EN DIRECT en ligne connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Config de AVELANA numéro 2


AVELANA a 3 configs enregistrées : Config 1 Config 2 Config 3
Config ajoutée le 04 avril 2019 à 15:13
Dernière modification le 14 juin 2021 à 14:17, avis boitier
Vue : 1426 fois
Usage : PC Polyvalent

Les votes ont été désactivés sur cette config car trop ancienne

Système d'exploitation
Windows 10
Le commentaire de AVELANA :
AVRIL 2019
Ma première config, malgré quelques améliorations de ci de là, remontait à 2016 (autant dire une éternité en informatique) et l’envie me démangeait de remettre les mains dans le cambouis, si j’ose dire, et de me remonter une nouvelle config plus moderne.
N’étant pas un joueur acharné, j’ai décidé de ne garder de l’ancienne config que mes deux cartes graphiques GTX 970 (autant d’économisé) et mon alimentation Corsair HX 1200. Pour tout le reste direction mon banquier.
Première écueil, la carte mère.
Deux modèles me plaisaient pour des raisons différentes, la NZXT Z390 pour son look décalé entièrement caréné et la EVGA Z390 black pour son potentiel (et aussi son look travaillé).
Mais annoncées dès octobre 2018 aucune n’était encore sur le marché en mars 2019.
Lassé d’attendre, je me suis dit, la première qui sort je l’achète. Hélas pour mon compte en banque ce fut l’EVGA, la plus chère des deux bien sûr (mais aussi la plus intéressante).
Je passe sous silence par pudeur le prix de la bestiole.
Avec une telle carte mère, pas de raison de barguigner et pour le processeur, hop direct un i9 9900k !
Pour épauler la bête, 32 Go de DDR4 Corsair avec un peu de RGB pour faire joli.
Puisque la config promet d’être rapide, j’ai aussi choisi un SSD Samsung 970 Pro en abandonnant le RAID 0 de ma première config à base de SSD 950 pro, plaisant à configurer mais plus instable.
Et bien sûr pour refroidir le tout, un watercooling custom en tubes rigides comme pour ma première config.
Pour l’occasion, j’ai modifié certains éléments de mon circuit avec un nouveau combi pompe /réservoir Thermaltake Pacific et un nouveau rad Alphacool full copper et quelques nouveaux embouts coudés pour me simplifier le montage.
Restait le choix du boitier. Ayant pris goût à l’open air avec mon précédent Core P3, j’ai décidé de rester chez Thermaltake et de passer au grand frère le Core P5 mais en version ‘’ tempered glass ‘’ plus classe.
Voilà, il m’a fallu des mois pour réunir tout le matos . Montage au cours de ce mois d’avril et photos quand ce sera terminé.

Premier weekend de montage.

Comme je m’étais fait la main sur un Core P3, je gagne du temps avec ce Core P5 qui reprend exactement la même architecture mais en plus grand.
En bien plus grand même car du coup ma nouvelle carte mère EVGA Z390 qui est d’un format respectable fait plutôt riquiqui une fois positionnée.
Comme tout n’est pas censé aller sans problème, gros énervement après Thermaltake qui n’a pas pensé à utiliser la taille de son boitier pour déporter un peu plus les passes câbles qui se retrouvent à moitié masqué par la carte mère pour trois d’entre eux. C’est ballot !
Solution 1, élargir les trous dans la tôle (pas envie)
Solution 2, profitez du fait que mes câbles d’alimentation sont plats (merci Corsair) pour passer un peu en force. (Avec un peu de patience c’est OK) mais un peu stressant.
Petite remarque accessoire : EVGA sur cette carte mère se vante d’avoir positionné les branchements alimentation ATX et CPU à plat c’est-à-dire parallèles à la carte mère et non à la verticale comme d’habitude (vous me suivez) Et ben dans le cas où votre carte mère mord sur les trous permettant le passage des câbles c’est plus un handicap qu’une facilité car le branchement n’est pas pratique.
Bref, à par ce détail non ergonomique , le montage se fait rapidement et une fois le processeur et la mémoire en place, petit test rapide en montant un ventirad provisoire sur le CPU pour voir si tout démarre en me passant des deux GTX 970 non ventilés because leur montage sur waterblock et en utilisant le GPU intégré.
Premier démarrage et première petite victoire, tout s’allume correctement du premier coup et le BIOS UEFI s’affiche sans histoire.
OK , extinction de la bête et programme copieux à venir dans la semaine , l’installation du circuit de water cooling en rigide et tous ses accessoires.

Deuxième week-end de montage.

