Youtube Facebook Twitter EN DIRECT 1825 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Souris The G-Lab KULT Promethium

Article
Rédigé par
Publié le 19 Février 2018
Page: 4/5

Au niveau de la prise en main, la Kult est une souris ambidextre, ce qui est assez rare pour être souligné. Les boutons sont placés à gauche et ne serviront peut-être pas les vrais gauchers autant qu’ils le pourraient. Cela dit, force est de constater que G-Lab a fait le choix d’une ergonomie sobre et facile. En effet, cette Kult ne vous demandera pas de temps d’adaptation, excepté peut-être le fait que l’ambidextrie apporte une touche « plate » à la souris qui ne lui permet pas de suivre l’inclinaison naturelle de la main quand elle se pose sur une souris. C’est assez sensible en passant de notre Kone Pure de tous les jours à la Kult. Et pourtant elles offrent toutes deux une prise en main facile et surtout consensuelle. La Kult est peut-être même encore plus polyvalente que ne l’est notre Kone. En effet, il faut lui reconnaître une vraie efficacité : elle accepte tous les types de prise en main. En palm grip, elle est assez longue pour que nous puissions étaler franchement la main. Certes, un peu plus d’espace n’aurait pas été refus, mais le fait est là : c’est clairement possible. Sur les deux autres types de prise main, plus resserrés et compacts, finger et claw grip, encore une fois, c’est possible. La taille étroite permet un confort dans la griffe de très bon aloi. La courbe douce de la coque s’installe naturellement contre la paume de main. Finalement, que ce soit en claw ou en finger grip, nous sommes vraiment à l’aise avec cette Kult. Comme quoi, les solutions simples conservent encore leur lot d’avantages.

Les clics de la souris n’appellent pas de critique. Certes, il n’y a pas d’information particulière sur le type de switche employé, à moins d’ouvrir la dite souris. Ils sont donc assez fermes au déclenchement, sur une course un peu plus longue que la moyenne. Ici, pas de risque de déclenchement intempestif, il faut un appui franc pour l’enfoncer. Les boutons latéraux sont plus souples et surtout, ils sont très bien positionnés. Ils tombent sous le pouce de manière très naturel. Du côté de la molette, nous serons plus critiques. En effet, cette dernière ne dispose pas de crans marqués. Il n’est toutefois pas possible d’en passer un malencontreusement, mais cela donne une sensation molle au fonctionnement de la molette qui n’est pas des plus agréables. Attention, elle fera le boulot correctement, mais sans saveur. Le bouton placé en arrière est, comme souvent, un peu trop haut pour être parfaitement accessible. Mais la finesse de la souris qui favorise une pince claw permet de remonter un peu la main. Dans ce cas de figure, il devient plus aisé de l’attraper. Par conséquent, excepté un molette un peu molle, l’ensemble est satisfaisant.

Le capteur est, quant à lui, encore d’actualité, même s’il a perdu de sa superbe. Il est plus rare de le croiser aujourd’hui. Cela dit, en termes de fonctionnement, il reste réactif, souple et fluide. Il propose au maximum 8200 DPI, c’est toujours beaucoup. Il s’adapte bien à toutes les activités demandées : jeu, travail ou quotidien. Il fait normalement partie des capteurs laser de bonne qualité suite à la prise en compte par Avago de son problème d’accélération au début de sa carrière. Depuis, les choses sont rentrées dans l’ordre. Par conséquent, il se pliera à l’utilisation avec, pour seul défaut, de proposer bien trop de DPI, y compris en jeu. 3500 DPI reste dans la plupart des cas bien suffisant, et nous n’avons toujours pas quitté notre 2000 habituel.

Du côté de la glisse, la Kult, posée sur notre Func 1030 XL est à l’aise. En effet, le déplacement est souple, lisse et facile, même si nous avons bien une petite résistance sensible. Ce tapis parvient avec d’autres à générer une glisse plus facile encore. Elle se comporte un peu mieux sur le Steelseries 9 HD à gros grains. Elle rencontre moins de résistance dans les déplacements, tout en ne subissant que légèrement la rugosité du tapis. Le meilleur couple est celui qu’elle forme avec le Saitek Cyborg en silicone. Les frottements sont mineurs et la douceur est bien présente. Les mouvements s’effectuent sans aucun effort. La performance est très intéressante avec notre vieux Nova Winner III. Sur icelui, elle parvient à ne pas être ennuyé par l’aspect collant de début de mouvement. En outre, le niveau de résistance dans le déplacement est l’un des plus faibles que nous ayons jusqu’à présent ici. Remarquable ! Nous en viendrons presque, par nostalgie, à conserver au quotidien ce couple ! le tissu Noppoo est une formalité. Bien évidemment, les déplacements rencontrent une réelle augmentation des frottements, mais cela reste encore souple. Elle est globalement à l’aise quelle que soit la surface.



Les nouveautés