EN DIRECT 1722 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Souris Razer Mamba HyperFlux et tapis Firefly HyperFlux

Article
Rédigé par
Publié le 19 Avril 2018
Page: 2/5

Au niveau des finitions, la Mamba présente bien très bien. D’une part, les ébavurages sont nets et prévis, les ajustements réguliers. Au niveau des matières, elle opte pour du plastique très légèrement granuleux mat sur le dessus et des pavés de caoutchouc. C’est simple, sobre et ça fait le travail, mais au regard du prix global, un peu plus de matériaux nobles auraient été le bienvenu. Le tapis, quant à lui, est tout aussi sobre. Il lui faudra être branché pour s’exprimer en couleur. En tous les cas, le bloc d’alimentation en courbe douce s’intègre bien au tapis. Bien mieux que celui, un peu trop carré, du concurrent direct : MM1000. En outre, il intègre un liseré translucide qui laissera passer la lumière du halo. Là aussi, la finition est très bonne.

La Mamba dispose d’une coque qui plonge avec une pente douce vers l’arrière. Au niveau de la jonction avec la plaque châssis, elle accueille un court liséré translucide. Comme de coutume, au centre, nous retrouvons le logo de la marque. Les clics forment un tout avec la coque. Au niveau de la fente de séparation sont placés les deux boutons de passage DPI/profils et sur l’avant la molette. Cette dernière est translucide, dotée d’une bande de caoutchouc crantée et surtout elle est quadri-directionnelle. Les clics sont tuilés et celui de gauche descend sur la partie latérale, entourant de près les deux boutons latéraux. La partie latérale droite ne porte qu’un pavé de caoutchouc strié. L’ergonomie est très sobre. A gauche, le pavé de caoutchouc antidérapant est surmonté des deux boutons évoqués ci-avant. Sur l’espace libre, en avant du pavé, la Mamba reçoit un bouton avec une diode, certainement bouton d’allumage. La face avant dispose tout de même d’une connexion micro-USB logée profondément sous les deux clics. Sous la souris, trois patins de bonne taille prendront en charge la glisse…sur son propre tapis, on l’imagine donc bien conçue. De manière générale, la souris est donc assez sobre et c’est bien l’ensemble qu’il nous faudra évaluer.

Sur le plan technique, la Mamba accueille un capteur optique Razer 5G avec 16000 DPI. Il encaisse 50 G et propose 1143 cm par seconde. Les neufs boutons sont programmables, mais nous n’avons pas la quantité de mémoire embarquée à bord. Les switches sont dits mécaniques et badgés Razer. Elle dispose d’un polling rate à 1000 Hz. Elle est bien évidemment compatible avec Chroma, soit le RGB. Il est vrai que Razer a une réelle tendance à renommer toutes les technologies, histoire de faire maison. La Mamba met en avant les dimensions suivantes : 125 X 70 X 43 mm pour un poids de 96 grammes. Le tapis Firefly, quant à lui, propose la surface suivante : 355 X 282,5 mm. Il est lui aussi sensible au chatoiement des couleurs RGB. Il est prévu pour fonctionner avec la souris puisqu’il est Hyperflux, il recharge la souris à l’utilisation. Nous commencerons le test par un passage par Synapse qui va nous accompagner dans l’utilisation de l’ensemble Mamba-Firefly.

Partagez :