Essentiellement consacré à la mise en place du circuit watercooling en tubes rigides.
Je reste fidèle à EK pour les tubes acryliques et les embouts droits.
Je fais une petite entorse à cette firme pour les embouts coudés rotatifs d’origine Barrow (made in China) une première pour moi non sans une certaine appréhension.
Et bien disons tout de suite que c’est de l’excellent matos car au démarrage du circuit je ne constaterai aucune fuite !
Ma boucle comprend donc dans l’ordre : un combi pompe /réservoir Thermaltake Pacific PR22-D5 – deux GTX 970 avec waterblock EK – un waterblock GPU XSPC Raystorm Pro – un rad Alphacool full copper.
Je galère pour obtenir un rendu propre avec de bons alignements des tubes et finalement j’obtiens un résultat satisfaisant.
Ajout du liquide Mayhems blanc opaque (pas loin d’un litre tout de même) et en avant la musique.
Le PC démarre sans problème et le circuit watercooling aussi. Ouf !
Comme la carte mère EVGA Z 390 black est très sobre et ne propose aucun RGB , les quelques périphériques éclairés ( la mémoire Corsair, le pont sli EVGA, le réservoir Thermaltake , les ventilos Riing TT du rad et le waterblock XSPC du CPU) rendent bien sans trop faire bling bling ce que je recherchais.
Une fois les panneaux vitrés légèrement fumés du Core P5 montés, le résultat fait très chic.
La mise en place du boitier sous le bureau demande des petits bras musclés car le bestiau pèse une tonne et la différence avec mon précédent Core P 3 est flagrante.
Ma carte mère indique 33 degrés CPU ce qui est rassurant car le processeur i9 900K est connu pour chauffer un peu.
Reste maintenant à réinstaller Win 10 et tous mes logiciels préférés et faire mumuse avec cette nouvelle config.

Décembre 2019

L’ère de la distro plate.

9 mois sans bricoler son PC, pour un passionné c’est long.
Il faut dire que ma configuration me plaisait bien.
Cependant on peut toujours trouver matière à modification, c’est pourquoi à l’approche de Noël, je me suis décidé à modifier ma boucle watercooling en remplaçant mon combo pompe/réservoir Thermaltake par une distro plate très à la mode ces derniers temps dans l’univers du watercooling.
Précisons tout de suite que technologiquement ça n’apporte pas grand-chose mais que c’est plutôt un accessoire de mode ou de frime comme on voudra.
Sur la base de mon Core P5 plusieurs constructeurs (Lian Li, Thermaltake, Barrow et autres) se sont lancés dans la production d’une distro plate adaptée à ce châssis, j’ai donc eu l’embarras du choix.
Finalement, après avoir écarté d’emblée Thermaltake qui se touche un peu avec des prix prohibitifs, je me suis tourné vers Barrow, une firme chinoise dont j’avais eu l’occasion d’apprécier la qualité des produits.
D’ailleurs en faisant le tour des e commerçants, on s’aperçoit que Barrow a le vent en poupe.
A la réception du bidule, pas déçu ce coup-ci non plus.
La distro plate se présente comme un beau morceau de plexi, bien usiné, bien fini, en forme de L à l’envers, se positionnant entre la carte mère et le rad et coiffant ce dernier par le haut.
Preuve du sérieux de Barrow, deux encoches creusées au dos de la distro plate viennent s’insérer dans deux excroissances de tôle du châssis du Core P5 permettant un positionnement parfait.
Tout est donc prévu.
Sauf que, bien sûr, je m’aperçois vite qu’entre la largeur de ma carte mère EVGA Z390 Black au design particulier et mon rad Alphacool Eisbrecher, véritable parpaing, l’espace est insuffisant pour la distro plate qui mord sur la carte mère.
Pas d’autre solution que de déplacer la mobo en créant de nouveaux points de fixations.
Pas vraiment envie de percer des trous dans mon beau Core P5 mais pas le choix.
Tout se passe bien avec la perceuse, l’opération est couronnée de succès et la distro plate trouve sa place après cette adaptation.
Reste maintenant à raccorder tous les éléments du circuit.
Et là on comprend vite, d’une part, que Barrow ne va pas vous aider car aucun schéma ni mode d’emploi pour les branchements n’est fourni (ni aucun bouchon ou raccords - plutôt mesquin), rien de rien, nada, même pas une fiche technique et d’autre part, la distro plate doit être une invention des fabricants de raccords pour fourguer leur camelote car, pour un circuit CPU et deux GPU, il va falloir utiliser plus de 20 raccords sans compter la découpe et le pliage de 9 ou 10 tubes rigides.
Pas vraiment économique et pas facile comme montage quand certains mettent en avant comme argument une simplification du circuit watercooling.
Quoi qu’il en soit le montage se passe bien, la plus grande difficulté résidant surtout dans l’alignement des tubes pour obtenir un résultat global visuellement satisfaisant, tubes bien parallèles et angles identiques car il y en a un bon paquet et ça peut vite faire usine à gaz et gros fouillis.
Le résultat est pas mal et j’apprécie que la distro plate masque la tôle du châssis et remplisse les vides.
Ça fait mieux fini à mon goût.
Reste à faire démarrer le système avec la traditionnelle orgie de Sopalin sur tous les points de fuites possibles.
Comme la distro plate Barrow ne dispose pas d’une pompe intégrée, je teste pour la première fois une pompe de la même marque raccordée en entrée et sortie à la plate par deux tubes rigides.
Cette pompe propose une régulation pwm et un potard permettant, si besoin, de réguler son débit ainsi qu’une prise pour un régulateur RGB, tout comme la distro plate d’ailleurs si on veut l’éclairer.
Par parenthèse, entre la régulation RGB des différents matériels installés sur mon PC (Corsair, Lian Li,
Thermaltake et maintenant Barrow) nécessitant à chaque fois un boîtier de contrôle spécifique à chaque marque,
la place pour planquer tout ce petit monde commence à manquer
Mais, suite au début de janvier 2020 pour tout raccorder définitivement et assister au décollage du système.
Car pour cela, il faudra encore attendre ma commande d’embouts complémentaires ( vous vous rappelez le nombre copieux nécessaire ? ) car je suis en manque de matériel et stoppé dans mon élan.
Il me tarde de tester le résultat final.

