EN DIRECT 2402 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Clavier HyperX Alloy Core

Article
Rédigé par
Publié le 17 Janvier 2019
Page: 3/4

Le clavier est un clavier assez massif, même s’il y a évidemment bien plus massif encore. Cela dit, il présente bien, nous l’avons dit, les finitions sont bonnes et, même s’il est classique, le look est plaisant. C’est toujours une sensation étrange, pour nous, à la Ferme, de retrouver un clavier type membranes mais aussi au format complet. En effet, d’une part, nous ne travaillons pas au quotidien avec autre chose que des claviers type mécanique. D’autre part, nous avons remisé les claviers au format complet depuis belle lurette. Il nous faut préciser que le format complet n’est pas forcément le plus adapté ergonomiquement, un clavier TKL apportant un écartement moindre de deux bras et plus en phase avec la position naturelle. Pour en revenir à l’Alloy Core RGB, à l’utilisation et à la frappe, nous avons le côté on-off de la membrane qui amène un petit côté rustre. Elle demande un très léger effort à l’enfoncement, elle cède d’un coup et la descente s’effectue d’une traite. Nous retrouvons toutefois l’amorti classique de la membrane au bas de la descente. Ce dernier apporte un peu de douceur. Le caoutchouc de la membrane en est à l’origine. S’il y a bien un effet on/off, il n’en reste pas moins qu’en termes de frappe, nous sommes plutôt sur une sensation de confort tout ç fait acceptable. Reconnaissons toutefois que les claviers mécaniques restent largement en avant à ce niveau, apportant une descente bien plus amortie, mais aussi une remontée bien plus linéaire et « puissante ». Au final, à l’utilisation l’Alloy Core RGB est loin d’être un clavier désagréable, mais il ne peut pas encore concurrencer les vrais méca. Mais en comparaison d’un membrane, il se place au niveau des autres.

En ce qui concerne le confort, nous avons utilisé le clavier avec les pattes de surélévation en place. Dans ce cas, l’inclinaison est assez confortable. Cela dit, l’absence d’un repose-poignet se faut cruellement sentir. En effet, le clavier est tout de même assez haut, avec des touches hautes. Cet aspect laisse donc les mains, tout du moins, les paumes sans appui. Par conséquent, si la séance est longue, la position devient un peu fatigante. En lui ajoutant un repose-poignet, l’écueil est évité, mais indéniablement, sur un clavier style mécanique, c’est un peu un manque. Rappelons pourtant que la position ergonomiquement valide est celle des mains en suspension au-dessus du clavier, les avant-bras et les poignets le plus à plat possible. De fait, si la frappe est assez confortable, la position l’est un peu moins. Dans l’équation du clavier, il faudra adjoindre la présence du repose-poignet tout de même.

Comme souvent, les quelques touches multimédias sont bien pratiques. Elles ne demandent pas particulièrement d’adaptation, étant donné qu’elles sont placées de manière quelque peu traditionnelle. D’autres sont passés avant. Nous avons donc un clavier rétroéclairage plutôt sympathique avec deux niveaux d’intensité. Il n’est jamais éblouissant avec une intensité tout à fait raisonnable. Si les comportements sont au nombre de 6, les zones sont au nombre de 5. Aucune keycap ne dispose de sa diode, pour autant l’homogénéité est correcte. Evidemment, à y regarder de plus près, ce n’est pas parfait, notamment sur les touches numériques et de fonction qui laissent passer une intensité variable. Cela reste plaisant au final, mais indéniablement pour le prix, il y a mieux. En outre, les keycaps sont en classique ABS et se lustreront irrémédiablement. Nous ne lui reprocherons pas au regard du prix de vente raisonnable, sachant qu’en comparaison, certains claviers vendus deux fois le prix en ont tout autant. Bref, pour 59.90, ce n’est pas mal mais il devra faire face à une concurrence acharnée, mais aussi et surtout parfois franchement mécanique.

Partagez :