EN DIRECT 2094 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Souris ROCCAT Kone AIMO

Article
Rédigé par
Publié le 25 Juillet 2018
Page: 3/5

Nous avons eu l’occasion de faire quelques tests ROCCAT récemment, vous devriez donc connaître Swarm. De fait, nous ne le détaillerons donc peut-être pas autant que les fois précédentes. Il parvient à être très complet tout en étant particulièrement accessible.

Tous les profils sont placés sur le bas de la fenêtre. La présence d’un Profile Manager offre les classiques options que constituent l’importation et le stockage. La souris accueille 5 profils à bord et, en local, l’utilisateur pourra en créer autant que nécessaire. Chaque profil des 5 de la souris peut être orné d’un JPEG et renommé. Ensuite différents onglets forment l’essentiel de la fenêtre. L’Epingle est présente, un onglet spécifique de ROCCAT qui permet de centraliser les paramétrages les plus utilisés. Sur Settings, la Kone verra son niveau de DPI adapté à sa pratique. 5 niveaux, au plus, sont disponibles avec une résolution maximale de 12000 DPI, réglables par pas de 100. C’est aussi ici que se régleront les vitesses de scroll molette, du pointeur Windows et du double-clic.

Sur Button Assignment, la Kone peut se voir modifier son affectation bouton. Avec le traditionnel Easy Shift qui consiste à affecter la dite fonction à l’un des boutons, on double ou presque le nombre de commandes possibles. C’est une bonne chose. ROCCAT a implémenté une nouvelle fonctionnalité : un menu déroulant qui permet de sélectionner les commandes offertes par type : équilibré, média, précision etc. Autant de proposition d’assignations de boutons préprogrammées.

Sur Advanced, l’utilisateur pourra régler le polling rate à 1000 Hz. Comme toutes les souris modernes, elle dispose des vitesses de polling suivantes : 125 – 250 – 500 et 1000 bien sûr. Le lift off est aussi paramétrable : bas, très bas et encore plus bas avec un calibrage manuel qui permettra au capteur de s’adapter à la surface. Il est aussi possible de jouer avec l’angle snapping. Enfin, c’est là que l’on profitera d’une sonorisation à chaque changement de DPI, de profil et de montée/descente de volume.

Enfin sur Illumination, ROCCAT apporte la touche lumineuse qui va bien. Nous retrouvons AIMO, la proposition dite intelligente de rétroéclairage. Il y a encore cinq autres modes : vague de couleur, serpent, respiration, battement et permanent. Comme de coutume, l’intensité et la rapidité des comportements sont modifiables.

Swarm conserve donc à la fois cette facilité que nous remercions à chaque fois et cet aspect complet puisqu’il prévoit tout et plus encore.

Partagez :