JANVIER 2020

Pour la nouvelle année, j'ai enfin reçu mes embouts complémentaires et j'ai pu terminer le montage de ma boucle watercooling.
Je confirme du coup, que l'utilisation d'une distro plate en lieu et place d'une bonne vieille pompe et d'un réservoir ça donne lieu à une débauche de tubes et raccords mais passons.
Mise en marche du PC.
Super, le circuit se met en pression, la circulation s’effectue, aucune fuite sauf que … sauf que le PC ne boot pas.
En plus je m’aperçois que j’ai perdu la fonction reset sur ma carte mère et qu’il est impossible de faire un clear CMOS sur aucun des 3 Bios pourtant proposés par cette EVGA Z390 dark.
La tuile.
Rien n’y fait, même après avoir tout débranché et rebranché, le Bios est bloqué, devenu inaccessible, impossible de le remettre à zéro d’aucune façon.
Je soupçonne les deux GPU branchés sur riser de m’avoir foutu le bordel électriquement.
Petit instant de panique, jusqu’à ce que je me souvienne que cette carte mère EVGA est une carte de compétition si je puis dire et m’offre une solution de contournement par flashage du Bios sans passer par Windows en utilisant un port USB dédié et juste une alimentation branchée.
Récupération du Bios UEFI qui va bien sur une clé USB grâce à mon autre PC, branchement sur la carte mère EVGA, chargement en suivant le protocole EVGA (en anglais) en croisant les doigts et soulagement, tout se passe bien et je récupère mes 4 Bios et toutes les fonctions de la carte mère.
Redémarrage sans soucis et chargement de Windows idem.
Ouf.

Bilan : une fois tout remonté avec ses vitres en verre trempé, le Core P5 pèse le poids d'un âne mort et mieux vaut ne pas trop le déplacer pour éviter de le cintrer. Ensuite si esthétiquement la distro plate assure , concernant les perfs de refroidissement c'est kif kif un système watercooling classique . Enfin concernant la carte mère EVGA Z 390 Dark , elle est belle et performante mais plutôt capricieuse, la moindre intervention sur le PC, branchement ou débranchement fout le bazar dans le Bios obligeant à chaque fois à un clear CMOS.
C'est sûr que question overclocking la Dark assure en passant le CPU au delà des 5 Ghz permanents sans soucis mais il ne faut pas trop la chatouiller quand on bidouille la config , le Bios n'aimant pas les modifs hardware. Mais à part ça, une fois reconfigurée , stabilité à toute épreuve.
Partagez :


Commentaires
MAJ du 04 avril 2019 à 15:13 : ajout processeur intel I9 9900K
MAJ du 04 avril 2019 à 15:19 : ajout refroidissement alphacool Eisbreicher Pro XT 45 Full Copper 365mm
MAJ du 04 avril 2019 à 15:22 : ajout carte mère evga Z 390 black
MAJ du 04 avril 2019 à 15:25 : ajout mémoire corsair RGB Lighting DDR4 2X16gb 3200MHz
MAJ du 04 avril 2019 à 15:31 : ajout disque dur samsung 970 PRO SSD 512 Go
MAJ du 04 avril 2019 à 15:33 : suppression refroidissement alphacool Eisbreicher Pro XT 45 Full Copper 365mm
MAJ du 04 avril 2019 à 15:34 : ajout refroidissement xspc Raystorm Pro ( black )
MAJ du 04 avril 2019 à 15:38 : ajout écran acer ED322QWMIDX
MAJ du 14 juin 2021 à 14:15 : suppression boitier barrowch STAR 1
Identifiez-vous pour commenter
Identification
Surnom/Pseudo :
Mot de Passe :