EN DIRECT 2514 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Casque Corsair Void Pro RGB

Article
Rédigé par
Publié le 27 Septembre 2017
Page: 4/5

Si le VOID Pro met en avant un look avenant, son confort est presque aussi bon que le design plaisant. Si nous modérons la notion de confort, c’est surtout parce qu’il pêche par un point. Le clamping n’est pas suffisant. De fait, il bouge sur la tête, y compris sur les mouvements raisonnables. Le VOID premier du nom marquait le pas sur cet aspect, il n’a pas évolué, c’est un peu dommage car c’est sensible. D’autant que pour le reste, il propose un confort plus qu’honnête. Il ne pèse pas outre mesure sur la tête, le coussin gère bien l’appui. L’ouverture des écouteurs est suffisante, l’utilisateur devrait y trouver l’espace adéquat. Si Corsair corrigeait ce clamping un peu faible, nous aurions un carton presque plein. Le tissu maillé participe du confort et est plutôt doux au toucher.

Du côté du son, le VOID Pro, à la première connexion met en avant un rendu que nous avons déjà croisé avec les autres VOID. Comme nous le précisions à ce moment, le VOID a bien revu sa copie par rapport à la gamme Vengeance. En effet, si cette dernière était assez déséquilibrée au niveau de la restitution, ce n’est plus le cas. Indéniablement, la première écoute est tout à fait correcte. Ce n’est pas encore parfait, mais la précision est globalement au rendez-vous. Le passage par l’égalisation n’est nécessaire que pour adapter encore un peu le spectre à son habitude d’écoute. Toutefois, nous retrouvons encore une fois une petite faiblesse sur les basses. Elles manquent un peu de profondeur mais elles restent globalement appréciables, avec une bonne dynamique. Il est possible de renforcer un peu l’aspect caverneux grâce, encore une fois, à l’égalisation. Du côté des aigus et des médiums, c’est plutôt bon. En effet, la présence est nette, la découpe intéressante, ce qui amène un rendu appréciable. Les aigus ne sont, certes pas cristallins, mais ils sont assez vivaces, sans sécheresse. Il n’y a donc pas d’agressivité sur ce plan. Du côté des médiums, là aussi, c’est relativement plaisant. Notamment sur les voix qui conservent une belle tonalité. De fait, la partie médiane dispose d’un espace suffisant et de bonne qualité. Il est fondamentalement agréable à l’écoute. Il sera possible de choisir une tonalité un peu plus neutre en passant en Pure Direct. Certains pourront la trouver un peu plate, d’où l’intervention sur l’égalisation. Force est de constater que les réglages permettent d’affiner réellement le spectre et d’améliorer de façon très convaincante telle ou telle partie du spectre. En revanche, il n’est pas opportun du tout d’activer le Dolby sur une écoute musicale. Ce dernier dénature trop le rendu pour être conseillé. Nous avons toutefois un petit défaut : le souffle. Très souvent, la connexion USB n’y échappe pas et c’est le cas ici. Il n’est cependant pas particulièrement audible et disparaît dès la mise en action du morceau.

En utilisation vidéoludique, le Corsair est plutôt convaincant, notamment en stéréo. Il est, à ce moment, relativement équilibré. De manière globale, il avance une certaine finesse sur l’environnement et sur les voix. En revanche, il marque un peu le pas sur le rendu des basses. En effet, elles sont un peu tendues et pêchent donc par un manque de profondeur. Cela dit, il parvient à resituer de manière relativement probante l’ensemble de la bande-son. La musicale ne souffre pas et conserve suffisamment de précision pour que l’ensemble soit cohérent. En activant l’émulation 7.1, les voix perdent un peu de naturel mais passent nettement plus en avant. L’environnement se renforce, avec une présence plus importante des petits bruits. Il n’y a pas de franches différences sur la ligne basse. Le VOID renforce donc son immersion et spatialise un peu les choses. Ce qui n’est, au final, pas du tout désagréable. Toutefois, ne comptez pas obtenir une réelle spatialisation à l’image d’un 7.1 physique. Il est cependant possible de ressentir un rendu avant-arrière-droite-gauche léger et ce n’est déjà pas mal. En revanche, il conserve l’aspect remarqué précédemment, il souffle, et ce quel que soit la bande-son. En jeu, nous retrouvons ce même type de comportement, avec un peu plus d’aisance en fonction de la bande-son, parfois moins complexe qu’un film. De fait, l’immersion est bonne, encore une fois. La spatialisation est assez convaincante, sans pour autant qu’elle en devienne épatante. Du côté de la voix, c’est correct, mais elle reste toujours un peu métallique et sensible à l’écho. Pas d’inquiétude, la voix reste parfaitement audible par les coéquipiers, même si elle n’est pas des plus naturelles. Reste enfin à aborder la nouveauté de ce casque : le rétroéclairage des logos sur les platines. C’est sympathique et permettra à l’utilisateur de choisir de jolies couleurs. Certes, cela n’apporte rien sur le plan de la qualité audio. Sur le plan esthétique, c’est différent, cela plaira ou pas…Cependant, à travers les comportements du rétroéclairage et les couleurs, il y aura possibilité d’afficher ses états d’âme ! Au final, le VOID ne fait que suivre les effets de mode.

Partagez :





Concours