Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 790 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Casque HyperX Cloud Alpha

Article
Rédigé par
Publié le 07 Décembre 2017
Page: 3/4

Comme de tradition, avant d’aborder la question du Son, il nous faut passer par la case confort. C’est essentiel, surtout pour un casque que nous sommes, tous, amener à arborer pendant de longues séances. L’Alpha va avoir une bonne corde à son arc : son poids plutôt contenu. Avec cette petite perte de poids, l’Alpha qui reprend beaucoup, tout de même, du Cloud s’en sort bien, même très bien, au niveau du confort. Son seul défaut provient d’une largeur d’ouverture à peine assez grande pour y caser dans un confort royal les oreilles. Il manque quelques centimètres pour que cela soit parfait. En revanche, force et de constater que le skaï, de bonne qualité, est tout à fait doux au contact. Sur le maintien sur la tête, c’est excellent, très bon clamping. Ce dernier n’est ni trop faible, ni trop puissant. Le Cloud tient bien sur la tête et supportera donc aussi des sorties en extérieurs. Sa polyvalence n’est donc pas un vain mot, micro détachable et jack unique, il est prêt.

Sur le plan de la qualité sonore, nous retrouvons un casque connu fondamentalement, mais l’arrivée des nouveaux HP à double chambre modifie assez notablement la donne. De manière générale, nous ne constatons pas d’imprécision ; le Cloud Alpha est bien dans la droite lignée. Toutefois, force est de constater qu’en comparaison du Revolver, il a renforcé le rendu sur le spectre haut-médium et médium, tout en conservant une belle rondeur sur les basses. Il garde aussi pour lui un beau rendu sur les aigus. De manière général, il est moins rond, moins soft que le Revolver. Il propose un dynamisme notablement plus costaud sur le spectre médian. Ce n’est clairement pas pour déplaire sur l’écoute musicale. Ce constat est valable sur l’Essence One d’Asus. L’Alpha se marie bien à ce DAC chaud et vivant. En passant sur le Matrix, l’Alpha s’apaise un peu sur le plan médian, tout en perdant une tonalité. C’est très net en comparaison directe avec le Revolver. Il se tasse et perd en aération. Ce qui, en soi, est assez étonnant car ce DAC frais est normalement parfait sur la précision et sur l’aération du spectre. Attention, il n’en reste pas moins que l’Alpha s’en accommode plutôt bien et qu’au final, nous avons encore là une belle performance. Sur les basses, la perte d’aération est sensible et procure une sensation d’étouffement. Un peu comme si elles ne parvenaient pas à trouver l’espace nécessaire. La double chambre sur ce DAC semble être moins pertinente qu’avec l’Asus. Les aigus restent tout aussi convaincants qu’avec notre Essence, avec une once de finesse et d’attaque en plus. Vous pourriez considérer que notre avis est négatif, soyons clairs : ce n’est pas le cas. Fondamentalement, l’Alpha est un bon, un très bon casque, mais nous en attendions une performance équivalente à celle du Revolver. Comme quoi, d’une série à l’autre, le résultat n’est pas toujours identique. L’Alpha s’adaptera mieux d’une source chaude et sera peut-être un peu serré avec une source fraîche et précise. Du côté de la largeur de scène, elle subit ce que nous présentons ci-dessus : l’effet resserré contraint un peu le spectre. Toutefois, elle reste tout à fait dans les clous. Question saturation : il y a de quoi pousser sans qu’il se désunisse et il parviendra tout à fait à vous percer les tympans.

Le Cloud Alpha est un casque donc facile et performant en écoute musicale. Reconnaissons qu’il n’est pas mal du tout en utilisation vidéoludique. Il profite très largement de son aspect précis et d’une scène assez large. D’une part, il ne faiblit pas sur l’environnement, et il rend bien tous les différents petits éléments qui renforcent l’immersion. D’autre part, il se comporte parfaitement bien tant sur les basses et le rendu de la bande son musicale. Toutefois, et c’est particulièrement notable en comparaison du Revolver notamment pendant le visionnage et l’écoute de notre scène test ; branché sur l’Essence One Asus, il conserve cette puissance nette sur les médiums. Par conséquent, il propose une spatialisation, certes simple stéréo, très sensible et de bonne qualité. Il faut même avouer qu’il est un peu trop porté sur les médiums et que, sur notre scène test, il force un peu trop le trait. Il perd un peu de rondeur et de douceur par rapport au Revolver. Pour autant, la ligne basse gronde de belle manière mais sans excès et renforce les explosions. Elles descendent bien quand il le faut tout en restant très maîtrisées. Les aigus sont présents, mais passent peut-être un peu plus en arrière malgré tout. Au final, quoiqu’un peu fort en médiums, il est un compagnon de bon aloi. En jeu, Il s’en sort de la même façon. Médiums en avant, bonne ligne basse et voix bien présentes. De fait, il permet de jouer dans d’excellentes conditions. La voix est bien rendue et les coéquipiers profitent d’une voix relativement fidèles. D’autant que les logiciels de voix ont, eux aussi, bien évolués, apportant une qualité audio en net progrès. Enfin dernier point, l’Alpha isole plutôt bien. La conception fermée du casque, le clamping et une bonne mousse autour des oreilles (pas dans le verre…) suppriment assez nettement une partie de l’environnement sonore. Nous sommes loin des -20 dB d’un MMX 300 mais il s’en sort plus qu’honorablement. Un bon point encore.






Concours