EN DIRECT 1237 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test clavier mécanique HHKB Professional 2

Article
Rédigé par
Publié le 14 Janvier 2020
Page: 2/4

A la prise en main du clavier, nous devons confier une déception. Le clavier est, en effet, particulièrement léger et il est difficile de se départir d’une forte impression de construction légère. Nous ne pouvons pas dire cheap pour la simple et bonne raison que le plastique employé est de très bonne qualité, notamment celui des keycaps. La finition est bonne mais à y regarder de plus près nous découvrons quelques marques dans le plastique qui rompe l’aspect uniforme dans la teinte. Enfin, nous avons vu plus précis dans les ajustements. Au final, le HHKB est un clavier commercialisé à 210 euros tout de même. Sur le plan de la présentation, il peine à justifier son tarif. A titre de comparaison, notre Novatouch est sur l’aspect rapport qualité/prix bien plus convaincant, rappelons qu’il est équipé de mêmes switches.

Le HHKB est un clavier compact, format 60%, équipé de touches au profil haut. Sous les keycaps, il est question de switches Topre. Les touches optent donc pour une couleur grise très sympathique et un marquage noir très classique. Une grande partie est aussi marquée sur la face avant. Du point de vue esthétique, nous sommes indéniablement face à un clavier épuré. En effet, il n’est pas question ici de rétroéclairage, ni même d’ajout : le clavier, rien que le clavier. La ligne haute des touches comporte des doubles commandes : numériques et de fonction (F1, F2…). En fouillant au travers des autres touches, nous découvrons un pavé de flèches, des commandes multimédias, le classique Print Screen, voire même des commandes Mac. Tout y est ou presque, mais il est visible de suite qu’il faudra un peu d’apprentissage. Le châssis enserre les touches au plus près, et il porte le rappel du nom du clavier. Les tranches sont sobres, excepté celle du haut qui accueille à la fois deux USB, le mini-USB de connexion ainsi qu’une trappe. Cette dernière masque des commutateurs qui permettront d’activer telle ou telle configuration de touches afin d’exploiter les combinaisons proposées par les doubles marquages. Plusieurs modes sont donc disponibles, ils sont présentés par un autocollant sous le clavier. Nous y trouvons aussi deux patins de caoutchouc sur l’avant et deux pattes de surélévation double étage en plastique.

Au niveau technique, le HHKB de PFU est équipé de switches Topre dont le niveau d’activation s’établit à 45 cN sur une course de 4 mm. Ces switches sont dits capacitifs électrostatiques. Pour le coup, les keycaps sont en PBT, ce qui est assez rare, excepté la barre Espace en ABS. La connexion s’effectue par un mini-USB vers USB. Le clavier accueille deux ports USB alimentant jusqu’à 100 mA. Les dimensions du clavier confirment bien le format très contenu : 294 X 110 X 40 mm pour un poids annoncé de 530 grammes, vérifié à 505 grammes. Pas de pilote pour ce clavier puisqu’il propose différentes combinaisons par l’intermédiaire de curseurs.

Partagez :