtient un rendu beaucoup plus plat mais tout à fait correct. Sur le plan de la spatialisation, si on ne peut, comme toujours, pas parler de vraie spatialisation, mais d’un bon renforcement de l’immersion. En effet, la mise en route du 7.1 renforce les effets de l’environnement, ils deviennent plus présents et sont donc mis en avant. L’aspect spatial joue beaucoup sur la latéralité et cela autorise une bonne sensation d’immersion, avec un son qui tourne un peu. Toutefois, là encore, un peu comme avec la restitution musicale, la ligne basse est un peu faiblarde, platines en place. C’est mieux, du côté des explosions et des grondements, sans, avec encore une légère absence de profondeur. En effet, le casque manque d’un peu de longueur dans la résonnance pour obtenir un vrai aspect caverneux. Pour le reste, le MasterPulse Pro amène une bonne précision, malgré l’aspect un peu terne inhérent à la restitution. De fait, les voix sont bien placées, les médiums bien présents quoique qu’un peu dur, notamment sur certaines parties qui claquent un peu. Les aigus sont corrects, ils parviennent à rester précis et donc à tirer leur épingle du jeu. La bande son musicale tend à passer plutôt en arrière, un peu masquée par la bande son environnement-voix. C’est assez notable sans pour autant être totalement rédhibitoire. En jeu, le constat est finalement le même qu’en film. A savoir que le MasterPulse propose ici un rendu très correct, d’autant que la bande son est toujours plus légère que sur un film. Le réglage Gaming sera à privilégier. Dans ses conditions, il est plutôt informatif et surtout il est assez facile de percevoir d’où proviennent les tirs de laser (SWBF). De plus, la bande-son musicale n’est, cette fois-ci, pas mise en défaut. Il est bien à l’aise dans l’exercice. C’est bien ici qu’il s’exprime. Du côté de la voix, pas d’inquiétude, il fait son travail, mais les critiques sur le fait d’étouffer la voix et de l’assourdir sont bien toujours d’actualité.

Partagez :