Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 1566 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Souris Cooler Master MM530

Article
Rédigé par
Publié le 13 Novembre 2017
Page: 4/5

Malgré la présentation commune des souris, la quasi-absence de différence dans l’appellation, la MM530 est réellement différente de la 520. En effet, autant la 520 était-elle annoncée comme spécifique et l’était au niveau de sa prise en main. Autant la 530 est annoncée tout aussi spécifique : palm grip mais est facile et finalement peu spécifique. En effet, la MM530 ne demandera pas énormément de temps d’adaptation. La coque est assez consensuelle et d’un dessin classique pour que sa prise en main ne pose pas de problème. Même si Cooler Master la promet comme étant une souris prévue pour un palm grip, il s’avère que nous avons pu jouer avec aussi bien en finger et en claw grip. Certes, le finger demandera de grandes mains tout de même, mais la coque n’est pas d’une longueur démesurée et les clics remontant assez loin facilitent ce type d’utilisation. Le claw est lui plus facile, exige tout de même de moins grands battoirs. Cela dit, elle est effectivement très à l’aise en palm, sa longueur relative permet de bien aplatir la main, de trouver l’espace nécessaire. Au final des deux souris Cooler Master, elle est indéniablement à conseiller pour ceux qui n’auraient pas encore parfaitement identifier leur type de prise en main.

Les boutons de la MM530 sont de la même qualité que ceux de la MM520, autant dire bons donc. Nous retrouvons donc des clics larges et plats, sur lesquels l’espace est très suffisant. Ils sont équipés des mêmes switches Omron garantis 20 millions de clics. De fait, le déclenchement est net et ferme, la course moyenne. Ils sont tout à fait agréables. Comme souvent, les boutons de DPI/profils sont placés un peu trop haut pour être exploitables en jeu. La molette est tout à fait recommandable. Elle reste peut-être encore un peu en deçà de nos attentes : elle est fine et trop plastique. Cela dit, au niveau du fonctionnement, elle est performante. Les crans sont bien marqués et précis, le défilement légèrement freiné. Les boutons latéraux ne sont pas loin d’être parfaits. En effet, ils sont larges et bien placés. Ils auraient pu être parfait si le premier n’était pas trop en avant. Le bouton arrière tombe parfaitement sous le pouce, c’est indéniable. Mais c’est un peu plus difficile pour le premier, il demande à étendre conséquemment le pouce.

Nous ne nous étendrons pas longtemps sur le capteur puisqu’il s’agit du même Pixart 3360 que sa consoeur. Il est donc optique et franchement bien adapté à l’exercice. Que ce dernier soit quotidien et laborieux ou ludique et tout aussi quotidien. En effet, il ne décroche pas, excepté dans des conditions qui n’ont rien de classique et d’ordinaire. Il reste aussi précis et fluide sans effet de crénelage – quoique cela fait bien longtemps que nous n’avons pas eu de capteur « carré ». Finalement, comme toujours, c’est plus du côté du côté du niveau maximum de DPI atteignant 12000 DPI que nous serons critiques, comme toujours…Qu’en faire ? Il y en bien trop pour que cela soit utilisable au jour le jour. Même sur un 4K, 3500 seront bien assez, soit 8500 de trop (ou pas loin).

Sur le plan de la glisse, la MM530 est un peu moins facile que la MM520. Elle offre un peu plus de résistance et c’est de suite notable, surtout en comparaison directe. De fait, sur notre Func 1030 XL, si la douceur est bien présente, le frottement dans les déplacements se ressent. Il n’en reste pas moins que son niveau n’est pas des plus importants et que l’ensemble reste facile. Avec notre Steelseries 9 HD, au grain de bonne taille, la glisse est plus facile. Les patins s’adaptent mieux au grain du tapis, et nous retrouvons donc une belle souplesse dans les déplacements. C’est au prix de l’apparition d’un peu de rugosité. Rien de bien méchant toutefois. Arrivée sur notre Saitek Cyborg, la MM530 met en avant une glisse si facile qu’elle en devient exigeante. La précision dans les déplacements devra être de mise. Cela s’accompagne évidemment d’une superbe souplesse. C’est, à n’en pas douter, un excellent couple, mais il ne pardonnera aucun écart. C’est tout à fait performant en passant sur notre plus vieux tapis : le Nova Winner III. Elle parvient à ne pas trop coller en début de mouvement et la douceur est bonne. La résistance franchit un pas ici. Sur un tapis tissu, le Noppoo, c’est tout simplement excellent. C’est l’une des souris les plus faciles sur tissu ; la résistance, pourtant inhérente à ce type de surface, n’est pas particulièrement importante. Elle s’accommodera parfaitement d’un tapis tissu. Bref au final, nous avons là une souris qui s’adaptera parfaitement à presque toutes les surfaces, excepté les surfaces rigides lisses, dite rapides.



Les nouveautés