EN DIRECT en ligne connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test clavier mécanique Mountain Everest Max, modulaire et parfait ?

Article
Publié le 30 Juillet 2021
Page: 4/5

Sur le bureau, il est clair que ce clavier apporte un certain cachet, le châssis en aluminium brossé est du plus bel effet avec son bloc plein et son éclairage sur tout son pourtour entre les 2 tranches d’aluminium, façon sandwich ajoute une luminosité douce et agréable. Son gabarit dans son format hors module, en TKL donc, le rend peu encombrant pourtant son poids conséquent lui assure une parfaite stabilité, et la conception aluminium lui permet de rester parfaitement rigide peu importe le type de frappe. On trouvera aisément une position idéale pour le clavier grâce aux rehausseurs magnétiques fournis au nombre de 8 et cumulables selon le gout de chacun, un très bon point pour ce système qui en plus d’apporter des possibilités de réglage plus fines assure une meilleur durabilité, le prévenant ainsi d’usure à force de les bouger, voire de casse. Et visiblement chez Moutain, on aime tout ce qui est magnétique, le repose poignet, qui bien qu’assez fin et ferme apporte un réel confort bénéficie en effet également de ce système de connexion magnétique, aussi ici point de clips ou autre, il suffit de l’approcher pour que ce dernier se calle solidement en place. La matière, utilisée, en plastique doux est agréable et ne transmet pas la chaleur, à voir cependant si elle ne risque pas d’avoir tendance à marquer dans le temps.

Concernant le ressenti à l’utilisation, on passera assez rapidement sur la partie concernant les switches, le choix étant laissé à la commande, chaque utilisateur peut choisir ce qu’il préfère, avec du Red pour ceux qui veulent une action rapide et linéaire, du silent pour qui veut de la discrétion etc… La version que nous avons sous les mains, est donc ici équipé de Mx Brown, dont la durée de vie est garantie à plus de 100 millions de clics, tactiles, sans clic audible, avec une force d’appui a 55g pour une activation a 2mm sur une course de 4. Ce type de switches a l’avantage d’offrir une bonne résistance et un retour franc, et son coté tactile les rend plus simples d’utilisation que des Red, moins punitifs aux écarts de frappe tout en se montrant assez discrets, du moins dans la limite qu’offrent des switches mécaniques. Sur cet aspect le clavier est néanmoins bien construit et ne resonne pas ni n’a d’effet ping à la frappe, et se montre plutôt silencieux. De même les stabilisateurs de touches Cherry font leur travail efficacement, aucun jeu n’est à noter sur les touches équipées, et la barre d’espace est ferme, bien en place et équilibré quelle que soit la zone d’appui. La possibilité offerte de changer, et ce à chaud, les switches, permet de tester différentes configurations et ainsi de se monter un ensemble sur mesure, et en ce sens, les cinq switchse fournis dans le bundle permettent de s’en faire une idée. A noter que le clavier est également compatible avec les switches 3 du fabriquant Kailh. Le changement des switches, à l’aide de la pince fournie, est d’une simplicité enfantine, et on aura aucun problème de passer de l’un à l’autre en un instant.

En l’état, nous serions déjà face à un excellent produit parfaitement fini, ce niveau d’équipement correspond en effet à la finition Core du clavier, pourtant ce Moutain Everest Max a bien plus à proposer, et sa grande particularité vient de côté modulaire qui démultiplie ses possibilités.

Le premier module, Media Dock (fourni pour le Everest Max et commandable en sus pour le Core), vient se connecter sur le haut du clavier, à gauche ou à droite, encore une fois en fonction des préférences de l’utilisateur. Pour ce faire rien de plus simple il faut juste l’approcher de la zone prévue, et encore une fois le magnétisme fait le reste, un petit appui pour le connecter au port USB C et c’est tout, il est également possible de faire cette manipulation à chaud pour en changer le côté. Ce petit module apporte un bon nombre d’options. On y trouve sur le côté gauche les LED d’indication Verr Maj / Verr Num, Gaming et mute absentes sur la base TKL du clavier, ainsi que des touches de fonction multimédia classiques, mais sa particularité vient de la molette de sélection présente qui rappelle un peu celle que l’on trouve sur le Corsair K100, à ceci près qu’elle contient un véritable petit écran IPS 240 par 204 pixels.

Depuis cet écran il est alors possible de naviguer dans différents menus, depuis lesquels naviguer entre les profils enregistrés, jusqu’au nombre de 5. Ce petit appendice offre pléthore de possibilité, un menu Clock permet d’afficher une horloge et la date, de façon numérique ou analogique, de déclencher un chronomètre ou encore un timer, à vous la Rolex à même le clavier ! Le menu volume permet quant à lui de contrôler, assez logiquement, le volume sonore, de plus le dernier menu sélectionné restant mémorisé, une fois entré dans ce menu il suffit alors juste de tourner l’écran/molette pour agir dessus. Les menus Brightness et Lightning mode pour leur part permettent le contrôle de la partie RGB, le premier contrôlant la luminosité générale, le second quant à lui fait passer d’un mode d’affichage a un autre.

