EN DIRECT 2152 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Souris SteelSeries Rival 600

Article
Rédigé par
Publié le 02 Mai 2018
Page: 2/5

La souris présente une excellente finition. L’intégration des différentes matières utilisées pour la souris est simplement parfaite. Aucun ébavurage n’est mal traité, les alignements sont réguliers et précis. Il n’y a rien à jeter, une souris parfaitement construite. Du côté des matières, le constat est tout aussi positif. En effet, les différents plastiques sont travaillés : soft-touch ou gun-métal, les pavés de caoutchouc sont larges et étendues. Le plastique granuleux n’apparaît, avec parcimonie, que sous le châssis. Le look est, quant à lui, assez tranché, la Rival sort un peu des sentiers battus tout en restant sur une ergonomie, somme toute, classique. Elle pourra ne pas plaire, mais force est de constater qu’elle ne laisse pas indifférent.

La coque fait la part belle aux lignes tendus et aux pans biais, tout en conservant une certaine douceur et une certaine rondeur. Cela dit, comme toutes les autres, elle accueille le logo de la marque sur le haut de la coque, à l’arrière. Deux bandes translucides en L partent des clics et viennent marquer la partie arrière. Elles laisseront donc passer le rétroéclairage. Les deux clics sont distincts l’un de l’autre mais aussi de l’ensemble de la coque. La fente de séparation s’élargit après la molette et laisse un large espace entre les deux. Un bouton vient se placer en arrière de la molette dont la bande de caoutchouc opte pour un dessin « pneu ». La partie droite reçoit deux larges pavés de caoutchouc et s’évase vers l’arrière. La partie gauche reçoit trois boutons : deux un peu en dessous l’arête et l’autre presque perpendiculairement. La face avant voit les clics s’avancer au-dessus d’elle, elle accueille la connexion du câble détachable. Enfin, sous la Rival, nous retrouvons trois patins, un assez large sur l’avant et deux triangulaires sur l’arrière. Deux capteurs sont insérés dans la plaque châssis. La grande spécificité de la Rival provient des parties latérales amovibles et maintenues en place par un système d’aimants assez puissant. Derrière ces pièces amovibles, l’utilisateur trouvera une série d’encoches rectangulaires prévues pour recevoir les masselottes, elles-aussi aimantées.

Sur le plan technique, la Rival reçoit un double capteur, nommé TrueMove3+ par Steelseries. L’un est un capteur « classique » et l’autre un capteur dit de profondeur (lift-off). AU final, il gère 12000 DPI et 350 ips, et encaisse une accélération de 50 G. IL permettra un vrai suivi 1 : 1. Elle embarque un processeur ARM 32 bits, en revanche pas d’indication sur la taille de la puce mémoire. Les 7 boutons sont programmables. Le rétroéclairage est disponible sur 8 zones, indépendantes les unes des autres. Enfin, la Rival 600 mesure 131 X 69 X 43 mm pour un poids annoncé de 96 grammes sans poids, 128 grammes avec.

Partagez :