Youtube Facebook Twitter Google+ EN DIRECT 1062 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Boitier Aerocool Strike X Air

Article
Rédigé par vanseb
Publié le 24 janvier 2013
Page: 2/5



Physiquement, le boitier impressionne. C'est large, profond, et plutôt trapu. On aimera ou non le design, qui mélange noir et rouge, mais avec le temps, on s'y habitue.

Grossièrement, on peut dire que le boitier est constitué de deux parties : à droite, le système avec le plateau carte mère, et à gauche, le reste.

Par défaut, le plateau est en partie caché par la platine en mesh du ventilateur de 200mm à diodes rouges. Il faut donc le soulever entièrement pour accéder à l'emplacement de la carte mère. Une fois le matériel installé, on pourra rabattre le plateau complètement, selon le radiateur et les cartes filles, ou alors le bloquer horizontalement, via une béquille installée sur le pied central. En revanche, il manque une béquille à droite, et de ce fait, le plateau s'affaisse sur lui-même. Dommage, on ne pourra donc rien poser au dessus du PC.

Afin de rendre le cable-management harmonieux, le câble du ventilateur peut être passé dans des passages sur le côté gauche.





L'avant du boitier, si on peut dire ainsi, comprend le front panel, avec un port SuperSpeed sur header, trois ports USB 2.0, et bien entendu les E/S pour le son. Un panneau de connectique incliné, qui laisse pas mal de vide derrière lui, ce qui permet d'offrir des passages pour les câbles de l'alimentation, et une compatibilité E-ATX.
Les passages pour les câbles sont donc plutôt nombreux, ce qui permettra de faire passer les câbles sous le boitier, pour un résultat théoriquement propre, même si on regrette l'absence d'un passage pour l'alimentation du processeur. Il y a certes un petit trou sur le côté droit, mais il laisse une grosse partie du câble visible.
Chaque passage du plateau est protégé par des lèvres en caoutchouc, qui se mettent et s'enlèvent très facilement. Rien de trop simple non plus, ça ne partira pas en tirant sur un câble lors de l'installation. Notons qu'elles sont plutôt souples, elle ne devraient donc pas casser comme sur d'autres boitiers.

Bien entendu, on trouve aussi de quoi attacher des colliers, afin de rendre le tout parfait.





L'arrière du plateau comprend l'emplacement I/O Shield, ainsi que dix équerres PCI, avec des caches en mesh rouge (plus que souples), tenus par des vis à main.
Mais surtout, on trouve une grande barre qui court le long du boitier, à l'arrière, et qui permettra de fixer des radiateurs de watercooling.
Une solution différente des supports habituels, mais qui semble efficace, avec en prime quatre passe-cloisons. A voir si une intégration complète avec pompe et réservoir peut tenir aisément.





Les nouveautés


Concours