Jouer en ITX, du rêve à la réalité ? : - Présentation, page 2
EN DIRECT combien en ligne connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Jouer en ITX, du rêve à la réalité ?

Article
Plus c'est petit, plus c'est petit...
Rédigé par
Publié le 05 October 2009
Page: 2/8



Commençons ce test avec un tour du propriétaire, et plus particulièrement l'extérieur. Entièrement gris, ce boitier dégage une bonne impression, qui est de courte durée.
Si la façade avant est bien en aluminium, avec un très bel effet brossé, le petit cache pour la baie slim est quant à lui en plastique, avec une nette différence de teinte. Un point étonnant, quand on voit que le plastique placé derrière la façade, pour la maintenir au châssis, est exactement de la même couleur que l'aluminium.
Passons cette petite déception pour aller sur une autre : le côté droit. Celui-ci est en effet gondolé, et s'enfonce allègrement quand on appuie dessus. Les deux grilles d'aération sur le dessus sont elles aussi enfoncées, mais de manière volontaire. Et petit effet, dont on cherche encore l'intérêt.



Une fois ces premiers désagréments passés, on retrouve de bonnes choses.
La façade avant est très belle, avec une superbe finition. Le petit logo Silverstone est très bien placé, ainsi que les boutons et connecteurs. Nous mettons les boutons, mais à savoir qu'il n'y en a qu'un seul, en la présence du Power. Ce dernier est joliment usiné, et dispose d'un très faible débattement avant que l'interrupteur ne s'actionne. Juste au-dessus sont placés les deux diodes Power et HDD, et, enfin, les connecteurs audio et USB. Si on pourra regretter l'absence d'un eSATA ou d'un Firewire, on reste surtout déçu par la promiscuité des deux ports USB, qui empêchera d'installer des grosses clés.



Les côtés gauche et droit et le dessus n'apportant rien d'intéressant, si ce n'est les très larges évents, nous continuons directement avec l'arrière, qui est autrement plus appétissant.
Nous y trouvons en effet le panneau pour la carte mère, deux équerres PCI avec des évents, l'alimentation de 300W, mais surtout le bouton Reset, plutôt impressionnant par ses dimensions. Un emplacement intelligent, étant donné le taux d'utilisation de ce bouton.



Si on omet la souplesse du côté droit, la finition extérieure de ce Sugo est excellente, avec un traitement impeccable pour la peinture, qui devrait bien résister aux rayures. C'est beau, c'est propre, et c'est presque solide.

Pour ouvrir le boitier il faut retirer quatre vis, au dos du capot. Comme d'habitude, il faudra sortir le tournevis, le constructeur n'ayant pas jugé utile de mettre des vis à main.
Ensuite, on tire le capot, on le soulève, et on a un accès presque complet au châssis. Presque, tout simplement parce que l'alimentation et la cage pour le lecteur optique occupent tout le haut du châssis, empêchant d'accéder avec facilité à la partie pour la carte mère.
En regardant de côté, on aperçoit la cage pour le disque 2.5", ainsi que celle pour le 3.5". Celle-ci est indépendante des baies slim et 2.5", et se retire après avoir enlevé une vis. La première platine s'enlève, elle, via deux vis. Le reste est très classique, avec à l'avant le ventilateur et sa grille de protection, mais surtout les câbles, qui sont excessivement nombreux. A tort ou à raison, nous le découvrirons plus tard.

Ce petit tour permet de découvrir que la façade avant est amovible, et qu'elle n'est retenue que par six crochets en plastique. Il est dont très aisé de l'enlever, et d'accéder à l'inaccessible : un filtre pour le ventilateur, et deux nouvelles vis pour la platine supérieure ! Voilà qui promet de longs moments avec les tournevis. Nous pouvons, au passage, admirer le ventilateur de 120mm, avec un traitement balle de golf pour les ailettes. Silverstone est un des derniers constructeurs à proposer ce type de ventilateur ; ou plutôt, il commence à s'y mettre, puisque de nombreux nouveaux produits en sont équipés.





Enfin, la finition du châssis est tout simplement excellente. L'acier utilisé est épais, solide, et surtout très bien usiné, puisqu'aucun bord coupant n'a été trouvé. Et ce n'es pas faute d'avoir fait le tour du boitier avec un doigt désigné volontaire.

Partagez :
Chercher Jouer en ITX, du rêve à la réalité ? sur :
Rechercher « Jouer en ITX, du rêve à la réalité ? » sur LDLC  Rechercher « Jouer en ITX, du rêve à la réalité ? » sur Amazon  Rechercher « Jouer en ITX, du rêve à la réalité ? » sur Matériel.net  Rechercher « Jouer en ITX, du rêve à la réalité ? » sur Top achat