EN DIRECT 1745 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test casque ASUS ROG Delta Core

Article
Rédigé par
Publié le 15 Avril 2019
Page: 3/4

Le ROG Delta Core est un casque circum-aural qui opte pour un format d’oreillette un peu différent. L’aspect triangulaire des écouteurs amène une touche esthétique qui sort un peu des sentiers battus. Pour autant, la taille des ouvertures permet d’y loger largement les oreilles. L’espace est suffisant, le contact avec le skaï plutôt agréable, même si nous avons eu plus doux et souple. C’est d’ailleurs ce qui caractérise le Delta : un confort un peu ferme mais de bon aloi en comparaison du Cloud Mix que nous avons testé précédemment. L’arceau et son pavé de mousse ne peinent pas réellement à gérer l’appui sur le haut de la tête. Toutefois, le poids somme toute important du casque amène un appui quelque peu sensible. Le clamping est bon, il aurait mérité un peu plus de fermeture. Mais dans l’absolu, le maintien en tête est bon.

Le ROG Delta Core est la version analogique. Nous l’avons donc passé dans un premier temps sur notre DAC Mini-I de Matrix. Dès les premiers moments, le Delta Core est séduisant. En effet, l’équilibre n’est pas pris en défaut, toutefois, il faudra un peu détailler les choses car la tonalité d’ensemble n’est pas des plus claires. Nous y reviendrons. D’un autre côté, la précision est particulièrement appréciable. Cela dit, avec le Mini-I, c’était assez prévisible, nous rappelons régulièrement que c’est l’un des points notables de ce DAC : précision mais aussi fraîcheur. Ce qui nous permet de revenir sur la nécessité de détailler les choses. Le Delta Core propose une restitution sympathique, mais elle n’est pas neutre, c’est un équilibre teinté. En effet, il a une tendance assez nette, quand il est écouté en comparaison avec d’autres, à mettre en avant un relief médiums bas. De fait, la ligne basse et médium basse apporte une « mono-teinte ». Les basses disposent d’une excellente dynamique, pour autant elles ne sont pas si profondes que cela. Les médiums, quant à eux, s’expriment facilement, avec un peu plus d’importance sur les médiums bas, nous l’avons dit. Sur la ligne haute, le casque est convaincant, mais il ne bénéficie pas d’autant de vivacité que certains autres. Au final, le casque manque d’un peu de sonorité plus haute, mais aussi d’un manque d’emphase, de tonicité. Pour être clair, il fait parfaitement bien le boulot mais sans lyrisme. En passant sur l’Essence One, le rendu est plus chaud, il correspond plus à ce que nous attendions. Cela signifie que le Delta Core est sensible à la source et qu’il se sent plus à l’aise avec ce type de source. Ce qui n’était pourtant pas gagné. En effet, l’Essence One tend parfois à déborder les casques. Ici, le Delta Core maîtrise les choses. Il conserve cette tonalité médiums bas-basses mais avec plus de chaleur. La restitution vit plus, rend plus. Les basses sont plus rondes, plus harmoniques, sans se départir de la bonne dynamique précédente. C’est assez agréable, d’autant que les aigus qui montent eux-aussi en termes d’ampleur n’en souffrent pas. Est-ce à penser qu’ASUS a travaillé avec ASUS ? Nous ne franchirons pas ce pas. Ce qui est sûr, c’est que le Delta est plus vif, plus chaud. Bref, c’est mieux. Même les voix qui avaient un peu tendance à rester non pas ternes, mais moins travaillées récupèrent ce petit supplément qui apporte l’émotion manquante. Il est donc très conseillé d’utiliser le Delta sur une source chaude. Sur nos deux DAC, le Delta tient parfaitement la montée en volume et la largeur de scène est bonne. Ce n’est pas la plus immersive que nous ayons eu, mais elle reste d’excellente qualité.

En utilisation vidéo-ludique, le Delta met un peu moins en avant la teinte marquée de l’écoute musicale. Elle reste sensible, c’est notable sur son excellente propension à être bien spatial. Les bruits de l’environnements fusent parfaitement de droite à gauche. Il profite aussi de sa bonne précision pour maintenir cet aspect aussi sur les aigus, nos douilles chantent bien. Il a le bon goût de ne pas surcharger du côté des basses, dynamisme et absence d’excès en profondeur. C’est tout simplement bien. En outre, quel que soit la bande-son de la scène, il n’est pas perturbé par du chevauchement. La bande-son musicale est excellente et en rien gênée. Le constant est identique en jeu, il sera suffisamment informatif grâce à sa bonne spatialisation stéréo. Enfin du côté de la voix, il se place dans la moyenne haute. Elle est fidèle mais le micro génère pas mal de souffle. En réduisant un peu le gain, nous sommes parvenus à le faire réduire mais il n’aura pas totalement disparu.

Partagez :