Vient enfin un assez complet menu PC info qui regroupe les principales caractéristiques techniques comme l’utilisation CPU, GPU, RAM, flux internet ou HD, néanmoins si ces options de monitoring sont sympas mais à en proposer autant, on devient gourmands, et des options supplémentaires comme les températures, voltages, ou un contrôle des ventilateurs seraient un plus appréciable. Vient ensuite un menu ‘APM’ qui décompte les actions par minutes, utile pour les joueurs qu’ils veulent surveiller leur fréquence de frappe, ou s’entrainer a vitesse saisie/bureautique. Un ultime menu, custom mode est lui une fonction paramétrable au choix via le soft, où il est possible d’y assigner toute sorte de fonctions sur lesquelles on agira en tournant la molette écran. A noter qu’au bout d’une durée déterminée, l’affichage peut au choix s’éteindre ou afficher un screensaver, si par défaut c’est le logo Moutain qui s’y affiche, il est tout à fait possible d’y mettre une image personnalisée, la résolution proposée pour la taille de ce petit écran permet d’afficher une petite photo de façon tout à fait correcte, pour en le transformer petit cadre à photo de bureau et ne plus perdre de vue les enfants, le chat ou la belle-mère.<:/p>

Mais cet Everest ne s’en arrête pas là, vient encore le module de pavé numérique, Celui-ci bénéficie de la même finition parfaite que le châssis TKL auquel il vient s’associer, avec ses 2 plaques en aluminium qui enserrent un éclairage RGB sur tout son pourtour. Sur le dessous on retrouve un prolongement du systèmes de passe câble qui court tout le long du châssis du clavier afin de faire ressortir le câble détachable à un endroit souhaité, et également en son haut les patins antidérapants, rehaussables avec les rondelles magnétiques supplémentaires fournies. Sous le module se trouve également une gâchette, celle-ci fait sortir le port de connexion USB qui la relie à la base du clavier, avec cette particularité d’être disponible des 2 côtés du module, il est en effet possible de le connecter à gauche ou à droite du bloc. Pour ce faire rien de plus simple, juste approcher assez le pavé numérique et une nouvelle fois, la magie du magnétisme fait le reste. Si le connecteur semble avoir un léger jeu, c’est un parti pris volontaire de la marque pour limiter les risques d’endommagement en le déconnectant, dont la manouvre et tout aussi simple, en tirant simplement dessus. Pourtant, connecté le bloc reste bien en place et ne souffre d’aucun mouvement, on ne sent pas être sur un clavier TKL avec un ajout, le système de fixation est parfaitement efficace. Sinon un petit câble USB C fourni de 15 Cm permet aussi d’utiliser le module de façon déportée, sans le relier directement au clavier pour un agencement diffèrent, malheureusement le câble fourni est un peu trop rigide, et n’offre pas autant de liberté de mouvement qu’espéré. Techniquement on retrouve les mêmes caractéristiques que le reste du bloc et les switches swappables à chaud. Aussi les touches du pavé sont celles que l’on retrouve sur un pavé numérique classique transformant ainsi l’ensemble en un clavier complet. L’ajout majeur de ce pavé numérique, en plus des chiffres, réside dans ses quatre touches de raccourci présentes sur le haut, qui ne sont pas de simples touches, elles intègrent quatre petits écrans LCD 72 x 72 pixels, qui affichent les fonctions ou raccourcis associés, ici également il est possible de mettre une icône ou image personnalisée, mais un pack d’icone des applications les plus fréquentes est également proposé.

Il est possible d’associer à ces touches tout un panel de fonctions, allant de lancer un programme ou une macro, exécuter des commandes OS ou accéder à une page Web, mais Moutain a également via un partenariat avec OBS intégré les fonctions du logiciel de Stream directement et il est donc possible de piloter le soft , via les touches de raccourci, et ce en ayant même un vision sur les fonctions associées à chaque touche, voire d’utiliser tout le pavé numérique en Stream deck, indéniablement un argument pour les maintenant nombreux diffuseurs de contenus.

Partagez :
Marque : Mountain
Chercher MOUNTAIN Everest Max sur :
Rechercher « MOUNTAIN Everest Max » sur LDLC  Rechercher « MOUNTAIN Everest Max » sur Amazon  Rechercher « MOUNTAIN Everest Max » sur Matériel.net  Rechercher « MOUNTAIN Everest Max » sur Top achat