EN DIRECT en ligne connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Souris CM Storm Inferno, trop bonne ?

Article
L’Enfer, ça brûle…L’Inferno, c’est chaud.
Rédigé par
Publié le 20 Septembre 2010
Page: 2/5



Et là, c’est plutôt bueno ! La finition est excellente, les ajustements sont précis. Elle présente un aspect massif renforcé par les deux tons de noir employés : noir brillant pour le plastique dur et noir mat pour les parties en caoutchouc soft. La molette large enfonce le clou. Une des caractéristiques, qui se dément par la suite, est l’impression nette d’avoir une grosse souris. Cela sera démenti par les cotes.





L’avant de la souris arbore grille et mesh afin de se conformer aux tendances du moment. Le câble qui en part est quant à lui tressé, un impératif pour une souris de jeu. Le frottement sur la tranche du bureau peut être dévastateur, surtout après moult heures de séances de secouage en règle du mulot. Le dessus de la coque porte les deux tons de noirs précédemment cités, la partie plus matte est celle des clics. L’on constate assez facilement la profusion de boutons. En effet, en plus des deux clics, on découvre deux boutons les encadrant. Il s’agit du plus CM, nous verrons par la suite leur utilisation. La molette est en plexi (?) avec une bande caoutchoutée sur le milieu, elle est elle-même surmontée de nouveaux boutons, trois au total dont un de forme hexagonale. A droite et à gauche de cette partie matte, apparaissent une graduation de 1 à 5 et le rappel de la marque…Au hasard, mais vraiment au hasard : « CM Storm ». L’arrière de la coque s’illumine du logo au look tribal et flamme de CM Storm. Trois boutons trônent sur la partie latérale droite (que ne ferait-on pas pour évider de dire côté droit !), par contre aucun à gauche, ces deux parties sont en caoutchouc antidérapant soft, mais aussi rainuré. En dessous, rien d’exceptionnel si ce n’est le capteur. On y trouve aussi les trois gros patins plastiques, censés assurer une glisse optimale, face à la concurrence, c’est un peu cheap.



Au niveau de la technique, CM fait dans la profusion, c’était d’ailleurs un peu déjà le cas avec la Sentinel. Le câble tressé se termine évidemment par une connexion USB plaqué or dont la fréquence plafonne évidemment à 1000 Hz, et il mesure un peu plus de 2 mètres. Elle embarque une puce mémoire de 128 Ko pour héberger les profils. Le capteur est un « Twin Sense », à la précision toute médicale puis qu’il aurait étél éveloppé par Phillips pour les applications médicales, propose 4000 DPI, une baisse sensible par rapport à la Sentinel qui en offrait 5600. Il faut avouer que la course aux DPI est un peu une course inutile puisqu’en général, au delà, c’est un peu too much. La vitesse maximale du capteur est de 115 m/s soit environ 414 km/h…si j’ai bon !! Le côté Byzance de boutons se traduit par neufs boutons programmables et onze boutons au total. Le poids de la bête est mesuré à 161 grammes et ses dimensions contredisent l’aspect massif : 135 X 80 X 40 mm. Maintenant, passons à la maltraitance des souris, un aspect des choses que la Ferme maîtrise par-dessus tout. Taiaoooo !!!

Partagez :
Marque : CM Storm
Chercher Souris CM Storm Inferno, trop bonne ? sur :
Rechercher « Souris CM Storm Inferno, trop bonne ? » sur LDLC  Rechercher « Souris CM Storm Inferno, trop bonne ? » sur Amazon  Rechercher « Souris CM Storm Inferno, trop bonne ? » sur Matériel.net  Rechercher « Souris CM Storm Inferno, trop bonne ? » sur Top achat