EN DIRECT 2729 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test casque Gamer Corsair Vengeance 1500

Article
L’heure de la Vengeance a sonné, 1500 fois plus forte ?
Rédigé par
Publié le 14 Février 2012
Page: 2/4



Nous n’irons pas par quatre chemins. De toutes les façons, si vous avez vu la vidéo, vous savez ce qu’il en est. Le 1500 est tout simplement magnifique, la classe à Dallas incarné. En effet, lorsque nous le prenons en main, la première chose qui est tout à fait éblouissante, ce sont ces platines en alu brossé de toute beauté. Nous pouvons donc d’ores et déjà dire que, sur le choix des matières, Corsair ne s’est pas raté, entre l’alu, le plastique aspect laqué noir et le skaï, le 1500 en jette terriblement. En revanche, pour un casque, il reste assez léger, tout du moins, c’est l’impression qu’il donne. Il est vrai que comparé au Hifiman HE-500 que nous utilisons tous les jours, c’est certain. Bref, il est beau, et il donne envie de se le percher rapidement sur les oreilles.







Le serre-tête est large, massif et il participe bien évidemment au design général. Il est recouvert de skaï, lisse sur la face intérieur et troué sur la partie supérieur. La mousse est abondante et ultra souple. A priori, au premier abord, on devrait se retrouver sur le même niveau de confort que celui proposé par le HS1. Les deux parties sont reliées par une couture de fil, petit côté artisanal/fait main pas du tout désagréable.

Les réglages sont eux aussi massifs tant pour la partie femelle que la partie mâle. Celle-là est constitué de deux pièces de plastique, c’est d’ailleurs en passant la seule matière qui dénote légèrement, nous insistons sur le « légèrement », sur ce casque. Elles sont donc en plastique granuleux noir, et solidarisées par des deux vis cruciforme. La partie mâle est constituée d’une partie intérieure plastique et d’une partie extérieure en alu brossé. Les crans sont très nets et l’ensemble est même franchement ferme. A priori, la tenue dans le temps ne devrait pas poser trop de problème. Une fois encore, ces deux parties sont maintenues entre elles par des vis. Ces réglages ont la même largeur que les platines qui descendent jusqu’aux oreillettes. Cela renforce encore la sensation de massivité du 1500. Par contre, un axe vient s’insérer à l’endroit de la séparation entre platines et réglages, cela permet aux oreillettes d’avoir une belle liberté angulaire de mouvement, à 90 degrés environ. Cela devrait permettre au casque de pouvoir s’adapter à toutes les formes de caboche du marché du gamer endiablé.

Les platines, à hauteur des écouteurs, portent en profondeur le logo et le rappel de la marque. Les oreillettes sont de forme ovoïde, et en grande partie dans ce plastique un peu moins classieux que le reste du casque. Plusieurs types de matériaux le constituent, sertis. On commence donc avec le plastique granuleux noir, pour aller sur du plastique laqué noir, ensuite vient un cercle de plastique bleu « nacré ». Ensuite, viennent le skaï et la peau de pêche des mousses de l’écouteur. Une toile acoustique noire le termine et protège le HP. Sur l’écouteur gauche, la perche de micro s’insère directement dans la partie granuleuse. Celle-là est de section rectangulaire, et se termine par un embout d’alu brossé percé de petits trous.

Toujours sur le gauche, le câble tressé rejoint la télécommande qui fait, comme nous le disions dans la vidéo, un poil cheap par rapport au casque à proprement parler. Elle est en plastique et porte trois boutons, deux gros ronds pour la montée et la descente du volume, ainsi qu’un plus petit pour couper le micro. Les boutons sont entourés d’une bande translucide que l’on devine illuminé à la connexion du casque.



En termes de technique, le 1500 est un casque de conception fermé et supra aural. Il fait appel à des HP de 50 mm et couvre un spectre allant de 20 à 20000 Hz. L’impédance est de 32 ohms. Le micro quant à lui couvre un spectre de 100 à 10000 Hz, vous ne pourrez pas concurrencer « la nouvelle star » avec, mais pour brailler qu’il faut reprendre B, ça devrait aller. Le casque est pesé à 325 grammes. Il propose donc une spatialisation 5.1 émulé donc puisque tout ne passe que par deux HP de 50 mm, mais le HS1 avait fait pas mal déjà en son temps. Nous allons, maintenant, effectué un petit passage par la case logiciel puisque, pour profiter de cette spatialisation, il faut en installer un qu’il vous faudra aller télécharger. En effet, Corsair n’a pas jugé nécessaire de fournir de CD, obligeant à se rendre sur une page de téléchargement. Ce n’est pas une catastrophe mais de plus en plus pratiqué !

Partagez :