EN DIRECT en ligne connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test clavier mécanique Dream Machines DreamKey, le meilleur clavier mécanique à moins de 100 € ?

Article
Rédigé par
Publié le 02 Décembre 2021
Page: 2/5

Le clavier arbore un design très simple mais efficace. Une case en plastique aux bords remontants qui abrite une structure en acier lourd (un bon kilogramme sur la balance), une petite plaque en acier au-dessus du pavé numérique sur laquelle est appose le logo du constructeur. Il surmonte par ailleurs les led de témoin d’activité qui sont entièrement blanches.

Sous le clavier, on retrouve quatre patins pour assurer la stabilité du clavier (en plus de son poids) qui s’accompagnent de deux patins élévateurs. On constate aussi la présence d’une gouttière au niveau du port USB-C pour orienter optionnellement la sortie du câble sur la droite ou la gauche du boitier.

Les touches du clavier sont plutôt noir anthracite, légèrement moins foncé que le reste de la case. Cela ne se voit pas dans une pièce un peu sombre, mais en pleine lumière du jour si. Au classique, vu et revu format OEM, elles sont néanmoins toutes faites en PBT épais, ce qui annonce une durabilité incomparable face au classique ABS fin qu’on nous ressort à toutes les sauces chez les constructeurs mainstream. Ces keycaps sont « front printed », c’est-à-dire que les légendes sont imprimées sur la face avant des touches.Le lettrage est par ailleurs beige clair plutôt que blanc, mais il a le mérite d’être très visible, optant pour une police d’écriture lisible. En revanche, vous l’avez vu sur les photos et dans la fiche descriptive du produit, le clavier n’est proposé qu’avec un layout ANSI-US.

Ces mêmes capuchons abritent des switchs Kailh Box. Un choix un peu inattendu pour cette gamme de prix pour notre plus grand bonheur. Plus qualitatifs que les vus et revus Cherry, ils offrent selon notre propre point de vue un plongeon plus doux et plus stable que la marque à la cerise. Dream Machines propose trois variantes à l’achat : Kailh Box Red comme sur notre exemplaire de test (linéaire léger), Kailh Box Brown (tactile léger) et Kailh Box White (clicky léger). Pour terminer, la stabilisation des touches spéciales est assurée par des stabilisateurs malheureusement assez standards.

Enfin, comme nous le disions dans la partie introductive, le DreamKey dispose d’un rétroéclairage RGB. Les keycaps n’étant pas en PBT doubleshot, la diffusion de l’éclairage ne passera pas à travers les touches et se contentera ainsi que de la plate blanche sur lesquelles sont posés les switchs et les stabilisateurs pour se diffuser au mieux. Le résultat n’est pas le plus spectaculaire au monde étant donné que les leds sont un peu trop brillantes, faisant apparaitre des concentrations lumineuses au pied de chaque touche. Mais à ce prix, peut-on être aussi exigeant ? Rappelons que le clavier, dans son format full size, n’est proposé qu’à 89 €.

Partagez :
Chercher Dream Machines DreamKey sur :
Rechercher « Dream Machines DreamKey » sur LDLC  Rechercher « Dream Machines DreamKey » sur Amazon  Rechercher « Dream Machines DreamKey » sur Matériel.net  Rechercher « Dream Machines DreamKey » sur Top achat