EN DIRECT 2475 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test souris Gaming Mad Catz R.A.T. 8 +

Article
Un design spécifique destiné au confort
Rédigé par
Publié le 12 Juillet 2019
Page: 2/5

Sur le plan de la finition, la R.A.T 8 + n’appelle aucune critique. En effet, tant sur la finition à proprement parler que sur les matières employées, elle présente bien. Les ébavurages sont nets et précis et les ajustements sont réguliers. Elle fait, en outre, le choix d’un châssis en métal. Toutes les parties plastiques sont travaillées : soft-touch, aspect laqué et même bi-matières sur les plaques arrières. C’est, au final, très propre et l’alliance noir/blanc est plutôt plaisante mais, encore et toujours, nous sommes face à une esthétique forte. Cette dernière plaira ou ne plaira pas.

La plaque arrière placée par défaut est graduée. Elle est assez plate et est aussi la plus courte. Elle est montée sur glissière. Située juste en avant, une deuxième plaque ornée d’un R.A.T 8 + translucide laissera passer les couleurs d’une des diodes. Les clics sont eux-aussi assez plats, le clic gauche est plus fin que le droit marqué de liserés, ils sont coupés de biais en partie haute. Entre les deux clics, la molette est accompagnée d’un bouton basculeur. Le long du clic gauche, une excroissance porte d’un côté le bouton des profils, et de l’autre, quatre petits liserés qui permettront de visualiser le niveau des DPI. La molette est un modèle en plastique blanc, équipée d’une bande de caoutchouc noir. La partie droite est donc démontable et interchangeable. Par défaut, elle est noire et blanche, l’utilisateur pourra l’échanger contre un en caoutchouc gomme ou une typée plateforme. Sur le côté gauche, nous retrouvons une plateforme qui reçoit à la fois les deux boutons pour le pouce et le classique bouton Aim. Dans le creux entre la partie latérale et la plaque centrale, la R.A.T 8 +, Mad Catz place le bouton cylindrique, qui n’est finalement qu’une deuxième molette. Sur l’arrière, elle donne accès à deux pas de vis : l’un permet d’avancer ou de reculer la plateforme gauche, le deuxième héberge le système de poids mais aussi et surtout la clé Alen qui permettra de jouer avec les réglages. Sous la deuxième molette, nous avons droit à un cylindre strié translucide, là encore, la ou les couleurs des diodes pourront s’exprimer. En retournant la souris, nous découvrons la plaque châssis en métal. Elle accueille quatre patins, le cinquième change de forme et de taille en fonction de la plaque retenue. Un perçage laisse entrevoir la molette et le système de poids. Enfin le câble tressé part en face avant de manière excentrée et se termine par un USB plaqué or.

Au niveau technique, la R.A.T 8 + embarque un capteur Pixart de 16000 DPI, le 3389. Il encaisse 50 g d’accélération et promet 400 ips. Les switches sont des Omron garantis 50 millions de clics. Les 11 boutons sont programmables. Le polling rate s’établit à 2000 Hz, comme les autres modèles axés haut de gamme. Les parties détachables permettent normalement de proposer tous les types de prises en main. Les dimensions sont donc variables 111/130 X 88/109 X 31/43 pour un poids de 145 grammes annoncés, vérifié à 143 grammes, auxquels il sera possible d’ajouter 18 grammes maximum grâce à trois poids de 6 grammes. Elle bénéficie bien évidemment du support d’un soft.

Partagez :