EN DIRECT 976 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Des spécialistes du e-commerce high-tech renouent avec la vente directe

Après avoir crié au loup qu’internet tuait le commerce de proximité, ce qui est tout de même en partie vrai, les derniers mouvements des leaders français de ce secteur laissent pourtant penser le contraire. L’informatique a énormément profité de l’internet comme support de vente, les entrepôts centralisés, la prise de commande automatique en ligne font partie des atouts qui ont fait baisser les coûts et augmenter les marges. Cela a permis l’essor rapide de sociétés spécialisées. Pourtant, les premiers pas ont été difficiles, d’abord frileux le consommateur s’est peu à peu laissé convaincre par ce type d’achat au point d’être devenu, aujourd’hui, le moyen numéro un pour acheter de l’informatique ou des produits high-tech.

specialistes e-commerce high-tech renouent vente directe

Cela dit, ces derniers temps, certains leaders du secteur semblent faire machine arrière ou du moins considérer que la vente directe est complémentaire de leur activité. Ainsi Materiel.net propose déjà, depuis plusieurs mois dans son showroom de Nantes (siège du groupe), un ensemble de composants et divers produits en vente directe. LDLC le leader français du secteur, quant à lui, annonce l’ouverture de 40 magasins franchisés d’ici 2018 Source Clubic pro.

specialistes e-commerce high-tech renouent vente directe

L’objectif est de proposer un maillage complet du territoire avec des points de collectes traditionnels pour recevoir les commandes passées sur le site et de la vente directe pour ceux qui souhaitent s’affranchir des délais imposés par le Net. Il est possible de provoquer un achat coup de cœur une fois le client venu se déplacer pour retirer sa commande. Ce modèle tente de couvrir tous les types de consommateurs et, notamment, ceux qui ont besoin d’informations avant achat et si possible délivrées par une personne physique.

LDLC a recours au système bien connu de la franchise pour réussir à satisfaire l’objectif des 40 boutiques. Ce système mutualise les risques en obligeant le franchisé à avoir une gestion habile des stocks et une force de vente efficace en magasin. Cela a un coût et reste à savoir qui le payera.

Partagez :
Posté le par  - 6164 lectures 17 commentaires
Augmenter taille du texte Augmenter taille du texte Flux rss cowcotland Sauvegardez cette news Envoyer à un ami Signaler une erreur dans cette news
Abonnez-vous à notre chaîne youtube

17 commentaires
Vous devez être membre pour poster des commentaires.
Identification
Surnom/Pseudo :
Mot de Passe :
Top 100 dernières actualités des fermiers