Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 1857 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Clavier Cooler Master MasterKeys MK750

Article
Rédigé par
Publié le 15 Février 2018
Page: 4/5

Cooler Master reste fidèle aux switches MX Cherry contrairement à de nombreux concurrents. Nous avons longuement discuté de ce sujet puisqu’il est épineux, il est vrai. Même s’il faut tout de même reconnaître une réelle homogénéité de fonctionnement chez la concurrence moins en vue. Ce qui est sûr, avec ce MK 750, c’est qu’il fait le choix de la sécurité en optant pour les switches sont la réputation est, à ce jour, toujours indemne. D’une part, les MX Cherry restent l’un des références, avec les Topre, à notre sens. D’autre part, Cooler Master est pertinent sur les propositions marrons et rouges. Peut-être un peu moins sur les bleus, mais cela reste très lié aux différents marchés. Il semble fort que la France soit friande des marrons ainsi que des marrons. Au final, la réputation des Cherry n’étant plus à faire, nous nous retrouvons ici face aux rouges.

Ces switches, nous le rappelons, sont exigeants car ils ne tolèrent que peu l’erreur. Leur réelle souplesse retranscrit toutes les imperfections dans la frappe, c’est leur plus grande qualité mais, donc aussi, leur plus grand défaut. Cela dit, sur le plan du confort, ils sont excellents. La descente linéaire est facile, l’effet de ressort à la remontée est sensible et participe grandement de cette sensation de confort. Par conséquent, l’exercice de la frappe est facile, aisé et sera aussi rapide que votre diligence personnelle. Ajoutons à cela que l’inclinaison est bonne, et qu’il est, là aussi, facile de se trouver une position confortable. Nous concernant, nous avons opté pour une frappe à plat, sans mise en place des pattes de surélévation. Dans ce cas, l’axe avant-bras/poignet est plus à plat sur le bureau et casse un peu le poignet. Dans ce cas de figure, c’est vraiment presque parfait. Pourquoi presque ? Le repose-poignet, puisqu’il s’agit d’un ensemble, est un peu court… Se vraiment pas grand-chose, mais au final, il est un peu court quand même. Pour être précis, nous n’avons pas spécialement de grandes mains (taille 10 de gants moto soit XL) et nos paumes reposent juste sur le bord bas du repose-poignet. Evidemment, avec des mains plus petites et des doigts plus courts, ce sera parfait. Là, c’est très confortable tout de même, mais 5 mm de plus et la perfection était au rendez-vous. Au final, la présence de ce repose-poignet comble un manque évident dans la gamme des claviers Cooler Master. Même si nous sommes un peu exigeants, il n’en reste pas moins que la plus-value est là. D’autant que le contact avec le skaï matelassé est très doux, ajoutant une petite touche de confort supplémentaire.

La présence des combinaisons de touches impose nécessairement une période de tâtonnement. Ne serait-ce que pour gérer le rétroéclairage, il faut faire des essais, des ratés avant de trouver ce qui convient. Les commandes multimédias sont intéressantes car elles sont, pour une fois, détachées de touches de fonction, et donc encore plus naturelles à utiliser. La réactivité du clavier est excellente, la présence des switches mécaniques aidera l’utilisateur dans son quotidien, tant en jeu qu’au travail. Plus spécifiquement, en jeu, le N-Key Rollover qui est, à la fois, complet et sur 6 touches supplémentaires n’aura pas posé de difficulté particulière. Pour être concrets, car c’est bien ça la fond du problème, les déplacements se font naturellement et à aucun moment en partie, nous n’aurons eu d’imprécision ou de raté suite à un blocage de transmission. Il est bien dans son élément en jeu.

Du côté du rétroéclairage, avec le RVB et les moult réglages de vitesse et d’effets lumineux, il sera facile de trouver ce qui convient à chacun. Ajoutons à cela que, malgré l’absence de plaque d’habillage, le halo est des plus sympathiques. Cela ne rendra par le rétroéclairage plus utile, mais en tous les cas, l’esthétique est assuré. D’autant que la plaque d’aluminium gun-métal joue le même rôle que la fameuse plaque d’habillage « manquante ». Sur les keycaps, comme toujours, l’intensité sur les marquages bas est limitée. Comme tout clavier mécanique qui se respecte, le MK 750 n’est pas des plus silencieux. En effet, en cas de bottom-out, il claquera irrémédiablement. Toutefois, le bruit produit reste dans les limites connues, il est légèrement mat et reste dans ce que nous avons l’habitude de croiser. Ce qui est finalement le plus notable, c’est le bruit de ressort à la remontée, non pas d’un touche double, mais de la lettre B. Certes, les touches doubles en génèrent un peu aussi, mais c’est bien le B qui est le plus puissant sur ce point.

Dernier point, les keycaps sont ici en ABS, elles se lustreront irrémédiablement avec l’usure et le frottement des doigts. Nous soulevons toujours ce point, au regard des prix de claviers mécaniques, sachant que Cooler Master a été l’un des seuls fabricants à proposer un clavier de grande série en PBT. Mais sur ce point, la concurrence est tout aussi concernée, peut-être même plus... En effet, Cooler Master livre un set de remplacement des touches les plus classiquement utilisées en jeu : ESC, ZSQD et celles du pavé des flèches. Et ces dernières sont en PBT et violettes, ce qui ne gâche rien – cela n’engage que nous bien évidemment. Reste une dernière question cornélienne : le prix. Ce MK 750 est vendu pas moins de 159 euros. Ce qui en fait simplement l’un des plus chers. Il est certes de qualité, bien construit, complet et RGB, mais ça reste une sacrée somme tout de même. Il fait payer cher le service, c’est en fait son plus gros défaut.



Les nouveautés