Youtube Facebook Twitter Google+ EN DIRECT 1557 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Clavier Mad Catz S.T.R.I.K.E. TE

Article
Rédigé par Glork
Publié le 20 Avril 2015
Page: 4/5



Mad Catz arrive dans la course un peu tardivement, mais il part avec un excellent argument, un clavier au design réussi, qui change sans être absolument tuning ou trop particulier. Nous l’avons reçu dans sa livrée noire du plus bel effet. Il est clairement agréable à l’œil. Pour ce qui est du fonctionnement du clavier, si nous sommes globalement restés sur notre faim avec le Blackwidow équipé de switches Kaihl, en raison de l’HypeResponse, trop rapide et qu’il n’est pas possible de désactiver. Si nous continuons à penser que le choix Kaihl est un choix risqué car Cherry est tellement implanté dans les esprits qu’il sera difficile, très difficile pour celui-là de se faire une place au soleil. Si nous sommes même au sein de la team, non pas désaccord, mais d’opinions différentes quant à la pertinence de ce choix. Et enfin si ce choix, incontestable pour contourner les indisponibilités, véritables ou hypothétiques des Cherry et tout à fait contestable s’il s’agit de tirer les prix et la qualité vers le bas (ce qui est avancé sur les forums spécialisés).

Et bien, malgré tout cela, nous n’avons pu que constater que ce Strike fonctionne bien et que les switches sont agréables, à mi-chemin entre un noir Cherry et un marron Cherry. C’est-à-dire que le marron Kaihl est plus ferme que le marron Cherry, se rapprochant donc du noir et qu’en parallèle, il est équipé d’un clic sensible, se rapprochant avec cette spécificité du marron Cherry. Il représente presque un juste milieu. Il n’est clairement pas désagréable de taper avec ce type de switches. Les clicky du Razer se comportaient comme des bleus qui ne sont pas nos switches préférés, loin de là. Ceux-ci, les Kaihl marrons, procurent, malgré tout ce que l’on peut en dire et en lire, de bonnes sensations. La descente se positionne entre les noirs Cherry, fermes, et les marrons Cherry, plus souples, tout en donnant une information sensible du niveau d’activation. Bref, nous aurons tapé avec facilité et avec plaisir sur ce modèle Kaihl. D’autant que leur relative fermeté permet d’offrir un effet ressort à la remontée assez efficace. Ils en sont donc confortables et relativement peu exigeants. Ce n’est pas parce que vous avez effleuré la touche d’à côté qu’elle est de suite prise en compte. Et enfin, concernant spécifiquement ce Strike, si certains mettent en avant un comportement parfois aléatoire des switches avec des niveaux de sensibilité différent sur une même couleur, ce n’est pas le cas avec ce clavier. Tous les switches proposent le même fonctionnement sur l’ensemble des touches. La seule difficulté provient de deux aspects, propre au clavier de Mad Catz. La barre Espace est assez large et comporte une sorte d’avancée/casquette, cela crée un effet de levier un peu déroutant car, en travaillant de biais, cela apporte un peu de résistance dans la descente de la barre. Si on fait l’effort de bien se positionner, on retrouve de suite un niveau équivalent à toutes les doubles shot. Ensuite, le fait d’avoir placé des macros autour des flèches est extrêmement judicieux en jeu, mais un peu moins en bureautique. En effet, quand on tente de déplacer le curseur avec les flèches, bien souvent, c’est une touche de macro qu’on attrape. Rien de bien méchant mais c’est un coup de main à prendre. Et en jeu, pour le joueur côté flèches, cela apporte un gain de confort notable, plus besoin de se déboîter un doigt pour atteindre un éventuel bouton placé trop loin. En revanche, et nous sommes beaucoup sceptiques, nous l’étions déjà avec le Strike classique, sur l’emplacement des macros côté EDSF. En effet, elles sont à la fois trop petites pour être facilement identifiées et trop éloignées pour ne pas imposer de lâcher son déplacement pour aller les activer. C’est beau, mais un peu inutile car mal positionnées, excepté la touche de blocage Windows que l’on n’active plus une fois en jeu. Les commandes multimédias sont les bienvenues, mais sur ce plan, aujourd’hui, toute la concurrence le fait aussi. Personne sur ce point ne se démarque.

Au niveau de l’inclinaison du clavier, repose-poignet en place, clairement il faut redresser l’arrière car le Strike à tendance à plonger vers le bas quand la plupart des claviers ont une inclinaison vers le haut. Du coup, une fois les pattes de surélévation en place, il devient tout à fait confortable. Mais, comme toujours répétons encore que poser les paumes sur le repose-poignet est un non-sens ergonomique. Il faut avoir les avant-bras autant à plat que possible et les mains en suspension au-dessus du clavier. En tous les cas, a contrario de ce qu’il faut faire, à plat sur le repose-poignet, il n’y a pas de grosse cassure entre l’avant-bras et le poignet. Du coup, il reste possible, même si ce n’est pas bien, de se sentir à l’aise comme cela.

Ensuite pour ce qui est du rétro-éclairage, Mad Catz a équipé le clavier de keycaps en ABS recouvertes de peinture, mais le marquage est translucide uniquement sur la partie supérieure. Du coup, il est tout à fait homogène, excepté si l’on décide de modifier l’intensité de certaines zones. Toutefois, comme nous le précisions, les keycaps sont peintes ou recouvertes, elles risquent donc à terme de perdre l’habillage, en plus d’être, certes agréables au touche, mais fondamentalement un peu glissantes. En outre, une fois que l’on a retiré un ou deux keycaps, on s’aperçoit bien vite qu’il n’est question d’ABS basique. Pour la question du bruit, nous sommes face à un clavier mécanique, il est donc relativement bruyant. Cela dit, il ne produit aucun bruit de ressort sur les double-shot, ce qui est plutôt une bonne chose. Ensuite, le bruit de la keycap qui claque contre le châssis dans la moyenne, un peu dans les tons graves. Bref, sur ce point, ce n’est ni pire, ni mieux que la concurrence. Enfin, reste la question du prix, le Strike T.E est échangé contre 149 modiques euros. C’est cher, très cher, surtout que dans ce cas, les puristes reposeront inévitablement la question des switches présents sur le clavier. Même si le look est à l’avenant, même si en termes de fonctionnement, nous n’avons pas grand-chose à lui reprocher, cela reste cher et il ne peut se prévaloir de la légitimité des fabrications, de Costar par exemple, à tort ou à raison.





Les nouveautés


Microsoft All-in-One Media Keyboard
Prix mini : 31,99 €
dispo. dans 12 boutiques

Logitech Illuminated Living-Room K830 - Noir
Prix mini : 69,34 €
dispo. dans 8 boutiques

Logitech MK710
Prix mini : 73,09 €
dispo. dans 18 boutiques

Logitech Wireless Combo MK330
Prix mini : 32,00 €
dispo. dans 15 boutiques

Microsoft Wireless Desktop 2000
Prix mini : 26,80 €
dispo. dans 13 boutiques