Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 897 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Boitier Deepcool Baronkase Liquid

Article
Rédigé par
Publié le 07 Février 2018
Page: 4/6

Le boitier laissant le choix, nous avons opté pour une configuration ATX, c'est tout simplement celle que nous utilisons pour les tests de refroidissement.

Et tout d'abord, l'alimentation ! On place la rallonge dessus, puis un adaptateur avec quatre vis avant de tout mettre en haut du boitier. Une opération relativement simple mais qui demande de retirer la poignée du boitier. Poignée qui est tenue avec des vis à têtes plutôt molles ; il faudra choisir avec soin son tournevis sous peine de s'énerver un peu.

Le sens de l'alimentation est ainsi imposé et le ventilateur se retrouve vers la façade, avec de larges évents pour respirer. La bonne nouvelle est que les connecteurs modulaires sont directement accessibles.

Pour le stockage, rien de neuf chez Deepcool avec des disques durs 3.5" qui prennent place sur deux plateaux en acier maintenus par une vis à main chacun.

L'installation d'un disque 2.5" n'est pas plus compliquée mais demande une petite organisation si on opte pour le plateau côté verre trempé. Le disque rentrant partiellement dans l'indicateur de flux, il faut d'abord câbler avant de ranger.

Arrive le plus compliqué : la carte mère et la carte graphique (340mm). Nous l'avons vu, la place est limitée et il faudra bien rentrer la carte mère de biais ou retirer le ventilateur arrière. Une fois la pompe décrochée de son support et ce dernier mis dans le carton, forcément.

Le waterblock s'installe très facilement avec une backplate, quatre tiges filetées avec quatre écrous et deux barres avec deux écrous. Comme toujours, la visserie est entièrement grise.

La carte graphique, une EVGA GTX 950 dans notre cas, prend place sur les équerres PCI avec des vis à main. Il nous aura fallu enlever le cache central pour que la carte rentre.

Le câblage des différents éléments est ensuite une simple formalité, sauf pour le 20+4 ATX qui ne trouve pas facilement sa place. Les passages sont en effet recouverts, sauf avec une carte peu large et il faudra donc forcer devant le connecteur ou bien passer par la trappe, retirée ou non. Mais surtout, la conception même du boitier impose des contraintes sur les connecteurs SATA. S'ils sont coudés, le format mATX prend ici tout son sens avec des connecteurs bloqués si on passe en ATX. Attention à bien regarder si les éventuels contrôleurs et ports selon les besoins de la configuration.

Ne reste qu'à tout refermer et à allumer le PC. Et c'est beau. Et bruyant.

Sont éclairées les éléments suivants : la pompe, le ventilateur du haut, l'indicateur de flux et partiellement le SSD, le logo en façade et le bas de la façade. La gestion se fait facilement avec trois boutons sur le haut du boitier, avec des câbles qui sont directement soudés au PCB. Pas de possibilité, sans bidouille, de passer par un contrôleur tiers.



Les nouveautés