Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 737 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Clavier Cooler Master MasterKeys MK750

Article
Rédigé par
Publié le 15 Février 2018
Page: 2/5

Le clavier, quant à lui, est placé dans une housse réutilisable. Il met en avant une excellente finition. La jonction entre la lame de plastique aspect laqué et la plaque d’aluminium est nette, sans trace d’ébavurage imparfait. L’alu est embouti et forme des pans biais sur les côtés gauche-droit et arrière. Bref, c’est propre. Le plastique granuleux est cantonné au-dessous du clavier. Par conséquent, en termes de qualité perçue, le MK 750 intègre les bons élèves. En revanche, à la prise en main, petite déception concernant le poids du clavier, il semble assez mesuré. L’aspect massif d’un clavier mécanique rassure toujours, c’est un peu moins le cas ici.

Le MK 750 est donc un clavier mécanique doté de touches hautes. Le marquage est assez sobre et reprend celui de la série Masterkey. Seule la barre Espace dispose d’un liseré. Même la touche de fonction joue la carte classique en laissant de côté le logo de la marque pour un Fn. Le clavier se resserre autour des touches et présente des bords fins. Malgré un format complet, il reste assez compact. Les touches de fonction sont doublées de commandes diverses et variées. En effet, il intègre un joli nombre de combinaisons puisqu’il se dispense partiellement de support logiciel. Partiellement, car restera possible toutefois d’installer le pilote. Ainsi, de F1 à F8, trouvons-nous les réglages concernant le rétroéclairage, comportement, teintes RVB et autres macros de couleurs. Sur la touche F9, Cooler Master place le blocage de la touche Windows. F10 gère le rétroéclairage individuel de touche. F11 et F12 prennent en charge l’enregistrement des macros à la volée. Enfin sur la série Imprim écran, sont situés les différentes boucles liées aux macros. Il est évident qu’un moment d’apprentissage s’imposera pour pouvoir conserver ces combinaisons en tête. Les commandes multimédias se trouvent sur les pavé Ins, côté gauche, pour volume plus et volume moins. Enfin, sur les flèches, nouveau doublage de commandes avec l’apparition du sens de circulation des effets RGB ainsi que leur vitesse. Au-dessus du pavé numérique, le MK 750 accueille quatre boutons rectangulaires en plastique aspect qui finalisent la série multimédia : lecture/pause, stop, morceau précédent et morceau suivant. Tout est bien présent, y compris les profils dont l’indication est portée sur la partie latérale qui fait face à l’utilisateur sur les chiffres : 1, 2, 3 et 4, donc quatre profils. Sous le MK 750, la plaque châssis en plastique granuleux reçoit deux patins de caoutchouc sur la partie avant. Les deux pattes de surélévation sont intégralement recouvertes de gomme et, repliées, font office de patins arrières. Il y a aussi le logement qui permettra de connecter le câble détachable ainsi que trois canaux afin de le sortir centré, à droite ou à gauche. Le repose-poignet, quant à lui, opte pour un skaï recouvrant une ferme mousse, badgé au centre au nom de la marque. Il est aimanté, et le dessous, en plastique granuleux, intègre six patins de caoutchouc.

Sur le plan technique, le MK 750 opte pour des switches mécaniques MX Cherry, rouges ici mais il est aussi disponible avec les bleus et les marrons. Il embarque un petit processeur 32 bit ARM Cortex M3, une puce mémoire de 512 Ko. Il annonce un N-key rollover complet et sur 6 touches dans le même temps. Le polling rate atteint 1000 Hz. Les dimensions sont les suivantes : 438 X 132 X 42 mm pour un poids de 1003 grammes. Il ne nous reste qu’à passer par la case soft avant d’attaquer la partie utilisation.



Les nouveautés