EN DIRECT 1636 connexion / inscription
Connexion

Surnom/Pseudo
Mot de Passe :

[ Vous avez perdu votre mot de pass ? | Devenir membre ]

×

Casque SteelSeries Arctis Pro

Article
Rédigé par
Publié le 21 Novembre 2018
Page: 4/5

Avant d’aborder la question du son, il nous faut présenter deux points : le confort mais aussi le prix. Concernant le prix, il faut avouer que l’Arctis Pro n’est pas donné. Ce qu’il faudra garder à l’esprit tout de même : 280 euros pour arrondir, 279,99 dans les faits. C’est une belle somme. Ensuite sur le plan du confort, nous avons là un excellent casque. Même si nous ne sommes pas totalement sous le charme de ce bandeau à scratch, force est de constater que ce bandeau est tout ce qu’il y a de plus confortable. D’une part, sa largeur permet de bien répartir l’appui, d’autre part, la souplesse du tissu apporte la suspension nécessaire. Bref, en un mot comme en cent, l’arceau et son bandeau sont une réelle bonne idée. Les oreillettes, quant à elle, offrent une généreuse ouverture. De fait, il y a la place suffisante pour qu’elles y soient à l’aise. Au final, l’Arctis se place dans les excellents élèves. Le porter pendant de longues séances n’aura rien d’une punition, loin de là !!

Au niveau du son, nous ne pourrons pas passer le casque sur nos DAC habituels, pas de Mini-I ou d’Essence One. Cela dit, dans l’absolu, ce n’est pas franchement un problème puisque l’Arctis dispose du sien propre. La première écoute que nous avons réalisée passait par l’USB sans aucune égalisation…Force est de constater que l’équilibre est bien présent et que l’ensemble du spectre est bien respecté, même en l’absence d’égalisation. Toutefois, en ayant une écoute un plus précise, il est perceptible que l’Arctis, même si la restitution est de très bonne qualité, manque tout de même d’un peu de puissance sur les aigus. La ligne basse est ronde, peut être encore plus ronde et profonde en passant sur le Bass Boost. Cela dit, elle perd nettement en naturel. C’est réellement du côté des aigus qu’une légère égalisation n’est pas de refus. En montant de quelques crans les deux-trois dernières fréquences, il est envisageable d’obtenir une restitution d’excellente qualité. Les aigus montent un peu en puissance et passent mieux, d’autant qu’ils ne souffrent d’aucune sècheresse, ni sibilance. Le qualificatif d’Hi-Res n’est clairement pas usurpé. Les médiums ne sont pas plus en reste que le reste – sans égalisation particulière, comme les basses en somme – et disposent d’un bel espace. Par conséquent, les voix sont fines et fidèles, très fidèles. La tenue dans la montée en volume est parfaite, il pourra vous dépecer les tympans sans coup férir. Il ne souffre donc pas de saturation. La largeur de scène est très bonne, l’immersion est importante. Aucune partie du spectre ne paraît trop proche, trop étriquée. Bref, l’Arctis est excellent dans l’écoute musicale, la GameDac réalise un excellent travail. Ceux qui ne trouveraient pas restitution à son écoute n’auront pas exploité les possibilités du GameDac, sachant que par défaut, il propose déjà quelque chose de très intéressant.

Au niveau vidéoludique, l’Arctis propose une prestation particulièrement plaisante, pour ne pas dire excellente. Certes, la certification DTS ne se rapproche toujours pas d’un vrai 5.1 ou 7.1. Cela dit, son activation reste franchement recommandable, ce qui n’est pas toujours le cas avec d’autres casques de la concurrence. En effet, son activation renforce très nettement la découpe type vidéo. Ce que nous voulons signifier par cette phrase absconse, c’est le fait que l’environnement passe en retrait, que les dialogues se rapprochent et que la bande son musicale ne subit aucune contrainte. Quand Steelseries annonce qu’il n’y a pas d’effet tunnel perceptible, c’est effectivement vrai. La précision et la finesse dans le rendu sont, elles-aussi, à remarquer. Il n’y a donc aucun chevauchement dans le spectre, chaque partie de la bande son profite d’un espace suffisant pour s’exprimer pleinement. La qualité d’ensemble est vraiment au rendez-vous. Pour 279,99 €, il aurait dommage de rater le coche, mais de manière générale, le fonctionnement en DTS est appréciable. En jeu, bien évidemment, le constat est identique. Si ce n’est que sur nos pérégrinations de combat, nous profitons largement de la rondeur des basses sur les explosions. L’immersion est là aussi excellente. Il faudra toutefois faire un choix : optique sans DTS ou USB et spatialisation. C’est là que l’Arctis devient moins pratique. Nous concernant, le fait d’alterner optique ou UBS en fonction de l’utilisation impose de jongler dans les paramètres son Windows, sachant qu’en écoute musicale, l’Arctis trouve un réel intérêt à fonctionner avec son GameDac branché en optique…et qu’il trouve aussi un réel intérêt à fonctionner avec son GameDac en USB pour toute autre utilisation vidéoludique. Cornélien. Mais fondamentalement, le jeu en vaut quand même bien la chandelle. Nous terminerons sur le fait que le micro fait un très bon travail. La voix est fidèle et nous n’avons pas été dérangé par un quelconque écho. Par conséquent, le réglage Sidetone ne nous aura pas été utile. Après quelques recherches, il semble toutefois qu’il puisse être parfois pertinent. Enfin dernier mot : l’Arctis offre une belle isolation de l’environnement extérieur. Une fois le casque sur la tête, l’utilisateur rencontre un excellent niveau d’atténuation. Ce qui pourra être un bon point lorsque l’on est amené à jouer dans des environnements bruyants. Encore une fois, à 280 euros, nous n’attendions pas moins… Mais il respecte clairement les promesses faites.

Partagez :