EN DIRECT 1326 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Mini PC ASUS VivoMini VM65N

Article
Rédigé par
Publié le 25 Septembre 2018
Page: 5/7

On attaque nos benchs avec CineBench R15, Handbrake, PCMark 10 et 7-Zip. La compression vidéo a été faite en encodant avec les paramètres Android par défaut le film La Menace Padawan. Il s'agit d'un fichier Full HD en H.264 à environ 24ips et une piste audio A52 à 448kbps.

Sans surprise, le VM65N a tendance à se retrouver vers le bas du tableau. Le processeur est destiné à des machines nomades de milieu de gamme, et la carte graphique supplémentaire est très légère. Néanmoins, les performances avancées sont intéressantes et mettent en avant une très grande polyvalence. On peut surfer et faire de la bureautique, bien entendu, mais on peut aussi faire du traitement photo ou vidéo avec un peu de patience. Les 8Go de mémoire vive apportent de la souplesse, et une mise à niveau à 16Go pour profiter du dual channel pourra être intéressante selon le prix de la mémoire vive.

Bien que vieillissants désormais, ces composants restent d'actualité et permettent de faire de tout.

Poursuivons avec quelques benchs 3DMark, histoire de...

Des chiffres et encore des chiffres, qui ne serviront que pour les futures comparaisons. En attendant, il convient de parler jeux, et il faut reconnaitre que le VM65N dans cette configuration se défend plutôt bien. Pour être plus exact, il est possible de jouer en 720p en low à de nombreux jeux plus ou moins récents, tout en conserver une petite moyenne de 30fps.

Ainsi, F1 2018 tourne à environ 30fps, tandis que Fortnite monte à 55fps environ. Star Wars Battlefront 2 est à environ 38fps. Bien entendu, la machine est à la peine, mais il est toujours bon de savoir qu'on peut profiter de quelques titres récents en faisant des compromis. Sur des titres plus anciens, comme Diablo III ou Torchlight 2, on peut assez logiquement y aller les yeux fermés.

Partagez :





Concours