Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 635 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Casque Cougar Immersa

Article
Rédigé par
Publié le 30 Septembre 2016
Page: 3/4



Commençons dans un premier temps par le confort car point de longues sessions sans cet aspect important. Cela dit, dès la sortie de boîte, vu le choix effectué par Cougar, on devine que ce point ne devrait pas poser de souci particulier. En effet, de manière générale, les systèmes à suspension permettent de bien gérer l’appui sur la tête. Le bandeau s’adapte bien et répartit l’appui tout à fait correctement. Certes, un peu plus de mousse n’aurait pas été malvenu sur la partie inférieure du bandeau. Les oreillettes disposent, quant à elles, d’une belle ouverture. L’espace est tout à fait suffisant. En outre, le serrage est raisonnable, suffisamment ferme pour ne pas être lâche et ne pas trop enserrer : un bon clamping. Ajoutons à cela qu’il n’est pas sensible à l’inertie du fait d’un poids correct (dans la moyenne) et d’un bon maintien. Enfin, le skaï est plutôt doux au contact, même si, comme nous le disions, le revêtement reste un peu cheap. Au final, sur le plan du confort, l’Immersa s’en sort franchement bien et pourra être porté pendant de longues heures sans souci.

Avec son jack 3,5 mm, il pourra être branché sur nos DAC. Nous commencerons par notre Essence One d’Asus, DAC vivant s’il en est. Tellement joyeux qu’il en parvient parfois à déborder nos casque. De fait, l’Immersa avance de façon assez nette un rendu bien équilibré, surtout qu’on le met en rapport avec son prix de vente. Dans le détail, il manque d’un peu de finesse sur les aigus. Ces derniers sont restitués avec un peu de faiblesse, et une très, très légère imprécision. Ils manquent de finesse et, sans devenir désagréables, passent un peu en arrière-plan sur l’ensemble du spectre. Ce dernier est effectivement plus intéressant sur cette partie. Nous avons une bande médiane vivante et présente, c’est elle qui est au final la meilleure avec l’Essence One. Les basses, quant à elles, sont présentes, sans pour autant devenir envahissante. La dynamique est bonne sur ce point, même si elles manquent peut-être d’un peu de rondeur. C’est un casque à l’attaque franche, un peu en retrait sur l’harmonie pure. Il n’en reste pas moins que, pour 45,90 €, l’équilibre est bon. En passant sur notre Mini-I, il prend plus de hauteur, avec un spectre mieux détaillé. Plus en force sur l’ensemble du spectre, excepté sur la ligne basse. L’acuité dans le rendu est plus franche. Toutefois, les basses deviennent elles-aussi encore plus sèches et percutantes, avec encore moins de profondeur. Elles marquent le pas assez notablement, alors que le reste du spectre dispose pourtant d’un espace plus conséquent. On retrouve cependant cette petite faiblesse sur les aigus qui restent, encore et toujours, à peine suffisamment subtils. Attention, nous sommes assez durs car il est plutôt polyvalent et surtout bien équilibré, ce qui est assez rare pour être souligné, surtout dans cette gamme de prix. Ajoutons enfin qu’il ne sature pas…pas du tout et atteint même des sommets totalement déraisonnables de volume sans céder. Il pourra sans coup férir vous achever les tympans, mais avec une bonne classe. Enfin, la largeur de scène est tout à fait bonne, pour ne pas dire excellente pour le prix.

Sur une utilisation vidéo-ludique, l’Immersa conserve un équilibre tout à fait correct. En effet, il reste précis, avec un spectre et une restitution bien découpée. Elle parvient à rendre de manière tout à fait pertinente les différences tant au niveau de l’environnement que des dialogues et de la bande-son musicale. Ainsi, malgré une petite propension à renforcer les basses et donc à disposer d’une petite ligne puissante sur ce point, il n’est pas gêné sur la musique qui parvient à rester bien nette, sans souffrir du reste de l’environnement. Le constat est le même du côté de la précision de l’environnement, tous les cliquetis et autres douilles sont tout à fait audibles, même si l’ensemble sur les aigus manquent un peu de finesse. Tout est présent sur cette bande, mais dans une tonalité un peu terne . La spatialisation est bonne, largement dû à la belle présence des médiums. Sur cet aspect, rien à dire, les dialogues en profitent et sont bien mis en avant, au même titre que les bruits un peu plus sourds. Bref, sans être un modèle du genre, pour 45,90 €, nous avons là un casque plutôt bon qui pourra largement être un compagnon vidéo-ludique. D’autant qu’en jeu, vous vous doutez qu’il se comporte plus ou moins de la même manière. En effet, il apporte toujours une belle dynamique sur les tirs, reste assez précis et donc plutôt informatif, même si la bande aigu est un peu en retrait. Ce qui, en soi, est franchement acceptable en jeu, l’important restant la globalité de la bande-son. Il souffre un peu donc de sa petite faiblesse sur les aigus. En ce qui concerne la voix, le micro est très satisfaisant dans la qualité de la restitution, mais il est très sensible au placement, tant du côté de la position de la perche que du sens du micro. Pour être clairs, si l’ouverture dans la partie plastique n’est pas parfaitement dans l’axe de la bouche, il y aura une grosse déperdition. Une nouvelle perte encore si la perche ne le place pas à bonne distance, trop loin, la voix est faible, trop près, le micro retransmet tous les soufflements, respirations etc. Une fois ces contraintes respectées, la qualité est au rendez-vous, même assez fidèle d’ailleurs et il ne capte pas particulièrement les bruits extérieurs. A défaut d’être franchement une vraie technologie de suppression active, force est de constater qu’il reste bien concentré sur la voix.



Les nouveautés