EN DIRECT 1694 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test souris ASUS ROG Gladius II Wireless

Article
Rédigé par
Publié le 24 Avril 2019
Page: 5/6

Au niveau du packaging, nous retrouvons tout ce qui fait un emballage RG : du noir, du rouge, le logo etc. Tout y est. Le tapis est largement présenté sur la face avant, un peu en détails au dos grâce à des photos commentées et légendées. Peu de données techniques puisqu’il s’agit d’une surface de jeu, il faut juste qu’elle glisse et qu’elle rende le service pour lequel elle est prévue.

La présentation du Balteus est très intéressante, car il est tout simplement très bien fini. L’excroissance qui porte à la fois l’alimentation et le port USB est bien travaillée. Il est juste dommage qu’elle soit en plasticier. Mais de manière générale, il dégage une belle image. Le caoutchouc de la face inférieur vient l’affirmer avec force. Ce n’est pas grand-chose au niveau du cahier des charges, mais le logo et les inscriptions dans la matière apportent une belle touche de finition. Il est indéniablement plaisant.

L’un des points importants du Balteus est la compatibilité Qi. Précisions immédiatement que cette dernière est une excellente idée à la condition d’avoir le smartphone idoine mais aussi et surtout la souris…C’est effectivement le plus grand défaut du combo qui n’a d’ailleurs certainement pas été travaillé comme un combo. La ROG Gladius Wireless n’est pas compatible Qi, elle ne prend pas la charge. C’est bien dommage car à l’utilisation, le tapis met de suite en avant son deuxième défaut : il n’est pas dans le bon sens. En effet, il est plus haut que large. Concrètement à l’utilisation sur notre tri-screen, il n’est presque pas assez large. Certes, c’est un peu exagéré mais il ne s’aligne du coup pas réellement avec un clavier. Il monte un peu trop sur le bureau. Bref ce n’est pas la panacée. Il faut en sus lui ajouter un câble de connexion particulièrement raide et de gros diamètre. Il n’en faut pas plus pour qu’il ne soit pas le plus pertinent qui soi sur un bureau.

Sur le plan de la glisse, le grain du Balteus est imposant. Il l’est même suffisamment pour que la glisse avec la Gladius soit rêche, notablement plus qu’avec le Steelseries 9 HD. Les déplacements restent cependant assez souples et faciles. Un peu moins toutefois encore qu’avec le Steelseries. Nous y avons placé aussi notre Kone Pure. Dans ce cas, la glisse est réellement très facile avec une très faible résistance. Toutefois, c’est au prix d’un belle nuisance sonore, notre Kone gratte fort et les déplacements sont bruyants. La rugosité importante est aussi franchement répercutée.

La plus-value apportée, par la présence de deux connexions : USB et micro-USB, est pratique mais, au regard du prix du tapis, la fait payer bien cher. Il y a certes le rétroéclairage avec un effet de halo présent et marqué, esthétiquement plaisant. Mais qui, là encore, demande un effort financier que nous qualifierons de conséquent.

Partagez :