EN DIRECT en ligne connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Dirt 2 : le vroomvroom fun ?


et bah oui et DX11
La reprise du championnat WRC nous donne envie de vous parler d’un jeu récent traitant plus ou moins de ce sujet. Je vois le questionnement monter en vous, mais que se passe-t-il chez nos amis des bêtes, qu’ont-ils encore trouvé ? Ne vous inquiétez pas, nous venons simplement vous proposer un aperçu de nos impressions sur le dernier titre de la lignée des Colin Mac Rae. Un petit rappel ferait du bien à tous, Colin Mac Rae était un pilote de rallye écossais, connu pour son coup de volant exceptionnel et ses sorties de routes dantesques, Madame Impreza ne saurait nous contredire, l’écossais volant fut champion du monde en 1995.

Test Dirt 2


Il décida de s’associer à Codemaster pour apporter sa science du pilotage à une série qui porte son nom, très connue des amateurs de simulation de rallye. Mais voilà, l’éditeur Codemaster décide d’un revirement dans la série en 2007, le jeu semble quitter le rallye traditionnel, avec son championnat et ses nombreuses manches et spéciales, pour s’ouvrir au pluralisme des disciplines tout-terrain. 2007 semble donc être une nouvelle naissance de la série, est ce dû au changement des comportements des joueurs, qui semblent exiger plus de fun et moins de temps d’apprentissage, d’adaptation ? Ou à la démocratisation des activités du pilote Colin Mac Rae, qui a délaissé le Rallye WRC pour s’initier aux joies du Rallye-Raid ? En tout cas, la série s’ouvre à une vision plus américaine du tout-terrain, exit les spéciales et vive les course de côtes. Il aura donc fallu deux ans au studio pour nous proposer une suite, nous venons donc vous déclarer notre ressenti sur le nouvel opus. Tout d’abord le virage Anglo-Saxon initié lors du premier épisode se précise et est pleinement assumé, la vidéo d’intro est dans la continuité des vidéos d’un certain Ken block, qui ont déferlé sur le net ces derniers mois.

[Cowcotland] Dirt 2 : le vroomvroom fun ?

ça passe, ça passe…

[Cowcotland] Dirt 2 : le vroomvroom fun ?

Ah bah non ça passe pas…

Ah ben non ç a passait pas…. Commençons par le plus important, si vous le voulez bien, le ressenti en tant que pilote virtuel, le premier épisode avait surpris son monde avec des voitures d’une légèreté démesurée, ce qui en découlait des véhicules qui pouvaient rapidement devenir incontrôlable, le pilotage demandait un doigté exceptionnel et un temps d’adaptation conséquent, ce qui semblait être un paradoxe avec le virage résolument fun adopté. Dans DIRT2, les véhicules retrouvent une inertie plus logique, les voitures pèsent réellement et évitent ainsi cette sensation de piloter une savonnette qui s’est échappée de la douche. Nous pouvons donc dire clairement que les sensations de pilotages sont plus logiques mais ne renouent pas avec le glorieux passé de simulation de la série, cela n’est en rien un blâme, les puristes passeront sûrement leur chemin, mais honnêtement, on peut avoir apprécié la période simulation et trouvé son compte dans ces nouveaux épisodes. Car honnêtement, le jeu vidéo est un divertissement et il devient donc de plus en plus inconcevable d’acheter un jeu sans trame historique, Dirt2 vous l’apporte, vous incarnez un pilote, vous choisissez votre pseudo au début de la partie, ainsi qu’un prénom vocalement utilisable, ce dernier sera utilisé par vos adversaires ou partenaires, lors des courses et honnêtement sur le plan de l’immersion c’est sensationnel. Vous habitez une joulie, euh non c’est plus une caravane un peu pourrie en fait, mais c’est votre point d’encrage, de là vous accéderez aux différents menus, mais surtout à la carte du monde pour vos compétitions. Les courses vous emmèneront au Mexique, aux Etats-Unis, en Croatie, au Japon…



[Cowcotland] Dirt 2 : le vroomvroom fun ?

World is mine

Le contenu semble des plus variés, toutefois on ne saurait vous mentir, la disparition des courses de côtes et une certaine répétition dans les circuits nous a laissé chagrin. Au niveau des véhicules le choix est nombreux et varié, des voitures WRC ( Impreza, Escort, Lancer EVO….), des 4X4 rallye-raid (Hummer, Touareg….) et des buggies. Aux niveaux des courses, le Rallye classique n’a pas complètement disparu, le rallye-raid est de la partie, les courses mixtes (terre-bitume) font toujours leur petit effet, avec la différence d’adhérence, il y a des courses de domination ou le but est de dominer un maximum de secteur et les étapes rallye on l’on doit passer sur des cibles en un minimum de temps, ce qui en surprendra plus d’un car elles ne sont pas forcément placées sur votre trajectoire idéal. On peut également noter l’implémentation des X-Games, qui devient le rendez-vous incontournable dans le jeu, ne serait-ce que pour obtenir le respect de vos adversaires.

Au niveau de votre évolution, le système est assez simple, vous allez acquérir un certain nombre de point d’expérience dans chaque course pratiquée, points qui dépendront bien sûr de votre place à l’arrivée, mais pas seulement, vous avez certains objectifs à pratiquer, comme des dérapages, des tonneaux et cela vous créditera de points supplémentaires. Vos résultats vous permettront également de débloquer des peintures et divers objets de décorations pour votre véhicule ou votre caravane, ainsi que des pépettes, il faut bien financer l’achat de vos joujoux.

On peut également noter un héritage sensible d’un certain Grid, en effet, l’arrivée des flashbacks est présente, le nombre varie selon le niveau de difficulté, cinq en débutant à zéro en extrême. La difficulté influera aussi sur vos gains en terme d’XP et d’argents.

Sur le plan technique, Codemaster s’est permis d’affiner le moteur présent dans le premier épisode, qui représentait alors un must, nous n’avons donc rien à lui reprocher les effets sont très convaincants, comme les passages dans les flaques d’eau, même si malheureusement nous n’avons pas eu l’occasion de tester les effets directX11. On peut seulement regretter l’absence de cycle jour/nuit et de météo dynamique.

[Cowcotland] Dirt 2 : le vroomvroom fun ?

Wash my car

Wash my car Le jeu tourne à 40 fps de moyenne en 1920X1200 sur un core i7 860, 4 go DDR3 et une GTX 285.

En conclusion, il s’agit d’un très bon jeu, très bien narré par Codemaster, pour peu que l’on apprécie la vision américaine du tout-terrain et le pilotage arcade.
source : Cowcotland
Tags :
Partagez :
Posté le par


5 commentaires
Vous devez être membre pour poster des commentaires.
Identification
Surnom/Pseudo :
Mot de Passe :
Top 100 dernières actualités des fermiers