EN DIRECT 1047 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Souris Razer Mamba HyperFlux et tapis Firefly HyperFlux

Article
Rédigé par
Publié le 19 Avril 2018
Page: 3/5

Comme nous l’indiquons depuis un moment maintenant, Synapse, c’est le bien… Plaisanterie mise à part, c’est un logiciel qui a su, avec le temps, devenir à notre sens presque une référence. Tout simplement parce qu’il a su s’alléger et se simplifier. Utiliser Synapse aujourd’hui, c’est facile et encore plus avec la mise à jour nécessaire pour la Mamba et le Firefly. Certes, il ne fonctionnera que si vous avez créé un compte, mais indéniablement, il fait preuve de pédagogie. En effet, des bulles, à la première ouverture, viennent vous indiquer ce que vous pouvez et dans quel sens le faire. Parfait.

Il fonctionne finalement en deux parties : Razer Central qui tente de centraliser le compte, les jeux et les applications et de l’autre Synapse à proprement parler. C’est ce dernier qui regroupe les différents périphériques Razer. Par conséquent, pour travailler sur l’un d’entre eux, il suffit de le sélectionner. Ensuite, nous sommes face à quatre onglets : souris+tapis, profils, chroma et macro.

Sur Souris+tapis, nous retrouvons la gestion des profils. Cinq peuvent être placés directement à bord de la souris et un nombre bien suffisant en local. Les options sont les suivantes : ajout, importer, renommer, copier et exporter. Juste sous la gestion des profils, nous avons une représentation de la souris accompagnée d’une légende pour chaque bouton. En cliquant sur l’une des légendes, un onglet glisse à droite et ouvre la porte des possibilités. Elles sont nombreuses : fonction clavier, fonction souris, sensibilité, macro, permutation profils, changer éclairage, Razer Hypershift, lancer le programme, multimédia, raccourcis Windows, fonction texte et bien évidemment désactiver. Tout y est. Hypershift permet de doubler le nombre de bouton, si l’utilisateur décide de l’affecter à l’un d’entre eux. Sous la souris, pour basculer sur l’assignation Hypershift, il suffit de sélectionner la fonctionnalité Standard/Hypershift. Un petit point d’interrogation vient donner quelques informations au cas où l’utilisateur serait dans l’incertitude.

Sur Performances, il sera possible de paramétrer le capteur de la Mamba. Deux à cinq niveaux sont disponibles, sur chacun, la gradation court de 100 DPI à 16000 DPI par pas de 30. Les axes X et Y peuvent être réglés indépendamment l’un de l’autre. C’est aussi ici que l’utilisateur trouvera le polling rate, par défaut à 1000 Hz. Un raccourci permet aussi de rentrer directement dans les propriétés de la souris de Windows.

Sur Eclairage, la Mamba et le Firefly seront illuminés de mille feux. En effet, l’ensemble, prévue pour fonctionner de concert, permet de choisir pas moins de quatre zones : toutes ensembles, logo, molette, souris ou tapis. Ensuite, un studio est disponible, au sein duquel, l’utilisateur laissera (ou pas) libre cours à sa créativité lumineuse. De fait, 8 comportements lumineux sont offerts et peuvent, surtout, être superposés au sein de « macros ». Il est aussi simplement possible de laisser le soft faire le travail. En tous les cas, même s’il faut un peu se pencher sur la question, il n’en reste pas moins qu’il n’est pas très compliqué de trouver comment organiser tout cela. Synapse fait réellement des efforts de simplification.

Enfin sur Macro, l’utilisateur viendra enregistrer ses séries et ses séquences. Une bibliothèque les exportera sur la machine si besoin. Au sein de l’enregistreur, nous retrouvons les options classiques : respect des délais de saisie, délai fixe ou absence de délai. Razer intègre le mouvement de la souris dans la création de la macro, si besoin s’en faisait sentir. Enfin, après la création des macros, Synapse prévoit de les associer à tous les périphériques Razer que l’utilisateur pourrait avoir connecté.

Au final, nous avons là un Synpase très simple, sauf peut-être pour la partie comportement lumineux, mais indéniablement, il reste facile d’accès et ne demandera pas énormément de temps d’adaptation.

Partagez :