Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 1180 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Souris Corsair Dark Core RGB SE et tapis MM1000

Article
Rédigé par
Publié le 21 Mars 2018
Page: 3/6

Pour exploiter pleinement la souris, nous retrouvons CUE : Corsair Utility Engine en version 2.0 (un peu plus même). Honnêtement, c’est toujours avec un peu d’appréhension que nous lui faisons face, non pas qu’il ne soit pas bon. Indéniablement, il l’est, tant qu’il en prévoit trop et qu’il en devient complexe. Espérons qu’avec cette v 2.0, ce soit plus simple.

A l’ouverture de la fenêtre, l’esthétique est très proche, mais dès les premières manipulations, il est visible qu’il y a eu un réel effort de simplification. Il sera, a priori, possible de multiplier les paramétrages. Sans toutefois, devoir y un consacrer un temps certain. C’est très visible sur la gestion du rétroéclairage que nous reprendrons ensuite.

Le soft dispose d’une colonne sur la gauche qui intègre les profils pour lesquels nous retrouvons les options classiques : importation, exportation, création de dossiers pour les sauvegarder et les ranger comme il se doit. Le nombre de profils sur la machine est illimité et la souris ne semble pas être plus limitée (nous sommes montés jusqu’à 22 profils). Bien évidemment, chaque profil peut être lié à un programme ou un jeu en particulier. Sur Actions, il sera possible de créer et gérer ses macros. Les options de l’enregistreur sont suffisamment nombreuses et complètes pour y trouver ce qu’il faut. Ainsi, Corsair a prévu : délai fixe ou manuel, les frappes clavier (c’est mieux), clics de souris, défilement de la molette et les mouvements de la souris (plus complexe à utiliser). S’adjoint à cela un éditeur très complet dans le déroulé de la saisie de la macro. L’ensemble pourra être rangé et ordonné avec, une nouvelle fois, une bibliothèque et des fichiers.

Sur Effets d’éclairage, la Dark pourra se parer de moult couleurs sur ses trois zones : molette, bouton latéral et logo/liserés arrières. Quand nous évoquions plus de simplicité, c’est lié au fait que les comportements lumineux peuvent tout simplement être affectés à une zone rapidement. On choisit la zone et le comportement dans un profil en particulier, on met en surbrillance et le tour est presque joué. En effet, on peut finaliser par un nuancier l’intensité et la rapidité des passages en fonction du mode choisi.

Sur DPI, encore une fois, Corsair propose la création de différents modes qui regroupent (ou pas) les trois niveaux de DPI ainsi que le sniper ou bouton AIM. Les niveaux disposent d’une échelle courant de 100 à 16000 DPI par pas de 1. Les trois diodes placées devant les boutons latéraux de la Dark peuvent eux-aussi recevoir une couleur personnalisée. Enfin sur Performance, l’utilisateur pourra finaliser le fonctionnement du capteur avec un réglage de lift-off sur trois niveaux, voire d’améliorer la précision et d’accélérer ou non la vitesse du pointeur.

Au final, c’est avec joie que nous voyons ce CUE s’améliorer en retrouvant une simplicité qui lui faisait un peu défaut. Certes, il faudra se pencher un peu dessus, mais il est indéniable que l’ensemble a gagné en rapidité et supprimé les quelques redondances que nous avions dans la version précédente. Un bon point !