EN DIRECT en ligne connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Razer Orochi

Article
Rédigé par
Publié le 28 Avril 2010
Page: 2/5



Une fois en main, l’Orochi souffle un peu le chaud et le froid. La livrée noire et mate de la coque supérieure claque mais la légèreté de l’ensemble surprend, Razer ne nous a pas habitué à cela, et a laissé une sensation de toc qui disparaîtra très vite avec la mise en place des piles. Celles-ci alourdissent nettement la bête. Cette couleur noire et mate s’oppose avec l’autre finition de la même couleur, le dessous et les côtés sont ainsi noirs mais laqués. Au final, elle est jolie et nous tâcherons de garder à l’esprit que nous avons affaire à une souris de notebook. Car de fait, elle se pose d’emblée comme une souris ultra courte et petite, même si elle reste assez haute et bombée sur l’arrière... un peu un gros derrière sur les bords !

Cette coque noire mate ne possède qu’une seule led sur le dessus qui permettra d’identifier l’état des piles. Bleue lorsque les piles sont à 100 % et rouge lorsque celles-ci ne sont qu’à 30 % de leurs capacités. Autant dire qu’il s’agit d’un concept, d’une abstraction pour nous, Fermiers, toujours au top, à 300 % de nos capacités, en mode overdrive permanent. Attention, un peu de sérénité, jamais, ô grand jamais, nous n’affirmerons qu’être l’équivalent de Dieux Vivants est tout le temps la panacée. C’est exigeant, cela oblige à la perfection... Bref, cette led informera le joueur nomade. Sur l’arrière de cette coque, la surprise de l’année, le sigle Razer ne... s’illumine pas ; la claque, c’est dur !





Les côtés de la souris comportent donc les quatre boutons programmables. Deux à droite et deux à gauche. Ses côtés sont symétriques et proposent un léger décalage, évidement destiné à améliorer l’ergonomie.

Sur l’avant de la coque, entre les deux clics qui, au passage, font un peu cheap, se trouve une molette. Celle-ci est comme en suspension entre les deux clics, en effet, l’interstice se comble avec la mise en place du câble USB. Reste qu’en son absence, elle semble seule, mais cela donne un look étonnant et très sympathique. Elle n’est pas quadri directionnelle.
Sous la souris, quatre patins en téflon assureront la glisse. Ils sont bombés et, du coup, la surface de contact risque d’être très limitée, cela devrait bien servir la glisse. Ils encadrent bien entendu le capteur.



Ce dit capteur est un 2000 DPI, c’est peu, mais il ne s’agit que de la résolution offerte par le mode sans fil. En effet, lorsque cette petite souris est connectée par câble, la résolution du capteur monte à 4000 DPI, n’oublions pas que l’Orochi s’adresse au propriétaire d’ordinateur portable, à la résolution plus limité. Cela devrait largement suffire. De plus, la connexion proposée est en Bluetooth 2.0, elle s’active en appuyant simultanément sur les quatre boutons latéraux. En mode Bluetooth, la fréquence d’échange tourne à 125 Hz avec un temps de latence de 8 ms. L’Orochi est donc livrée avec un câble USB qui permet de se dispenser du mode Bluetooth et qui permet d’accéder à une vitesse de transfert souris-pc de vrai gamer, 1000 Hz et 1 ms de temps de réponse. Ouf, l’honneur est sauf. Bref, elle est petite mais devrait permettre de jouer comme une grande.



Partagez :
Marque : Razer
Chercher Razer Orochi sur :
Rechercher « Razer Orochi » sur LDLC  Rechercher « Razer Orochi » sur Amazon  Rechercher « Razer Orochi » sur Matériel.net  Rechercher « Razer Orochi » sur Top achat