Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 1203 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Souris Gamdias Zeus M1

Article
Rédigé par
Publié le 21 Janvier 2018
Page: 4/5

Dès la sortie de la boîte, il est visible que la Zeus M1 ne sera pas une souris particulièrement difficile sur la prise en main. En effet, elle est certes exclusivement destinée aux droitiers. Cela dit, elle met en avant des dimensions dans la moyenne, avec, toutefois, une hauteur raisonnable. La courbure douce de la coque lui permet de se glisser sous la paume, sans la chercher outre mesure. Le moins que l’on puisse est que la coque est très consensuelle. En effet, personne ne sera mal à l’aise avec la Zeus. Elle accepte d’être prise en main aussi bien en palm grip, qu’en claw voire même en finger. Elle opte pour, finalement, la taille quasi-idéale : une bonne moyenne. Juste un peu plus longue que notre Kone Pure quotidienne qui marque le pas en palm. Evidemment, certes, cet aspect peut être relatif en fonction de la taille de la main, mais étant donné que nous sommes doté d’une taille dans la moyenne haute. Il apparaît donc que seules les grandes mains ne devraient pas trouver suffisamment d’espace pour un palm grip confortable. Pour le reste, elle passe toute seule. En ce qui concerne les boutons de la Zeus, les switches Huano proposent un fonctionnement plutôt classique. Leur déclenchement est assez ferme et sec, sur une course plutôt courte. A l’utilisation, les Huano, qui sont annoncés 10 millions de clics, ne dénotent pas des classiques Omron. Ensuite, nous avons donc les deux boutons latéraux. Ces derniers sont très souples et fondamentalement assez sonores. Ils sont si souples qu’il faudra faire preuve d’un peu de prudence, il n’est pas impossible d’activer accidentellement celui placé sur l’arrière. Ils sont heureusement bien placés et tombent bien sous le pouce, avec une mention spéciale pour celui de l’avant. Les boutons situés derrière la molette sont, quant à eux, nettement trop en arrière et surtout franchement petits pour les deux derniers. Ils demanderont une vraie gymnastique pour y accéder. Pour terminer, abordons la molette de la Zeus, Gamdias n’est pas toujours très à l’aise avec cette question. En effet, le constructeur peine à implanter de réels crans marqués. C’est le cas ici aussi, les crans sont très moyennement marqués. En outre, ils sont un peu mous et caoutchouteux, et donc un peu imprécis. Le défilement est, lui aussi, un peu freiné. En outre, elle est assez sonore lorsque l’on défile vers le bas. Bref, ce n’est toujours pas la panacée.

Le capteur embarqué par la Zeus est donc le classique Avago 3320, à savoir un optique que l’on retrouve dans une grande partie de la production actuelle. De fait, avec 7000 DPI, comme toujours, il y en a bien assez, voire même un peu trop. Cela dit, au final, nous avons là un capteur fluide et réactif, tout à fait visible lors de nos détourages photo. Travail qui permet, s’il en est, de jauger de la fluidité d’un capteur. Il s’accommodera donc facilement de toutes les utilisations, tout en sachant, nous le répétons souvent, que 2000 ou 3000 DPI seront bien suffisants tant en jeu qu’en utilisation quotidienne.

Dernier chapitre à aborder, celui de la glisse sur notre petit panel de tapis. Comme toujours, nous posons dans un premier temps la Zeus sur notre Func 1030 XL. Il nous faut ajouter qu’en raison de nos habitudes de jeu, nous avons préféré retirer les poids de la souris. Elle reste tout de même assez légère quand ils sont en place et amène un léger surcroît de frottement dans les déplacements. Cela dit, la sensation est un peu plus inertielle. Pour en revenir à notre tapis rigide, la Zeus se déplace facilement avec un niveau de résistance extrêmement faible. Toutefois, elle est assez rêche du fait des petits patins, car malgré tout, ces derniers n’ont pas d’arête nette. Pour autant, la glisse est excellente. Avec le Steelseries 9 HD, elle se déplace tout aussi aisément mais renforce l’aspect rêche, un peu dur. Les patins répercutent assez franchement le grain du tapis. Elle s’adaptera mieux sur une surface rigide lisse. Posée sur le Saitek Cyborg, nous avons là le bon mariage. En effet, ici, peu de résistance encore une fois, mais surtout arrive une réelle sensation de douceur, sans aucun aspect rugueux. Et le poids contenu ne pose pas de problème, les déplacements sont rapides et souples. Elle passe l’exercice Nova Winner III avec brio. Elle ne subit pas la ventouse en début de mouvement de ce vieux tapis (15 ans révolu maintenant). Elle se meut en apportant un peu plus de frottements qu’avec nos trois premiers tapis, dans un petit bruit de fermeture éclair. Le Noppoo tissu est aussi une formalité, elle n’est pas particulièrement freinée par le côté mou du tissu. Il s’avère que la Zeus M1 est une excellente glisseuse, pas de souci de ce côté. Il est juste préférable de lui octroyer une surface lisse sans grain.



Les nouveautés