EN DIRECT 2587 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test casque CORSAIR HS60 Pro Surround : Un bon ensemble pour 69 euros ?

Article
Rédigé par
Publié le 24 Janvier 2020
Page: 4/5

Nous avions été plutôt convaincus par le HS50 puisqu’il proposait une qualité de son tout à fait correct quoique marqué par une forte présence des basses. Espérons que le HS60 parvienne à rééquilibrer un peu l’ensemble. Mais avant d’aborder la question du son, il nous faut passer par celle du confort. Etant donné qu’il reprend traits pour traits la construction du HS50, nous retrouvons aussi son bon confort mais que l’on peut aussi, dans le même temps, qualifier de ferme. En effet, l’arceau n’a pas un poids particulièrement important à supporter. Ce qui tombe bien puisque sa mousse n’est pas particulièrement épaisse et généreuse. Il est aussi aidé par un clamping assez puissant, plus marqué que sur le HS50. Les mousses des écouteurs, plus souples et à mémoire de forme, accompagnent ce clamping de bonne manière, il n’y a donc aucun inconfort, bien au contraire. Il peut se porter pendant de longues séances. Il apporte aussi une touche de polyvalence puisque la perche de micro est détachable. Etant donné qu’il tient bien en tête, il pourra vous accompagner sur tous les types d’activité, y compris sportives. Ajoutons enfin que si nous reprochions (un peu) au HS50 d’être un peu trop noir, force est de constater que le HS60 et ses touches de jaunes évite un peu cet aspect…relativement.

Nous avons utilisé dans un tout premier temps le casque avec sa carte son USB. En effet, puisqu’il est livré avec cette dernière, autant voir ce que cela donne avec. Un égaliseur est intégré au pilote. Pour une écoute musicale, autant vous le dire de suite, évitez de suite tous les autres préréglages que Pure Direct. C’est celui qui donne le rendu le plus équilibré. Il ne l’est, pour autant, pas, loin de là. La tonalité est un peu basse pour ce faire. En passant par l’égalisation manuelle, il est possible de rééclaircir le spectre et de l’alléger, ce qui n’est pas plus mal. Dans l’ensemble, il sera assez facile d’obtenir une restitution tout à fait satisfaisante, avec une belle rondeur sur la ligne basse et une bonne présence médiums-aigus. Afin d’apprécier le casque à l’état de nature, nous l’avons bien sûr passé sur nos DAC. Dans un premier temps, il a goûté à la précision du Mini-I de Matrix. L’alliance est plutôt plaisante, même si la ligne basse puissante fait preuve d’une présence un peu trop marquée.

Comme avec le HS50, nous avons aussi ici là un casque sensible au style musical et au morceau. En effet, il peut faire preuve à la fois de ce relatif équilibre, mais aussi proposer une restitution plus brouillonne et moins maîtrisée. C’est notable sur les morceaux à la ligne de basse ronde. Dans ce cas, elle peut un peu déborder et venir poser un petit voile sur les médiums-aigus. Pour autant, la précision n’est pas à mettre en défaut, il est plus question de teinte que d’imprécision. Avec des morceaux plus dynamiques, il se maîtrise plus et la restitution est plus nette. Les aigus sont rendus de manière très satisfaisante, même s’ils manquent d’un peu de finesse. Toutefois, rien d’alarmant. Branché sur l’Essence One, la précision est moins marqué qu’avec le Mini-I, tout simplement parce qu’il se laisse déborder par la chaleur du DAC. Le HS60 étant déjà un casque chaud et signé en L, il s’emporte un peu sur la profondeur et peine à aérer le rendu. De fait, les aigus qui étaient tout à fait plaisants précédemment le sont moins ici car plus ternes, moins amples. Les médiums ne souffrent pas du même écueil. Ils restent bien au-devant de la scène, avec une amplitude assez enjouée. De manière générale, la restitution proposée par le HS60 est, pour le prix, intéressante et agréable. Il reste préférable de l’accorder avec une source fraîche ou simplement de se contenter de sa carte son USB. Certes, nous ne serons pas dans une qualité audiophile, mais pour 69,90, il reste un choix intéressant en termes de polyvalence écoute musicale – vidéo ludique (même si tout n’est pas parfait) – micro. Du côté de la saturation, pas d’inquiétude, elle n’est pas intervenue aux volumes raisonnablement utilisables. La largeur de scène n’est pas exceptionnelle, mais l’immersion est bonne avec une spatialisation stéréo convaincante.

Branché sur sa carte-son, le HS60 Pro Surround met en avant un rendu stéréo qui est assez sympathique, comme nous l’avons dit. Toutefois, il est doté d’un carte-son 7.1, il est intéressant d’écouter ce que cela donne. Dans les deux cas, virtualisé ou non, le casque persiste sur cette propension non négligeable aux basses. Elles sont très corpulentes et profondes mais elles n’en écrasent pas ici le spectre. En revanche, l’activation du mode 7.1 a bien quelques écueils. En effet, il s’avère qu’une fois mis en route, ce mode a tendance à écraser et étouffer un peu les voix. Elles sont plus fidèles lorsque le casque fonctionne en stéréo. Ensuite, honnêtement, la spatialisation, même si elle est de bonne qualité en stéréo, n’est pas franchement convaincante en 7.1. Certes, il force un peu le trait sur la spatialisation, du coup, le droite-gauche est très marqué mais il faut reconnaître que l’avant-arrière est bien moins remarquable. Ce resserrement de la restitution apporte un peu ce petit effet tunnel qui n’est pas des plus plaisants. Occasionnellement, cela pourra renforce quand même un peu l’immersion en utilisation vidéo-ludique. En jeu, cela rapporte un peu d’information mais le gain n’est pas phénoménal. Le casque propose un micro intéressant, un peu sec mais assez fidèle. Et surtout, il a perdu la propension assez nette au souffle qu’il avait lorsqu’il était HS50. Il est en outre assez facile à régler, vos coéquipiers ne devraient donc pas s’en plaindre.

Partagez :
Marque : Corsair