Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 2002 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Boitier Raijintek Paean M

Article
Rédigé par
Publié le 28 Mai 2018
Page: 4/5

Pour l'installation, nous avons opté pour les composants suivants :

  • Carte mère Biostar HiFi B85N 3D
  • Processeur Intel i7-4770K
  • Carte graphique Nvidia GTX 480
  • Alimentation FractalDesign Newton R3 de 1000W
  • SSD Plextor
  • Kit AIO Raijintek Orcus 240

D'abord, les plots pour la carte mère. Quatre dans notre cas, plus sur du mATX. Ensuite, autant de vis et le tour est joué, la carte mère est en place. Notre kit watercooling étant déjà en place, il faut donc mettre les vis derrière le radiateur. C'est ici que retirer la patine 2.5" prend tout son sens, la vis en bas à droite pouvant être bloqué sur du 240mm.

Nous avons opté pour ce modèle pour la simple et bonne raison que nous l'avions sous la main, et que le petit Alphacool Eisbaer ne passe pas à cause du quick connect, qui empêche d'avoir la courbe adéquate. Avec un radiateur DIY, il sera possible d'utiliser le passage en haut pour les embouts, mais le radiateur ne sera pas entièrement sur les trous pour les ventilateurs. Et puisque nous parlons des ventilateurs, un gros regret : il manque un ou deux passages dans la partie verticale, entre les plateaux watercooling et carte mère, pour faire passer les câbles. L'installation n'est pas très propre, on passe les câbles comme on peut. Et quand on ajoute du RGB, ça se ressent d'autant plus.

La carte graphique se fixe avec des vis à main, il n'y a rien à redire. En revanche, attention à ne pas installer une carte trop exotique avec un radiateur très large, de même pour le PCB. Avec notre carte de référence, il ne reste plus beaucoup de marge une fois les connecteurs d'alimentation PCI-E 6+2 en place. Avec cinq équerres disponibles, il y a néanmoins de quoi se faire plaisir, avec pourquoi pas deux cartes ?

En revanche, la place entre la carte graphique et les ventilateurs est intéressante, il n'y a pas besoin de se confiner à du radiateur de 27mm d'épaisseur.

Une fois tout ce petit monde en place, qui ajoute du poids sur le côté carte mère, nous pouvons installer l'alimentation sans prendre le risque de tout voir basculer. Sauf si on travail à plat, ce qui est une possibilité.

Quatre vis à main, et c'est tout ! Quelques passages étant bloqués sous l'alimentation, il conviendra de faire passer dé'éventuels câbles avant ; RGB, ventilateurs, front panel, etc.

Il ne reste ensuite qu'à câbler les différents composants, sans oublier les SATA pour les disques à venir. Le cache fait un remarquable travail, secondé par les deux platines des disques. Si on peut avoir tendance à trouver le boitier très mal organisé pendant l'installation, tout s'arrange une fois les caches en place. Dommage que les câbles du front panel soit aussi longs. Un boitier de ce type devrait, à nos yeux, avoir des câbles amovibles. Pas besoin du son ? On débranche sans arracher / dessouder. Et tant pis si le produit doit coûter 10€ de plus.

Enfin, il ne reste plus qu'à installer les différents disques, qui prennent place avec des rondelles en caoutchouc sur des vis. Pas besoin de tournevis, un vrai plaisir.

Forcément, pas de test pour les températures, le boitier étant complètement ouvert. Mais nous pouvons dire que les vibrations des disques sont parfaitement supprimées avec les rondelles en caoutchouc (nous avons installé un disque dur 3.5" et un disque dur 2.5" sur la platine supérieure). Concernant le watercooling, le flux d'air sortant ne semble pas souffrir de trop de la présence des câbles et du front panel et les nuisances sonores sont à peine plus élevées que si on retire tout.

Mais surtout, la stabilité et la rigidité sont excellentes une fois le panneau en verre trempé en place. Nous ne nous y attendions pas pendant l'installation, nous devons le reconnaitre.