EN DIRECT 1228 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Test PC portable gamer Razer Blade (1080p)

Article
Petit mais costaud !
Rédigé par
Publié le 14 Février 2017
Page: 2/6



Quand on prend en main le Blade, la filiation avec le MacBook Pro d’Apple est saisissante. A part la couleur noire mate et le capot qui abrite deux lignes qui viennent créer un effet de style, le châssis ressemble à s’y méprendre au MacBook Pro. Ce n’est bien sûr pas une coïncidence, cette filiation est parfaitement assumée, elle est même la clé de voûte marketing de l’Américain Razer depuis le lancement de cette gamme Blade. Avec des mensurations à faire rougir les autres pc gamer, 1,79 cm d’épaisseur pour 1,89 Kg sur la balance, cette machine est taillée pour la mobilité.

Parmi les points forts, on notera un capot ultrafin, mais qui propose une rigidité exemplaire afin de protéger au mieux l’écran Full HD IPS. Les contours de l’écran sont en aluminium comme le reste du châssis. Cela crée un ensemble parfaitement homogène, qui dégage une impression de qualité, de solidité et d’élégance. Seul le cache de la charnière, qui parcourt la quasi-totalité de la largeur de l’écran, est en plastique noir mat afin de se faire le plus discret possible. Par ailleurs, elle offre une bonne résistance et un excellent maintien de l’écran. Un léger décoché sur la tranche avant du PC permet de le soulever très facilement. Là encore ça respire la qualité. Le palmerest, tout en aluminium, est d’excellente qualité et offre une rigidité parfaite. En haut au centre, il abrite le bouton Power en aluminium. Le clavier est rétroéclairé avec le système Razer Chroma qui permet d’effectuer un maximum de réglage via le logiciel pré installé Razer Synaps.

De chaque côté du clavier, on trouve deux grilles qui protègent les haut-parleurs. Ses grilles font toute la hauteur du clavier. Enfin, dans le bas parfaitement centré, le trackpad qui est soigneusement intégré mais qui, disons le tout de suite, n’est pas à la hauteur de celui embarqué sur les MacBook Pro. Cependant, la glisse est agréable et les clics bien ajustés avec une course réduite.

Le dessous, tout en aluminium, est constitué par une plaque qui héberge deux prises d’air carrées qui font les mêmes dimensions que les deux ventilateurs placés juste derrière. Nous reviendrons sur cette partie refroidissement un peu plus tard dans le test (chapitre entretien).

La connectique embarquée est relativement limitée faute de place, du coup, il a fallu faire des choix. En effet, il n’y a pas de port Ethernet RJ45 et pas d’adaptateur fourni. Pour internet, il faudra passer par le contrôleur Killer Wifi ac 1535. Pour le reste, nous avons compté trois port USB 3.0, un port USB 3.1 Type-C Thunderbolt 3, et une sortie HDMI 2.0. La partie audio est correcte, surtout si l’on prend en compte l’épaisseur du châssis. Cela manque de grave et de puissance. Même s’il est tout à fait possible de jouer avec, nous conseillons l’usage d’un casque dédié.





Avant de terminer cette présentation du Razer Blade, un mot sur la partie clavier qui nous a quelque peu déçues, du moins en comparaison avec celle du MacBook Pro. Les touches sont de bonnes tailles et séparées les unes des autres mais leur course est trop ferme et leur ajustement manque de précision. D’autre part, c’est la seule partie du châssis qui s’est légèrement enfoncée en appuyant fortement. Il manque quelques cales même si on a vu pire sur d’autres châssis. Cela étant, cette partie n’est pas au niveau du reste et c’est bien dommage de ne pas avoir copié jusqu’au bout la pomme.

Dernier point sur ce clavier, et pas le moindre, le rétroéclairage a une bonne intensité lumineuse et le lettrage est clair malgré un positionnement sur le haut des touches au lieu d’une position centrée plus traditionnelle. Mais ce qui nous a particulièrement décontenancés, c’est le parti pris de Razer de ne pas rétroéclairer les deuxièmes fonctions des touches (voir notre vidéo). Ainsi, la barre de chiffre en haut ou les doubles fonctions des touches sur les côtés sont difficilement visibles dès que la luminosité est faible, même en journée comme en ce moment (hiver). C’est très pénible d’avoir à contrôler à deux fois avant de faire un @ ou un # 1,2,3 etc…

Partagez :