EN DIRECT 828 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Casque SteelSeries Arctis Pro

Article
Rédigé par
Publié le 21 Novembre 2018
Page: 3/5

Le soft est le SteelSeries Engine qui centralise tous les périphériques de la marque. Une première fenêtre permettra de sélectionner le périphérique sur lequel l’utilisateur souhaite intervenir, les applications compatibles Engine et la bibliothèque qui lie jeux et paramétrages spécifiques.

La deuxième fenêtre qui s’ouvre après avoir cliqué sur le périphérique donne accès aux réglages de notre casque du jour. Ainsi nous avons donc trois onglets : Audio, Eclairage et Paramètres. Il sera possible de créer autant de profils que souhaité, si ce n’est qu’ici, il sera question de configuration. Les options présentes sont les suivantes : copier, modifier et supprimer.

Ensuite sur Audio, nous trouvons les paramétrages spécifiques au son. Ainsi sur une colonne gauche, il sera possible d’activer le DTS à la condition de passer par l’USB. Ce n’est pas possible en optique. C’est aussi ici que Steelseries nous offre un égaliseur et un réglage de gain. L’égalisation dispose de quatre réglages préprogrammés et d’un cinquième personnalisé. Sur la colonne droite, l’utilisateur retrouve les modalités de fonctionnement du micro.

Sur Eclairage, l’utilisateur prendra en charge la partie illumination du casque : les bandes des écouteurs et la diode du micro. Trois comportements sont présents : Color Shift, respiration et fixe. E micro peut en bénéficier mais aussi profiter d’une couleur spécifique de son choix lorsqu’il est coupé.

Pour terminer, le dernier onglet gère la partie écran du DAC : luminosité de l’écran et délai avant-veille. C’est simple et sans fioriture mais l’essentiel finalement est ailleurs puisque la plupart des réglages peut s’effectuer directement sur le GameDac puisqu’il est autonome.

En effet, ce dernier, en restant appuyer sur le bouton de volume, ouvre une série de paramétrages. Dans un premier temps, il donne accès à une partie nommée AUDIO :

  • Le premier écran indique sur la mise en route ou non du DTS.
  • Le deuxième écran n’est autre que l’égaliseur. Il reçoit quatre programmations : Flat, Smiley, Reference et Bass Boost. Le dernier réglage nommé Custom est le réglage libre sur les 10 fréquences modifiables : 32-62-125-250-500-1000-2000-4000-8000 et 16000 Hz.
  • Le troisième écran permet de régler le gain d’entrée (low ou high).
  • Un quatrième, dit Sidetone, permet de régler une nouvelle fois le gain afin de minimiser le retour écho de votre voix, si besoin s’en faisait sentir.
  • Le dernier écran donne accès au réglage de gain du micro.

INPUT permet de choisir l’entrée de la source : USB – Optique ou PS4. Comme nous l’évoquions précédemment, le DTS n’est activable qu’en passant par l’USB. Si l’utilisateur souhaite utiliser le GameDac par l’entrée optique, il n’y a aura donc pas de virtualisation. Ce qui, en soi, était tout à fait prévisible. OUTPOUT donne le choix des sorties : Speakers ou Streaming Mix. Ce dernier peut gérer les gains par voies : Game, Chat, Aux et Mic. DISPLAY permet de régler plus finement l’affichage propre au DAC : intensité et délai avant mise en veille. ILLUMINATION dispose de deux points, le premier concerne les lisérés translucides des écouteurs (Rainbow, Heat Orange, Forst Blue, Orange, Red, Yellow, Blue, Green, Purple et OFF) et le deuxième concerne la couleur du micro quand il est coupé. Enfin ABOUT informe le sur firmware du GameDac.

La présence de ce DAC totalement autonome est réellement un bon point. Il permet de gérer en direct tous les paramétrages du casque, mais surtout le plus important : la restitution et donc de l’adapter à ses choix… En notant que cela ne sera pas forcément nécessaire.

Partagez :