EN DIRECT 1178 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test carte graphique ASUS RTX 2080 Ti Strix OC

Article
La nouvelle génération se dévoile !
Rédigé par
Publié le 19 Septembre 2018
Page: 1/18

Nous avions terminé notre tour d'horizon de la génération précédente, animée par l'architecture Pascal, sur une note d'exception, un aspect tarifaire hors norme, enfin c'est ce qu'il nous semblait en abordant la Titan Xp Collector's Edition Star Wars, avec une carte Titan Xp "non collector" proposée à 1299 €. Toutefois il semblerait que cela puisse devenir la norme, Nvidia a annoncé, lors de la présentation de ses nouvelles RTX, des tarifs en très nette hausse avec au sommet une RTX 2080 Ti, proposée au tarif de 1259 € en précommande dans sa version Founders Edition. Il faudra payer 849 € pour une RTX 2080 Founders Edition et 639 € pour une RTX 2070 FE.

La hausse des tarifs est nette et quantifiable, bien avant de connaitre le gain de fps par rapport à la génération précédente. Pour les Founders Edition, les hausses sont de 20 %, 14 % et 71 % pour les modèles RTX 2070, 2080 et 2080 Ti en comparaison avec les tarifs des GTX 1070, 1080 et 1080 Ti FE à leur sortie.

Nom : RTX 2080 Ti Strix OC
ASUS RTX 2080 Ti
Fabricant : ASUS

Dans un premier temps, une telle hausse des prix nous a stupéfaits et nous pensions que Nvidia prenait un risque important, ce qui aurait pu avoir pour conséquence que les ventes soient en bernes au début, au moins jusqu'à ce que la loi du marché fasse son œuvre et que les tarifs commencent à se rétracter, mais les acheteurs sont surprenants et la RTX 2080 Ti Founders Edition fût rapidement en rupture de stock, dans sa phase de précommande ! Ce qui nous a clairement incité à penser que le très haut de gamme des cartes graphiques revêt de plus en plus un aspect de marché de luxe, et un tel achat ne répond quasiment à aucune logique ; si l'acheteur a les moyens, il peut craquer pour un produit très haut de gamme sans réellement se soucier d'un quelconque ratio fps/Euros. Sentiment que nous avions déjà largement abordé lors de nos tests de la gamme Titan de Nvidia.

Il convient donc maintenant de découvrir les performances de ces nouvelles RTX afin de se forger un avis et découvrir si cette hausse de tarif trouve son fondement dans d'incroyables caractéristiques techniques, ce qui permettrait d'atteindre des moyennes de fps confortables dans les jeux.

Sur l'aspect des caractéristiques pures, une rapide et sans aucun doute simpliste comparaison n'est pas très rassurante, la RTX 2080 Ti propose 4352 Cuda Core, contre 3584 Cuda Core pour la GTX 1080 Ti, environ 21 % de Cuda Core supplémentaires, pour une hausse tarifaire de 71 %. La RTX 2080 propose 2944 Cuda Core, contre 2560 Cuda Core pour la GTX 1080, soit une hausse de 15 % environ pour un tarif qui croît de 14 %. La RTX 2070 dispose de 2304 Cuda Core, contre 1920 Cuda core pour la GTX 1070, soit une hausse de 20 % pour un tarif qui a progressé de 20 %.

Cette comparaison est très, trop simpliste car Nvidia a changé son architecture et ne s'est pas contenté d'un rafraichissement de l'architecture Pascal en augmentant le nombre de Cuda Core.

L'architecture Turing intègre par exemple des RT Core et des Tensor Core, absents de l'architecture Pascal et on se trouve donc devant un die trois en un avec une partie classique, où l'on retrouve les Cuda Core et deux nouvelles parties inconnues jusque-là du grand public, les Tensor Core et les RT Core. Les Tensor Core, également présents sur les Quadro RTX de Nvidia, initiés par l'architecture Volta, sont très utiles pour le deep learning, primordiale pour l'intelligence artificielle, la retouche photo, la reconstitution d'images... Dans un premier temps nous avions cru que pour le grand public les Tensor Core seraient principalement dédiés à l'utilisation d'un nouveau filtre dans les jeux, le DLSS, qui permet par exemple à une RTX 2080 d'offrir jusqu’à deux fois plus de fps par rapport à une GTX 1080 qui utiliserait le filtre TAA, mais ce n'est pas le cas puisque les développeurs de jeux pourront les utiliser pour gérer l'intelligence artificielle et nous pourrons également y voir un gain notable dans notre éventuelle utilisation des logiciels de retouche photos, par exemple, nous le savons aujourd'hui l'utilisation de nos machines de jeux n'est que très rarement dédiée à notre loisir favori, alors si notre nouveau GPU peut nous aider dans d'autres domaines on dit évidemment oui.

Les RT Core sont quant à eux dédiés à la future API RayTracing, ce qui devrait offrir un avantage indéniable à la nouvelle génération RTX, puisqu'ils sont simplement absents de toutes les architectures GPUs que nous connaissons. Nvidia communique sur un gain notable, avec une bande passante Rays of Ray Tracing (bande passante dédiée à ces nouveaux effets) près de 12 fois supérieure par rapport à la génération précédente. Nous avons hâte de pouvoir bencher les premiers jeux compatibles avec cette fameuse API et savoir comment la concurrence abordera ce nouvel aspect graphique, si elle a prévu une nouvelle architecture ou si elle abordera différemment la question de puissance nécessaire à la réflexion en temps réel. Nous ne remettons pas en cause le principe de l'API RayTracing, les diverses vidéos sont sublimes avec des effets d'éclairage et de reflets incroyables, toutefois il faudra attendre pour savoir si l'apport visuel est aussi impressionnant une fois plongé dans le jeu et si sur le long terme, les éditeurs de jeux continueront à améliorer ou utiliser le RayTracing. Le récent Far Cry 5 nous a prouvé par exemple que le PhysX est toujours présent mais dans une version bien moins aboutie que dans l'épisode Far Cry 2, on espère donc que le RayTracing ne connaitra pas cet aspect effet de mode.

Il ne faut par contre pas omettre que l'évolution visuelle de nos jeux semble arriver à une certaine limite et tout ce qui tourne autour de la réflexion ne peut plus progresser avec les méthodes traditionnellement utilisées. Jusqu'à maintenant ce que nous pouvions voir dans un miroir, dans un rétroviseur ou dans un reflet était une scène pré-calculée qui ne pouvait pas coller à ce qui se passait réellement dans le jeu. Nos cartes graphiques ne disposaient pas de la puissance nécessaire au calcul en temps réel des reflets, Nvidia promet donc de chambouler cela en offrant l'opportunité aux développeurs de jeux d'intégrer les reflets en temps réel, cela peut paraitre anecdotique, toutefois en terme d'immersion cela pourrait aboutir à une expérience incroyable, avec par exemple le joueur qui se cache derrière un véhicule en regardant devant soi, mais qui assiste en direct à la destruction d'un bâtiment derrière lui grâce au reflet dans la carrosserie du véhicule.

Partagez :