Test ventirad Iceberg Thermal IceSLEET X7 Dual, un look original et unique : Le ventirad, page 2
EN DIRECT en ligne connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test ventirad Iceberg Thermal IceSLEET X7 Dual, un look original et unique

Article
Rédigé par
Publié le 25 Mars 2021
Page: 2/5

Avec cet IceSLEET X7 Dual, nous sommes un peu comme face à un boitier : un extérieur et un intérieur partiellement masqué. En effet, Iceberg Thermal nous propose ici un produit avec un carénage complet en plastique, et à part les caloducs sur le bas, la base et les ailettes sur l'arrière, on ne voit strictement rien à la conception en dual tower.

Attardons-nous donc sur ce tas de plastique, qui affiche une couleur originale et peu raccord avec les composants actuels de nos PC. La finition, hormis entre deux plaques sur le côté, est impeccable et le plastique semble solide. On peut ressentir un côté jouet par rapport à des solutions plus brutes, mais Iceberg Thermal a fait ici un joli travail.

On retrouve donc une base en cuivre nickelé d'où partent sept caloducs. La finition est impeccable, et l'aspect miroir semble poussé à son paroxysme. Aucune déformation n'est visible, on pourrait presque se raser en se regardant dedans... Cela ne change rien aux performances, mais le souci du détail est là. A l'avant, on trouve le premier ventilateur de 120 mm bloqué dans son carter. Ou pas réellement, puisque c'est un ensemble en une seule pièce, tout comme le ventilateur central. En cas de panne, il faudra donc tout changer !

Pour ouvrir le radiateur, il suffit d'appuyer sur les languettes de part et d'autre du ventilateur central pour faire tomber les deux plaques en plastique.

Et place à l'inconnu.

Ensuite, il y aura deux catégories de personnes. La première, comme nous, qui oublie que le logo sur le top est avec un éclairage RGB, et la seconde qui n'oublie pas. Le rapport avec l'ouverture du radiateur ? Le top est relié au ventilateur avant via un câble, forcément ! Heureusement, le système se détache facilement, et tout viendra naturellement sans casse si on oublie de faire attention.

Une fois le câble débranché, il suffit de retirer toute la partie centrale.

On découvre enfin un peu mieux la conception en dual tower, avec des ailettes travaillées pour augmenter la surface d'échange, favoriser l'écoulement du flux d'air, etc. Néanmoins, il n'y a pas grand chose à dire de plus pour l'instant...

Le ventilateur avant est donc un 120 mm qui tourne de 500 rpm à 1850 rpm pour un débit d'air de 76 CFM avec une pression statique de 2.8 mmAq. Le central est un 140 mm qui va de 500 rpm à 1600 rpm pour 96 CFM et 2.65 mmAq. Néanmoins, la fiche technique donne un autre indice : les nuisances sonores sont indiquées de 0 dB(A) à 38 dB(A), puisque les ventilateurs peuvent se couper selon le pourcentage PWM.

Comme nous le disions, Les deux ventilateurs font partie intégrante des éléments du carénage. Ainsi, le 140 mm est relié au top et à l'éclairage RGB. On peut voir le petit look industriel, caché par un autocollant sur le 120 mm, tandis que le hub imposant cache un roulement FDB.

Partagez :
Chercher Iceberg Thermal IceSLEET X7 Dual sur :
Rechercher « Iceberg Thermal IceSLEET X7 Dual » sur LDLC  Rechercher « Iceberg Thermal IceSLEET X7 Dual » sur Amazon  Rechercher « Iceberg Thermal IceSLEET X7 Dual » sur Matériel.net  Rechercher « Iceberg Thermal IceSLEET X7 Dual » sur Top achat