EN DIRECT 1918 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Clavier Corsair K70 MK2

Article
Rédigé par
Publié le 05 Novembre 2018
Page: 4/5

Le K70 MK2 est un…K70. Il n’y a pas donc pas de grande surprise, tant au niveau du confort que de la frappe. D’une part, Corsair conserve les switches MX Cherry. Au regard de la concurrence qui tend à aller se fournir ailleurs, c’est une idée à la fois pertinente et moins judicieuse. Pertinente car cela permet de conserver une belle réputation tant les MX sont sur le terrain depuis un moment maintenant. Moins pertinente dans le sens où le prix reste élevé. En effet, nous avons eu sous les mains il y a peu un CK 550, certes bien moins haut de gamme, mais aussi bien moins cher. 69.90 € comparé à 169 € tout de même. Cela dit, force est de constater que le K70 MK2 se positionne sur un segment supérieur : repose-poignet, set de touches supplémentaire etc. Notre K70 MK2 est donc équipé de switches MX Cherry rouges. Ce sont, à notre sens, les plus intéressants : souples, linéaires et faciles. Certes, cette facilité apporte avec elle une réelle exigence dans le sens où la précision dans la frappe est requise. Nous le répétons à chaque fois. Cela dit, sans clic sensible et sans clic audible, ils demandent une certaine finesse…relative toutefois. En effet, il n’est pas nécessaire d’être fins pour que cela fonctionne bien, la finesse ne sert finalement qu’à éviter le bottom out, responsable en grande partie des nuisances sonores. L’effet ressort des switches rouges est sensibles, même s’il est moins puissant qu’avec les noirs. Cela dit, ils participent du confort en aidant à la remontée les doigts. Ces rouges restent donc notre top 1, suivi des marrons, au clic sensible assez doux. Le classement se termine par les noirs et les bleus, trop bruyants à notre goût. De plus, avec l’aspect linéaire et l’excellente souplesse, ils suivent au plus près les doigts et sont donc tout aussi réactifs qu’eux. Rappelons qu’avec des temps de réponse très nettement en deçà de la seconde, le clavier sera toujours plus rapide et jamais dépassé par la vitesse de vos doigts. Sur le plan du confort, nous l’avons utilisé aussi bien avec que sans les pattes de surélévation. Le repose-poignet propose une taille suffisante pour que les paumes se posent bien dessus. Nous concernant, juste sur la partie biaise. De fait, nous obtenons un axe avant-bras/poignets relativement plat. Nous vous rappelons sur chaque test que la position idéale reste celle des mains en suspension, non pas posées sur un éventuel repose-poignet, avec les avant-bras/poignets les plus à plat possible.

Les touches supplémentaires implantées par Corsair sont assez pratiques. Elles demandent un peu de prise en main puisque la majorité des claviers optent pour la même disposition doublée sur les touches de fonction. Ici, elles sont spécifiques, le seul petit reproche que nous pourrions leur faire est, pour celles placées juste au-dessus du pavé numérique, est d’être plus basse. Il n’est pas impossible ainsi d’accrocher quelques fois celles du pavé en allant les chercher. Mention spéciale, comme toujours, pour la molette de volume accessible et précise, en alu avec un défilement un peu « lourd » juste comme il faut. En jeu, les macros peuvent être placées là où l’utilisateur le souhaite. Qu’il soit donc EDFS ou flèches, il y aura toujours assez de touches à proximité pour se concocter un inventaire complet.

Reste trois questions à aborder. La première est celle du rétroéclairage. Ce dernier, en raison de l’absence de plaque d’habillage, ne bénéficie pas d’un halo aussi intense que d’autres. Cela dit, l’aluminium anodisé ne le coupe pas totalement, il sera juste plus discret. Ce qui, en soi, est une qualité recherchée par certains. Comme toujours, le marquage en partie basse des keycaps ne profite pas pleinement de la diode, mais cet aspect est commun à plupart des claviers. Deuxième point classique des claviers mécaniques : le bruit. Le K 70 MK2 n’est pas particulièrement un bon élève. En effet, d’une part, en cas de bottom out, il claque de manière assez notable. Les keycpas, en outre, offrent une certaine résonnance, y compris sur la descente des plongeurs. Enfin, les touches doubles, et surtout la touche Retour Arrière notamment, claquent à la remontée, offrant même pour la Retour Arrière un peu de vibrations. Bref, le bruit reste tout à fait dans la norme d’un clavier mécanique, mais après un Fnatic Min Streak très silencieux, le MK2 souffre de la comparaison. En outre, le bruit reste somme toute, sauf pour les remontées des touches doubles, assez mat, donc agréable. Enfin dernier point, le prix du MK2 est conséquent : 169 euros. C’est indéniablement une belle somme. Certes pour ce prix, nous sommes face à un clavier que nous trouvons esthétiquement réussi. Mais il offre encore des keycaps en ABS. Avec la baisse des prix, l’apparition chez la concurrence de set en PBT (plastique de meilleur qualité dont la résistance à l’usure, au lustrage est très nettement supérieure), nous aurions apprécié que le pas soit franchi. Cela dit, il se positionne résolument comme un clavier haut de gamme. Toutefois, il reste cher.

Partagez :





Concours