EN DIRECT en ligne connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Commentaire 397840 de LeNovice

avatar de LeNovice
  • Grâce à NVIDIA et au Ray Tracing, nous savons que les américains sont bien allés sur la lune, ou pas

    LeNovice sur : Grâce à NVIDIA et au Ray Tracing, nous savons que les américains sont bien allés sur la lune, ou pas
    Il y a 183 commentaires sur cette news
    Commentaire posté il y a 2 ans et 307 jours.
     
    LeGraude : Elle ne se sont pas effondrées par le haut, l’impact était au trois quart de la hauteur à peu près de mémoire voire un peu plus bas. Donc l’effet marteau était très important. De plus, les premiers étages en dessous de l’incendie avaient vu leurs éléments structurels affaiblis par l’échauffement ce qui a permis au "marteau" de prendre de la vitesse et donc de l’énergie avant d’arriver sur les structures résistantes. Il ne faut pas oublier qu’il y a eu deux éléments différents, la boule de feu, qui n’a pas du tout consommé tout le kérosène (par manque d’oxygène) mais qui a eu un effet de souffle suffisant pour arracher le matériau ignifugé qui avait été appliqué sur les éléments métalliques de la structure. Ceux-ci ont ensuite subi le feu du reste du kérosène. La chaleur a modifié leur capacité physique de résistance, ce qui a mené à la rupture d’une première poutrelle, l’effort se répartissant ensuite sur d’autres, elles-mêmes en limite de rupture qui ont lâché quasi-immédiatement dans la foulée et ainsi de suite. Cela a résulté en une rupture quasi simultanée de la structure sur un ou plusieurs étages, les étages supérieurs se sont alors effondrés sur les étages juste en-dessous, eux-mêmes déjà proche de la rupture.

    Pour les "boum" entendus par certains témoins, une poutrelle métallique sous forte contrainte mécanique, quand elle casse, les deux parties reviennent dans leur position d’équilibre mécanique. Or, ce mouvement se fait à une vitesse d’autant plus élevée que la contrainte est forte. Dans le cas présent, au vu des contraintes en jeu, les bouts des morceaux qui ont cassé ont bougé à des vitesses largement supersoniques, ce qui a créé des bang supersoniques.
    Donc les gens n’ont pas entendu des "boum" mais des "bang" (aucun rapport avec une chanson des années 70 reprise par Étienne Daho et Dany).
    Et pour ceux qui pense qu’on ne peut dépasser la vitesse du son qu’avec un avion avec un gros moteur, le claquement d’un fouet est un bang supersonique, l’onde que l’on fait voyager le long de la lanière faisant se déplacer cette dernière jusqu’à Mach 2 !

    « je me suis mal exprimé : "elle s'est effondré par le haut", signifiait, en opposition à une démolition classique qui se fait habituellement uniquement "par le bas" et d'un seul tenant, que les tours se sont effondrées du haut vers le bas, étage après étages, de manière successive.

    pour le reste, je ne vais pas rentrer dans le débat, mais je ne suis pas (au moins en partie) d'accord avec tes "arguments", essentiellement sur "le marteau prend de la vitesse"

    mais ce n'est pas le lieu pour »