EN DIRECT 2542 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test souris Razer Basilisk Pink

Article
Rédigé par
Publié le 30 October 2019
Page: 3/5

Synapse, s’il est installé, ce qui est le cas de notre machine principal, prend les choses en main rapidement. En effet, dès la connexion de la souris, sans même l’avoir reconnu, il propose une mise à jour puis après l’installation de cette dernière, un redémarrage est nécessaire. Nous retrouvons ensuite la souris dans Synapse. Rappelons tout de même que Synapse n’est utilisable qu’avec un compte qu’il faut au préalable créer chez Razer.

Synapse s’articule sur une fenêtre principale qui donnera accès aux différents paramétrages, certains ne concernant pas la souris en direct. En effet, cette première partie regroupe aussi les modules liés à Chrome (Connect, Studio…), les macros…et propose donc une série de raccourcis. Le bandeau supérieur permet aussi d’accéder à ces mêmes modules ainsi qu’au profil. C’est en cliquant sur la souris que l’on accède au programme spécifique de la souris (mais on les retrouve aussi à travers les autres modules). De fait, le premier onglet se nomme Personnaliser. Il permet de venir modifier les assignations de boutons. Deux modes sont évidemment disponibles : standard et Hypershift. Cette fonctionnalité n’est autre que la combinaison d’une touche dédiée et des toutes les autres, en somme un moyen simple de doubler logiciellement le nombre de boutons physiques. En cliquant sur l’un des boutons, une fenêtre latérale s’ouvre et affiche les différentes commandes possibles. Elles sont nombreuses : fonction clavier, fonction souris, sensibilité, macro, inter-périphérique (entre deux périphériques compatibles Synapse uniquement), permutation profils, changer l’éclairage, lancer le programme, multimédia, raccourcis Windows et enfin fonction texte. Tout ce qui a attrait aux macros ira se programmer dans Macro, présent dans le bandeau supérieur. Macro est la bibliothèque des macros ainsi que l’enregistreur. Il conserve toutes vos macros, quel que soit le périphérique de la marque sur lequel l’utilisateur l’aura faite. Il propose aussi les options classiques, à savoir la modification des délais entre saisies et la possibilité d’insérer des commandes clavier, souris, texte et exécuter.

Suit ensuite Performances, partie qui prend en charge les différents niveaux de résolution du capteur : cinq au total. Bien évidemment, il n’est pas impératif de se servir des cinq si le besoin est inférieur. Les axes X et Y peuvent être réglés indépendamment. C’est aussi ici que se trouve le polling rate : 125-500-1000 Hz. Un lien permet aussi d’ouvrir directement les propriétés Windows. Sur Eclairage, la Basilisk s’illuminera…ou pas. Est proposé le réglage de la luminosité et deux options destinés à couper le rétroéclairage si la souris est inactive ou lorsque l’écran est éteint. Le gros du programme se situe sur l’encart gauche. En effet, avec effets rapides ou effets avancés, l’utilisateur pourra choisir sur le premier des comportements classiques et automatiques. Sur le deuxième, ce sera direction Chroma Studio où seul le sens artistique et logique l’emporte. Artistique car tout est permis ou presque, logique car il faut sérieusement s’y pencher. Dernier onglet, Calibrage permet normalement d’adapter au mieux le capteur à la surface. Ce qui en soi n’apporte pas de révolution particulièrement notable à un capteur plutôt efficace dans l’absolu.

En explorant un peu plus avant Synapse, l’utilisateur pourra passer par la roue crantée qui permet, par exemple, de retrouver le guide de l’utilisateur de la Basilisk. Ce qui est certain au final, c’est qu’il est très complet, peut-être aujourd’hui un peu trop. Il conserve toutefois une certaine facilité qui n’en fait finalement pas une usine à gaz. Attention toutefois à ne pas le devenir, notamment en raison de Chroma qui reste un « simple » rétroéclairage.

Partagez :