Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 488 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test Ecran Philips 349X7F

Publié le 26 October 2017
Page: 6/7

Donc c’est le moment d’allumer cet écran ; après vous avoir parler de toutes les caractéristiques techniques de cet écran, il est temps d’arrêter de vous faire languir et de dire notre ressenti face à tout ça. A la mise sous tension, avant même d’allumer le pc, deux choses choquent. De un, un écran bleu assez lumineux qui risque de vous éblouir, surtout si vous êtes dans le noir. Mais il annonce la couleur (pas bleu hein) : rien que ça, ça en jette et on a déjà le visu sur la taille de l’écran, et même si nos yeux en ont pris un coup, il y a là une certaine satisfaction. De deux, c’est ce logo éclairé, il est un peu puissant. Dans la journée ça passe encore, il rend bien, mais le soir il devient gênant. Bienheureusement, on peut régler sa luminosité voir l’éteindre via l’OSD.

Puis arrive le vrai démarrage de l’ensemble. Avec une résolution pareil, votre image de démarrage sera toute pixelisée et étirée, de même que dans le BIOS, ceux-ci sont standardisés FHD. Que diable, ce n’est pas le plus important : l’OS arrive enfin.

Il faut d’abord régler la bonne résolution et changer de fond d’écran par la bonne taille : quand cela est fait, c’est le bonheur. L’écran offre de très bonnes couleurs, les noirs sont profonds et la place sur le bureau de l’OS ne manque pas. Mais les plus regardants ne manqueront pas de noter quelques défauts : une légère fuite de lumière sur les angles et une baisse de contraste quand on n'est pas bien en face de l’écran, qui s’accentue quand on prend de l’angle. Ceci dit, on s’y fait très vite, et la beauté des images ne manquent pas de nous faire oublier ces petits désagréments.

Si vous avez opté (et réglé) pour acquérir les 100Hz, une fois de plus la mayonnaise prend, sur le bureau nous avons le droit à une belle fluidité quand on déplace des fenêtres ou du texte.

Pour ce qui est de la vidéo, si vous avez un film en 21:9 il est temps de le tester. Sinon, go Youtube ; même s’il est rare de trouver du contenu en 21:9 dessus, on en trouve, et là encore l’immersion est présente, les couleurs sont sublimes et la finesse de l’image ne vient pas gêner ce plaisir.

Pour ce qui est des jeux, l’analyse est la même que pour les vidéos. Mais il faudra choisir son jeu pour tester, car cette résolution n’est pas commune et tous les jeux ne sont pas pris en charge. Si Witcher 3 ou Dishonored 2 prennent en charge nativement cette résolution, les anciens jeux comme Fable 1 ou même des plus récents comme No Man’s Sky ou Fallout 4 demanderont quelques réglages plus ou moins complexes pour profiter au maximum de cet écran (nous y reviendrons dans un dossier spécial 3440 x 1440).

Parlons des bords fins maintenant. Eteint, nous avons l’impression que la dalle va couvrir tout l’espace noir, et bien non, encore une fois nous avons une bande noire de 8mm parcourant le tour de l’écran. Ça reste quand même plus classe que les gros bords.

Comme dit précédemment, le bureau de l’OS a de la place, à l’heure où nous écrivons ces lignes, il y a trois fenêtres ouverte simultanément, bien rangées : à droite le soft pour écrire l’article, qui prend la moitié de l’écran, en haut à gauche les caractéristiques de l’écran (mon antisèche) et en bas à droite un exemple d’article de CCL. Et toute cette organisation ne me dérange pas pour le moins du monde, nous n’avons pas besoin de jongler entre les différentes fenêtres en plein écran.

Cependant, quand on arrive sur le net, en plein écran, certains sites ont des réactions différentes. Tandis que certain vont zoomer pour s’adapter à la largeur de l’écran, laissant donc parfois des textes ou image trop grosses, d’autres ne bougent pas et occupent à peine le tiers de l’écran au centre (ou bien à droite pour certain site). Ce qui peut être déroutant au début, entre dézoomer les sites trop gros et passer la vue du centre vers la droite. Beaucoup de gestes à faire. Mais on s’y fait. A moins que vous n’adoptiez la méthode "Internet que sur la moitié de l’écran", ce qui ne rendra pas plus illisible votre site préféré.

En ce qui concerne ingame, ou même pendant d’autres utilisations, même avec un GPU non FreeSync (GTX 1080 Ti), je n’ai pas rencontré de tearing ou stuttering. L’ensemble est fluide, même sans V-Sync du moment que l’on reste dans la plage de FreeSync. Seuls certains jeux peu gourmands sont sujet à ça, mais l’activation du V-Sync arrange le tout.

Je n’ai pas observé d’effet de ghosting. Et le test des UFO’s le confirme. L’ensemble passe bien.

Pour les mélomanes que nous sommes, tester un son est plus délicat pour moi, surtout quand on sait que les enceintes tiennent dans un écran plat. Le son est assez casserole et manque de basse, il est cependant assez clair et a de la puissance sans pour autant perdre en qualité. Si pour certains cela est amplement suffisant, les mélomanes ne manqueront pas d’activer la sourdine de l’écran.



Les nouveautés