EN DIRECT 2798 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test souris ROCCAT Kone Pure Ultra : Evolution ultime ?

Article
Rédigé par
Publié le 23 Avril 2020
Page: 3/5

C’est donc à nouveau et comme toujours que nous retrouvons Swarm. Rappelons qu’il est à nos yeux l’un des pilotes les plus complets mais aussi et surtout accessible et relativement facile. Il s’organise autour d’une seule fenêtre comportant un bandeau en haut, au sein duquel l’utilisateur choisit le périphérique Roccat sur lequel intervenir.

Les profils sont placés en bas de cette même fenêtre, 5 sont proposés. Chacun d’entre eux peut se voir orner d’une image et affecter à un exécutable. Sur l’onglet suivant, l’utilisateur pourra venir gérer les profils supplémentaires qui seraient éventuellement nécessaires et donc stockés en local sur la machine. Bien évidemment, dans tous les cas, nous retrouvons les options classiques : importation et exportation. Enfin sur l’onglet suivant, Roccat place le gestionnaire de macros. Il est à la fois la bibliothèque de rangement des macros mais aussi l’enregistreur. Là aussi, les options sont au rendez-vous avec des possibilités de boucles, de respect des temps entre saisie ou pas (délai fixe), à la pression ou au maintien de la touche etc. Tout y est pour créer des macros personnalisées.

Sur le centre de la fenêtre, nous avons les réglages « classiques » distribués au sein d’onglets. Le premier d’entre eux, Epingle, permet de centraliser les réglages les plus couramment utilisés par le propriétaire de la souris. Une excellente idée, tout simplement. Le deuxième onglet est nommé Paramètres. C’est ici que se paramètrent à la fois le capteur et ses niveaux de résolution. 5 niveaux sont proposés, et bien évidement, les axes X et Y peuvent être réglés indépendamment l’un de l’autre. Les DPI courent donc de 50 à 16000 DPI par pas de 50. Il sera aussi possible sur cette partie de modifier la vitesse du double-clic et du pointeur sous Windows. Ensuite sur Attributions des touches, la Kone pourra se voir réattribuer ses boutons. Rappelons que chez Roccat, avec Easy-shift, il est possible de doubler le nombre de boutons en affectant cette fonctionnalité sur l’un d’entre eux. Il suffit ensuite de le combiner avec un deuxième. Eclairage porte bien son appellation puisque c’est ici que le logo de la souris se verra illuminer de telle ou telle manière. La compatibilité AIMO permet de synchroniser ce rétroéclairage avec un autre périphérique de la marque. Sinon, quatre comportements sont présentés, leur vitesse ainsi que leur intensité d’éclairage peuvent être paramétrés. Dernier onglet : Paramètres avancés sur lequel nous avons le réglage du lift-off sur trois niveaux, le polling rate (de 125 à 1000 Hz), l’angle snapping, le moment de coupure du rétroéclairage. Il y a aussi le classique retour voix, drôle quelques instants et vite désactivé. Il a au moins le mérite de donner quelques informations sans devoir retourner dans Swarm : modification DPI, volume + ou – et changement de profils.

Au final, c’est le même constat depuis un moment, ce pilote est…bien. Il est très complet sans être une usine à gaz et est accessible avec des bulles d’information sur chaque réglage. Un modèle du genre.

Partagez :
Marque : Roccat